Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Mercedes-Benz Berline Classe C d'occasion 1994 - 2000

Mercedes-Benz Berline Classe C d'occasion 1994 - 2000

Le luxe compact à prix abordable Par ,

L'année était 1982. Mercedes-Benz n'avait pas commercialisé un véhicule compact depuis avant la Deuxième Guerre mondiale. Des années à
La Classe C de Mercedes-Benz introduite en 1993 était calibrée davantage confort que sport. (Photo: Trevor Hofmann, Canadian Auto Press)
témoigner les milliers de 1600, de 2002 et modèles Série 3 quittant les concessionnaires BMW, sans un sou dépensé dans le luxe compact chez Mercedes-Benz, a dû avoir son effet. Finalement, le pourvoyeur de l'étoile à trois pointes a décidé de plonger dans le segment d'entrée de gamme avec la Série 190.

C'était une berline assez belle à regarder, avec une grosse grille chromée M-B à l'avant, des phares de style Euro, une forme assez carrée en général, avec un haut couvercle de coffre par-dessus des feux arrière ondulés, une marque de commerce de Mercedes dans le temps. À l'intérieur, elle était plus luxueusement garnie que son compétiteur chez BMW, avec des matériaux d'excellente qualité et des caractéristiques de confort se rapprochant de ceux d'une Classe S. La barre venait d'être relevée et la course pour attirer les acheteurs de compacts sport/luxe démarrait.

La Classe C de Mercedes-Benz qui a succédé en 1993, tout comme la 190, était calibrée davantage confort que sport. Cela ne veut pas dire qu'elle n'avait pas de dynamique de tenue de route, elle n'était juste pas aussi habile qu'une BMW équipée de façon similaire. Mais c'est correct. Plutôt que d'aller tête à tête avec les Bavarois pour les acheteurs de berlines sport, Mercedes a trouvé une niche inexplorée avec son penchant de
Plutôt que d'aller tête à tête avec les Bavarois pour les acheteurs de berlines sport, Mercedes a trouvé une niche inexplorée avec son penchant de luxe. (Photo: Trevor Hofmann, Canadian Auto Press)
luxe. Alors qu'elle coûtait environ le même prix, la Classe C était plus large que le modèle sortant, était décidément meilleure et livrait une performance considérablement supérieure.

Initialement, la Classe C offrait deux choix de moteurs, un 4 cylindres 2,2L de 148 chevaux dans la C220 et un 6 cylindres en ligne 2,8L de 194 chevaux dans la C280 plus luxueuse. Le 4 cylindres disposait de la technologie 16 soupapes et deux arbres à cames en tête, lui procurant des performances animées pour son temps. Le moteur de la C280 était évidemment plus rapide, tout en étant plus doux. Une transmission automatique était de série, car aucune boîte manuelle n'était initialement offerte.

Considérant son doux roulement et sa sensation de grosse voiture, la Classe C est étonnamment agile lorsque la route commence à courber.
Considérant son doux roulement et sa sensation de grosse voiture, la Classe C est étonnamment agile lorsque la route commence à courber. (Photo: Trevor Hofmann, Canadian Auto Press)
Toutefois, elle était et demeure plus confortable à dévaler les autoroutes à haute vitesse, plantée de façon sécuritaire sur ses quatre roues. Elle procure une excellente sensation de la route et une superbe stabilité dans presque toute circonstance.

De plus, Mercedes-Benz a conçu sa plus petite voiture pour procurer plusieurs des bénéfices de sécurité passive de ses berlines plus grandes. Ses freins antiblocage de série étaient phénoménaux, pouvant arrêter la C220 de 1 429 kg (3 150 livres) en seulement 36,9 m (121 pieds). Deux coussins gonflables à l'avant étaient aussi de série. Mercedes est allé aussi loin que de mener ses propres tests de collision, une pratique qu'il fait encore à ce jour.