Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Le nouveau PDG de Volkswagen parle d'un retour aux sources pour sa compagnie

Le nouveau PDG de Volkswagen parle d'un retour aux sources pour sa compagnie

Bernhard affirme que Volkswagen d'Amérique du Nord est une «compagnie en crise» Par ,

Bernhard affirme que Volkswagen d'Amérique du Nord est une «compagnie en crise»

Pour une fois, la personne qui dirige Volkswagen est dotée d'un gros bon sens. Bernd Pischetsrieder, président du conseil d'administration de
Pour une fois, la personne qui dirige Volkswagen est dotée d'un gros bon sens; il s'agit du nouveau PDG, Wolfgang Bernhard. (Photo: Volkswagen Canada)
Volkswagen AG, a réalisé un beau coup en convainquant son ancien collègue et ami Wolfgang Bernhard de quitter DaimlerChrysler pour tenir les rênes de la légendaire marque allemande. Son prédécesseur, Ferdinand Piëch, ne comprenait pas du tout pas l'engagement fondamental de Volks en matière de rapport qualité/prix.

Au lieu de maintenir le leadership de Volkswagen en tant que constructeur prestigieux parmi les marques d'entrée de gamme (une position acquise en offrant toujours des véhicules un peu plus sportifs et solides et avec un intérieur de meilleure qualité que les rivales asiatiques et américaines), Piëch avait eu une «vision» pour Volkswagen: devenir une marque haut de gamme, sur le même pied que BMW, Mercedes-Benz et, ironiquement, Audi. C'est dans cette optique qu'est née la berline de luxe Phaeton, un des modèles les plus
Volkswagen a longtemps été considéré comme un constructeur prestigieux parmi les marques d'entrée de gamme. (Photo: Volkswagen Canada)
impressionnants dans le segment des voitures de luxe grand format à quatre portes mais qui a la malchance d'être affublé d'un insigne que la majorité des consommateurs associent avec l'économie.

Pour être juste à l'endroit de Piëch, il faut dire que le vaste portfolio européen de Volkswagen AG, qui inclut l'Espagnole SEAT et la Tchèque Skoda (deux compagnies inférieures à Volks), était une raison pour justifier un mouvement vers le haut de gamme. Or, l'impact a été quasi fatal en Amérique du Nord, où le constructeur a accumulé des pertes d'environ 1,24 milliard $US, principalement aux États-Unis. Les résultats au Canada sont légèrement meilleurs en raison de notre penchant pour les petites voitures et les moteurs diesels.

Pas plus tard qu'en août, Volkswagen a averti les analystes qu'elle ne s'attendait pas à enregistrer un profit en Amérique du Nord avant 2007,
Volkswagen ne s'attendant pas à enregistrer un profit en Amérique du Nord avant 2007, des modèles comme le cabriolet Eos pourraient ne pas voir le jour chez nous. (Photo: Volkswagen Canada)
notamment à cause de ses faibles revenus et de la compétition extrêmement forte créée par General Motors, Ford et le groupe Chrysler au niveau des prix.

«C'est une compagnie en crise et les gens doivent le réaliser. Il faut que ça change», a déclaré Bernhard.

Ce qu'il a oublié de mentionner, c'est que Volkswagen est également en crise parce qu'elle continue à perdre des parts de marché aux mains des Japonaises et des autres Européennes. Par surcroît, le message confus qu'elle envoie aux consommateurs - cibler les acheteurs de véhicules compacts et économiques d'un côté et les clients de luxueuses berlines de l'autre - a conduit plusieurs personnes à croire que les modèles Volkswagen sont trop dispendieux ou, à l'inverse, qu'ils ne sont pas assez prestigieux.