Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Les embouteillages après le confinement : mieux ou pire qu’avant ?

S’il y a une chose que l’on a pu apprécier avec la pandémie et le confinement, c’est d’avoir retrouvé des routes libres à la circulation, et ce, en tout temps. Finis les embouteillages caractéristiques des heures de pointe.

Cependant, avec la réouverture de l’économie et la reprise des activités, il y a lieu de se demander si les choses ne seront pas pires une fois la vie « normale » revenue.

Pourquoi ? Parce qu’il est fort possible que de nombreux citoyens laissent de côté le transport collectif ou les services de covoiturage pour retourner à l’automobile, le tout pour des considérations de sécurité. Cette réalité est inévitable, en fait. La seule chose, c’est qu’elle sera peut-être contrebalancée par une augmentation du télétravail.

Il est bien difficile de prévoir ce qui va se produire, vraiment.

Auto123 lance Shopicar ! Tous les modèles de l’année et toutes les promotions en cours.

Le métro de Montréal
Photo : Le Devoir
Le métro de Montréal

Pour en avoir un premier aperçu, nous allons nous rapporter à une étude réalisée par la firme de consultation Capgemini. Cette dernière a interrogé un peu plus de 11 000 personnes à travers 11 pays différents et en est venue à d’intéressantes conclusions. Les publications Detroit Free Press, Bloomberg et Forbes ont aussi contribué à l’analyse.

La première constatation est qu’en avril, la circulation était en baisse d’environ 50 %. Vendredi dernier, le recul était de 29 % alors que les gens reprennent leur routine. En Chine, là où les restrictions sur le transport sont tombées avant les nôtres et où la société a déjà repris son rythme, les déplacements sur les routes sont en hausse par rapport à la même période en 2019.

Les experts s’attendent à la même chose de ce côté-ci de la planète.

Du côté d’Apple, on a enregistré les demandes de navigation sur l’application Apple Maps, et ce, à travers 27 villes différentes. À Atlanta, qui a rouvert de façon prématurée, a vu les requêtes revenir à la normale après avoir été en baisse de 65 % pendant le confinement. À Los Angeles, la chute avait été de 70 %, mais elle n’est que de 23 % au moment d’écrire ces lignes.

Aux États-Unis, la circulation automobile a été réduite de 6 % pendant que l’utilisation du transport en commun a essuyé un recul de 71 %. Le témoignage de Jason Rogers, un résidant de la banlieue de Nashville, au Tennessee, est représentatif de l’opinion de la majorité. En entrevue avec Bloomberg, il a déclaré : « Je n’ai aucun intérêt à monter dans le bus ou emprunter un système de covoiturage, sauf si je revêts une combinaison de protection. Je suis très prudent. Je sais où ma voiture a été et qui a été à bord ».

La circulation
Photo : Le Devoir
La circulation

Sur les quelque 11 000 personnes sondées, 46 % ont mentionné qu’ils allaient utiliser leur voiture plus fréquemment. Le Detroit Free Press a de son côté découvert que 53 % des gens questionnés dans son environnement prévoyaient réduire leur utilisation du transport collectif.

Partout, les sociétés qui les gèrent vont faire face à des pertes immenses, le tout en attendant un retour à la normale, retour qui ne pourra se faire qu’avec l’arrivée d’une solution à la COVID-19 (médicament, vaccin, etc.). Et encore…

Toujours sur les 11 000 personnes questionnées, 35 % de ceux qui prévoyaient l’achat d’une voiture ont mentionné que ça leur permettrait un meilleur contrôle en matière d’hygiène. Parmi les gens de moins de 35 ans, 45 % prévoient faire l’achat d’une voiture et la moitié d’entre eux jurent de moins utiliser le transport en commun.

Venant d’une génération moins intéressée par l’automobile, voilà qui en dit long.

L’impondérable là-dedans, c’est la hausse du télétravail. Si une grande partie de la population peut bosser deux ou trois jours par semaine à la maison, les impacts ne seront peut-être pas si grands sur nos réseaux routiers.