Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Freising, le charme bavarois

Freising, le charme bavarois

Par ,

Dimanche matin, 9h. Les rues de ce magnifique village de Bavière sont pratiquement désertes. Même à seulement 35 kilomètres au nord de Munich, Freising conserve un charme d'antan qui semble relativement épargné par le mercantilisme moderne.

Photo: Lesley Wimbush/Auto123.com

En arpentant des rues étroites en pavé, nous passons devant des édifices en stuc vieux de plusieurs siècles et couverts par ces fameux toits de tuiles rouges qui caractérisent l'architecture allemande de l'époque. Un grand nombre d'entre eux possèdent d'immenses doubles portes arquées et fixées par des charnières en fonte. Des cascades de fleurs éclatantes enveloppent des petites clôtures pas plus hautes que les genoux, tandis que des allées en fer forgé relient les bâtiments en passant par-dessus un ruisseau peu profond rempli de grosses carpes.

Freising est l'un des plus vieux villages bavarois, sa fondation remontant apparemment à l'âge du bronze. Il a été rendu célèbre par ses deux collines, Domberg et Weihenstephan.

Une cathédrale a été érigée ici par Saint Corbinien qui, selon la rumeur, a ordonné à l'ours qui avait tué son âne de lui servir de monture lors de sa traversée des Alpes. Cette histoire regorge de symboles – la soumission de l'ours à l'homme représente la conversion des païens par les chrétiens.

Freising est d'ailleurs devenu un important foyer du christianisme pendant le Moyen Âge. Ladite cathédrale et le monastère au sommet de Domberg, en plein cœur de la ville, demeurent un centre épiscopal autonome et le siège du diocèse. L'ours a même été adopté comme emblème, non seulement sur les armoiries municipales, mais aussi sur les trottoirs et près des boutiques extérieures, sous forme de statues.

En continuant notre marche, nous apercevons plusieurs ruelles qui mènent tantôt à de minuscules jardins ceinturés de magasins et de boulangeries, tantôt à de petits espaces verts servant d'oasis de paix. Entourés de grandes arches décrépites, de volets de fenêtres en bois et de fontaines antiques faites de pierre, nous sommes saisis par cette atmosphère d'intemporalité. Facile d'imaginer le bruit des sabots sur le pavé usé...

Photo: Lesley Wimbush/Auto123.com

En grimpant l'abrupte colline de Domberg, la cloche de la cathédrale se met à sonner – un charmant tintement qui continue jusqu'à ce que les gens commencent à arriver. Quelque chose de serein et de spirituel dans leur procession nous incite à les rejoindre et à entrer dans l'église. Le haut plafond voûté et l'architecture baroque richement décorée nous émerveillent et rendent humbles à la fois.

La Domberg abrite également le Diozesanmuseum, qui renferme la plus importante collection ecclésiastique d'Allemagne. Le vaste éventail de peintures comprend deux toiles de Rubens. On retrouve aussi plusieurs sculptures finement détaillées qui racontent des thèmes célèbres de l'histoire chrétienne, allant du très pieux au très barbare.

La seconde colline, Weihenstephan, accueille le monastère du même nom. Les moines qui l'ont bâti en 725 sont aussi responsables de ce qui est aujourd'hui considéré comme la plus vieille brasserie au monde. La bière de Weihenstephan est populaire à travers toute l'Allemagne, ainsi que dans plusieurs autres pays.

Nous prenons une agréable pause à l'une des nombreuses terrasses. L'air est chargé des effluves enivrants du pain chaud et du café fraîchement moulu. J'opte pour un cappuccino pendant que mes collègues goûtent à la fameuse Weihenstephan et soupirent de satisfaction.

Bien que Freising soit tout près de Munich et de l'aéroport, une interdiction de vol au-dessus de la ville préserve sa tranquillité. D'un autre côté, l'excellent système de trains S-bahn en fait un lieu de prédilection pour les travailleurs. La population s'élève à 48 000 habitants, mais le taux de chômage n'est que de 2,1 %.

En contemplant les superbes édifices en stuc, les rues soignées et l'environnement non souillé par le mercantilisme crasse, on peut seulement souhaiter que Freising ne devienne pas trop populaire. Ce serait bien dommage de voir son charme disparaître à jamais.