Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Indy 500 pour les nuls

Indy 500 pour les nuls

Par ,

À peu près à la même date, l'an dernier, j'ai accepté l'invitation de General Motors d'assister à la 86e édition de l'Indy 500. Par curiosité et par souci d'essayer tout (ou presque) au moins une fois dans ma vie.

Je ne suis pas un fanatique de courses d'automobiles. Je ne les snobe pas. Je suis la F1, comme tout le monde. Mais j'ai toujours voulu vivre une course sur un ovale aux États-Unis, là où l'événement est élevé au rang de culte. Quoi de mieux comme baptême qu'Indianapolis, berceau de l'Indy 500, l'épreuve que tous les spécialistes interrogés durant ma visite qualifient de plus prestigieuse au monde !

Un brin d'histoire

En 1996, Tony George, proprio de l'Indianapolis Racing Circuit, a interdit à la série CART de se produire sur son anneau de vitesse. C'était sa façon de protester contre l'escalade des coûts en CART. En créant l'IRL (Indy Racing League), George affirmait vouloir rendre plus accessible la course à des équipes moins riches et à des pilotes du coin.

Or, la cuvée 2002 de l'Indy 500 indique que les plans de Tony prennent une drôle de tournure. Les écuries CART, qui avaient voué l'ami George et sa nouvelle ligue aux enfers, se sont inscrites en grand nombre à l'épreuve. La tradition, le prestige et les fabuleuses sommes d'argent remises aux meilleurs expliquent ce volte-face. Ce qui n'empêchera pas ces écuries de déserter l'IRL aussitôt l'Indy 500 terminé (une situation renversée en ce début de saison 2003, alors que l'IRL a changé son nom pour Indy Car, que CART a troqué le sien pour Champ Car et que leur rivalité s'enlise). Si le clivage entre les deux séries est net, une espèce de trêve sévit pour la glorieuse Indy 500.