Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

L’Infiniti Engineering Academy, un tremplin de classe mondiale

L’infiniti Engineering Academy (IAE) est un programme qui a vu le jour aux États-Unis et au Royaume-Uni en 2014. Il est arrivé deux ans plus tard au Canada, et depuis elle s’est étendue dans sept régions du monde.

Chaque année, le groupe Renault F1 recrute sept étudiants en génie de partout dans le monde . Il y a eu en 2019 10 000 inscriptions d’étudiants à ce concours dont 250 qui provenait du Canada, soit une hausse de 46% par rapport à 2018. De ces 250 000, sept étudiants sont choisis pour aller faire un stage en génie, les premiers six mois avec l’équipe de F1 en Europe et les autres six mois au sein de la compagnie automobile Renault.

À la fin de son stage, selon son rendement, l’étudiant peut occuper un poste (le taux de rétention des étudiants depuis le début du programme est de 50 %). Le lauréat canadien de l'IEA 2017, Matthew Crossan, a maintenant un emploi au sein de l’équipe Renault F1, alors le gagnant de 2018, Chase Pelleter, a commencé son stage chez Renault F1 en janvier 2019. Il prendra ensuite le chemin du groupe Renault et terminera son stage en janvier 2020.

Processus de sélection
Les finales canadiennes 2019 de l’académie se déroulaient les 5 et 6 juin à Montréal dans le cadre du Grand Prix. Il s’agissait de la première des sept finales organisées à travers le monde cette année. Les 10 finalistes canadiens ont participé à divers défis qui comprennent la construction d’un prototype de voiture à échelle réduite, des entretiens de motivation, une session média avec des journalistes, des tests de prise de décision. Bref, de nombreux tests qui servent à évaluer le potentiel des finalistes à la fois dans des situations de travail d’équipe, sous-pression avec les médias et dans l’application de leur savoir-faire.

Luke Gregoris, Derrick Tan et Matthew Kemp
Photo : Infiniti
Luke Gregoris, Derrick Tan et Matthew Kemp

De dix à trois
Suite aux différentes individuelle et de groupe, les juges du concours qui incluent des dirigeants de Renault F1 et des ingénieurs de l’alliance automobile Renault-Nissan réduisent le groupe de finalistes de 10 à 3.  Les trois finalistes Derrick Tan de l’université de Waterloo, Luke Gregoris de l’université London et Matthew Kemp de l’université de Calgary ont reçu les derniers défis au circuit Gilles Villeneuve le jeudi 6 juin. Ils ont dû répondre à un barrage de question de journalistes invités pour l’occasion et finalement remettre en place un système d’échappement de F1.

Au terme de toutes ces épreuves, c’est finalement Matthew Kemp qui a été le premier des sept ingénieurs de l'académie (un par région participante) à se voir offrir un placement exceptionnel d'un an dans le domaine de l'automobile et de la Formule 1. Choisi par un jury composé de représentants d'INFINITI, de Renault F1, de l'Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi et de l'Université Harvard, Matthew Kemp entreprendra son année de rêve au sein du constructeur et de l'écurie en janvier 2020, en compagnie de six autres gagnants originaires de partout dans le monde.

L’étudiant de 20 ans a commenté ainsi sa victoire :  « C'est incroyable. J'ai tellement appris sur moi-même et sur ce qu'il faut pour travailler dans le sport automobile. Passer à travers tous les défis et finir en tête est extraordinaire. Étant le plus jeune, je me sentais comme un outsider, mais ce fut un honneur de concourir aux côtés des neuf autres finalistes. Je suis très reconnaissant pour cette opportunité offerte par INFINITI et Renault F1 et je suis impatient de commencer mon placement au Royaume-Uni.»

C’est donc un rendez-vous l’an prochain pour un autre concours de L’Infiniti Engineering Academy.

Luke Gregoris, Matthew Kemp et Derrick Tan
Photo : Infiniti
Luke Gregoris, Matthew Kemp et Derrick Tan