Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Premier essai du Ford Edge ST 2019

Park City, UT - Le Ford Edge Sport n’est plus; pour 2019, on pourrait dire qu’elle a perdu ses lettres médianes pour adopter un nouveau nom : ST. Ce dernier nous rappelle quelques bombes produites par Ford récemment comme les Focus ST et Fiesta ST à hayon. Il est donc de circonstances que la compagnie nous ait invités à faire l’essai de son Edge le plus sportif à ce jour à un endroit où d’autres athlètes se sont jadis exprimés, soit lors des Jeux olympiques de 2002.

Et, puisque Ford a retiré la grande majorité de ses voitures de son portfolio, ses VUS, grands et petits, devront voir leur offre s’élargir afin de contenter ceux qui ont toujours conduit des berlines et des modèles à hayon. C’est là que le Edge ST (49 099 $) entre en action.

Notre essai routier du Ford Edge Titanium 2019

Pas juste le nom est nouveau

Et l’appellation de ce dernier ne se résume pas qu’à un simple changement de nom visant à profiter de la réputation de ces lettres. Le Edge ST se veut plus puissant, reçoit un nouveau châssis et voit sa robe subir les modifications nécessaires. De fait, la coupure avec la version Sport du Edge est marquante. Cette dernière présentait surtout une allure plus sportive, bien qu’elle fut la première de la famille à recevoir le V6 EcoBoost de 2,7 litres. Ce bloc a trouvé son chemin sous le capot de la version ST qui ne compte que sur lui, comme de la nouvelle boîte automatique à huit rapports qui lui est jumelée, palettes au volant incluses.

Cette combinaison propose 335 chevaux et un couple généreux de 380 livres-pieds, comparativement à 315 et 350, respectivement, pour l’ancien modèle Sport. Ce couple permet de faire des gains importants, mais surtout, il rend plus faciles les opérations de remorquage (capacité de 15 888 kg). D’ailleurs, l’ensemble servant à tracter, offert en option sur les autres variantes du Edge, est livré de série avec cette version du Edge. Sous le capot, on peut voir les vraies intentions de celle-ci en découvrant les mots Ford Performance fièrement gravés sur les couverts de valve. De bon goût !

Photo : Ford

On retrouve aussi des roues optionnelles (950 $) de 21 pouces dont profitait notre modèle d’essai. Des jantes de 20 pouces, noire et argentée, sont standard. Les modèles canadiens reçoivent des disques plus larges et ventilés, tant à l’avant qu’à l’arrière.

À l’intérieur, le seul choix est le noir, agrémenté de surpiqûres blanches et de logos ST, tant à la base du volant que sur les seuils de portes. C’est en fait très joli, même si l’ensemble est un peu gâté par la présence importante de plastiques autour de la console centrale et des contrôles du système multimédia. Je serais inquiet au sujet des égratignures. Enfin, la dernière touche distinctive de l’habitacle concerne les sièges bien sculptés, mais pas trop pour qu’on ressente de l’inconfort si on a les hanches un peu trop larges… comme les miennes.

Mais vous allez vouloir ce support supplémentaire. Étonnement, le Edge ST est un VUS qui vous invite à en donner un peu plus sur la route. Le châssis et la direction ont reçu quantité d’ajustements qui le rendent plus compétent lorsque vient le temps d’attaquer les routes sinueuses.

Photo : Ford

Par exemple, les amortisseurs ont vu leur résistance être accrue de 10 % à l’avant, 15 % à l’arrière. Les barres antiroulis sont aussi plus larges, avant comme arrière. De plus, la direction profite d’un ratio amélioré et d’un peu plus de lourdeur, ce qui a grandement amélioré les capacités routières. Tout ça fait que la réponse est bonne en tout temps et que le roulis est limité au minimum.

Maintenant, sur la route, ça se traduit par une expérience fort agréable. Ford a tellement confiance en son Edge ST qu’elle nous a laissé le mettre à l’essai sur une petite piste aménagée. J’ai eu considérablement plus de plaisir que j’en avais anticipé au départ. Le Edge ST répond bien aux manœuvres qu’on lui impose, comme tout bon véhicule de performance.  

Cela dit, il est important de noter que les véhicules que nous avions à l’essai étaient équipés de pneus de performance d’été Pirelli. Nous aurons droit à une gomme moins agressive au Canada.

Photo : Ford

Mécaniquement, c’est une autre histoire.

Ce qui est très bien, c’est qu’on offre désormais la transmission automatique à huit rapports à la place de la boîte à six vitesses qui devenait vieillotte ; OK, très vieillotte. C’est aussi bien que les versions ST soient munies de palettes au volant. Je me suis retrouvé à les utiliser souvent. La raison pour laquelle je l’ai fait n’est toutefois pas parce que ça rend la conduite du Edge « sportive ». C’est une des raisons, bien sûr, mais c’était plus pour demander à la transmission de réagir plus rapidement qu’elle ne le fait en mode automatique.

Même en mode sport, qui accélère le temps de réponse de l’accélérateur et de la transmission, la boîte n’est pas la plus rapide que j’ai eu l’occasion d’évaluer dans cette catégorie. La DSG de Volkswagen est plus rapide, mais je n’irai pas trop loin avec les marques de luxe parce que ce n’est pas vraiment elles que Ford a dans sa mire avec le Edge (même si la facture de cette variante ST est juste sous les 50 000 $).

Contrairement à la réalité que vivent les modèles de performance appartenant à des marques de luxe, je dirais qu’une transmission qui passe les rapports rapidement n’est probablement pas ce qui figure comme priorité numéro 1 pour la majorité des acheteurs de Edge. Tout de même, ça ne change pas le fait que, pour moi, cette transmission ne rend pas justice à toute la puissance qui est offerte. C’est notamment le cas lors de départs arrêtés ou à basse vitesse, comme à la sortie de virages serrés en ascension, comme ceux que nous avons rencontrés.

Une fois lancé cependant, ce modèle ST montre ses couleurs. Après le délai, attachez vos tuques, la puissance s’invite de façon soudaine. À ce moment, la ST se comporte vraiment comme un véhicule sportif. Combinez à cela son châssis fantastique et vous pouvez comprendre où ce Edge mérite les lettres ST qu’il reçoit.

Et lorsque vient le temps de réduire la cadence un peu – filer sur l’autoroute ou naviguer à travers la circulation en ville – le Edge s’occupe bien de vous.

D’abord, à moins d’avoir le pied au fond, il demeure très silencieux. Et lorsqu’on accélère, on a un son plus présent que sur les autres Edge. Autrement, l’insonorisation est en lien avec le niveau de luxe que le véhicule avance. Deuxièmement, le ST reçoit le système Co-Pilot 360, un ensemble de caractéristiques de sécurité qui inclut l’assistance au maintien de voie, les feux de route automatiques, l’alerte de collision frontale avec détection de piétons, le freinage d’urgence automatique, la caméra de recul ainsi que l’avertisseur d’angles morts. L’ensemble Co-Pilot 360 Plus, offert à 850 $, ajoute le régulateur de vitesse adaptatif avec aide au maintien au centre de la voie, l’assistance à l’évitement d’obstacle et la navigation avec reconnaissance vocale.

Ça prend un peu de temps pour configurer le tout. D’abord, il faut activer l’assistance au maintien de voie en appuyant sur un bouton, puis il faut lancer le régulateur de vitesse (le système fonctionne à 40 km/h et plus) pour enfin mettre en action l’assistance à l’évitement d’obstacle en activant un bouton situé sur le volant. Si vous ne le faites pas, vous recevrez un avertissement sous forme de vibration de volant si vous déviez de votre voie, mais le volant n’interviendra pas. Une fois en fonction, des caméras suivent les lignes de chaque côté de votre voie et vous gardent au centre ; pas d’effet ping-pong d’un côté à l’autre.

Parce qu’il s’agit d’un système semi-autonome, vous ne pourrez pas conduire plus de 15 secondes sans tenir vos mains sur le volant. Au début, un signal visuel vous avertit au niveau de l’instrumentation. Puis, un bip retentit avant que le véhicule freine jusqu’à un arrêt complet, présumant que le conducteur ne peut pas poursuivre.

Parmi les autres nouveautés technologiques, on retrouve une chaîne audio Bang & Olufsen, tout comme le système SYNC3 (de série) et la compatibilité avec les applications Apple CarPlay et Android Auto. Ces dernières ne sont pas aussi dignes de mention que le système Alexa qui sera introduit l’an prochain. Avec ce dernier, vous pourrez modifier vos paramètres de climatisation, le volume de la radio, ou activer la navigation par de simples commandes vocales.

De bonnes nouvelles, ça ne fait aucun doute. Ce ne fut pas le fait saillant pour moi, cependant. L’intérêt du Edge ST réside autour de son excellent châssis et de sa direction qui ont fait un travail remarquable pour transformer ce VUS somme tout ordinaire en quelque chose de plus extra.

La mécanique tombe un peu à court à mes yeux, mais c’est peut-être parce que le châssis est si solide que j’en attendais un peu plus du moteur et de la transmission. Ce n’est pas tout à fait juste, bien sûr, alors il sera intéressant de voir si c’est moi qui est... juste un peu trop difficile. Si je le suis, tout ce qu’apporte cet ensemble ST va forcer les propriétaires actuels de Edge à s’y arrêter, tout comme ceux qui seront de nouveaux clients chez Ford.

Essais routiers et évaluations

Consommateurs
Ford Edge 2019
Évaluer ce véhicule
Esthétique
Accessoires
Espace et accès
Confort
Performance
Dynamique de conduite
Sécurité
Appréciation générale
Nom
Courriel
Commentaire
Mot de passe
Mot de passe oublié? Cliquez ici
Annuler
Photos :D.Heyman
Photos du Ford Edge ST 2019