Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Essai de l’Audi S5 Cabriolet 2018 : à la fois doux et sportif

Après le beau temps, la pluie! Au moment d’écrire ces lignes, il pleut des cordes dehors, l’automne s’installe petit à petit et le souvenir pas si lointain de cet essai automnal est déjà en train de s’effacer dans ma mémoire.

Pas au point où je ne me rappelle plus la sensation ressentie au volant d’un cabriolet Audi munie d’une mécanique V6 turbocompressée de 354 chevaux, mais bon, disons que la saison froide rappelle que les beaux jours pour rouler les cheveux au vent sont bel et bien derrière nous, jusqu’à l’an prochain… heureusement!

La bonne nouvelle avec une voiture comme l’Audi S5 – ou même la version sans le S –, c’est qu’il est tout à fait possible de rouler douze mois par année grâce au rouage intégral Quattro livré d’office sur toutes les variantes A5, S5 et, bien sûr, RS5. Mais bon, mon contact avec le cabriolet s’est déroulé alors qu’il était encore possible de rouler avec un t-shirt sur le dos. Résumé de quelques superbes journées passées au volant de ce 2+2 germanique!

Photo : V.Aubé

Le traitement discret d’un cabriolet S5
Fidèles aux traditions imposées par le passé de la marque, les stylistes maison n’ont pas cherché à rehausser l’aspect tape-à-l’œil du cabriolet A5. Le modèle S5 respecte l’étiquette de la maison aux quatre anneaux. Au menu, un bouclier ornementé d’une grille de calandre chromée, l’écusson S5 étant bien en vue du côté droit de la voiture. La portion inférieure du bouclier est elle aussi plus ventilée sous les phares, de manière à gaver d’air frais le compartiment moteur ainsi que le système de freinage.

Sur les flancs, la mention « S5 » prend place sous une décoration chromée, les miroirs adoptent une finition argentée satinée, tandis que les jantes de 19 pouces ont du mal à cacher les étriers de freins rouges logés derrière. Finalement, à l’arrière, les seuls indices du caractère plus sportif du cabriolet proviennent du nombre de tuyaux d’échappement et du quatrième écusson S5 accolé à la carrosserie.

Photo : V.Aubé

Une mécanique à la hauteur
Au cas où vous l’ignoriez, la marque Audi a presque entièrement délaissé les boîtes manuelles depuis quelques années déjà. Les livrées S et RS sont quant à elles exclusivement munies de boîtes automatisées. Dans le cas de la S5 Cabriolet, la boîte de vitesses est une automatique à huit rapports, celle-ci offrant tout de même la possibilité de changer soi-même les vitesses pour un comportement un peu plus sportif.

Devant cette boîte de vitesses se trouve un V6 turbocompressé de 3,0-litres de cylindrée développant une jolie puissance de 354 chevaux et un couple maximal de 369 lb-pi, des statistiques tout à fait nobles face aux autres représentantes médianes de la catégorie, je pense bien entendu aux BMW M440i xDrive et Mercedes-Benz AMG C 43 4MATIC.

Quant au rouage intégral Quattro, a-t-on besoin d’en ajouter à son sujet? Le constructeur travaille constamment à peaufiner cette facette présente dans la majorité de ses véhicules et la S5 Cabriolet n’échappe pas à cette règle. Et même si les conditions plus qu’idéales n’ont pas nécessité l’intervention agressive de l’essieu arrière, il est bon de savoir que ce cabriolet est équipé des quatre roues motrices.

Un habitacle de qualité
À bord de ce coupé à toit souple, on retrouve la même rigueur que dans les autres produits de la marque, avec un soupçon de performance toutefois. Le volant à la base aplatie, les sièges plus enveloppants et les inscriptions S un peu partout, ces indices sont là pour nous rappeler qu’on est assis dans une livrée plus musclée que le modèle d’entrée de gamme.

Le constructeur d’Ingolstadt a toujours été réputé pour la qualité d’exécution à bord de ses véhicules, et cette S5 Cabriolet fait honneur à cette prémisse. Les caoutchoucs, les plastiques, la fibre de carbone, l’aluminium et le cuir partagent cet environnement on ne peut plus germanique. En fait, s’il y a une critique à apporter, c’est la couleur des sièges, un gris très pâle qui refroidit quelque peu l’ambiance à bord, mais bon, c’est tout de même mieux que noir! Un mot aussi sur le toit souple qui, sans surprise, isole très bien les occupants de l’environnement lorsque remis en place, et ce, même à vitesse d’autoroute.

Photo : Audi

Au volant
Comme j’ai pu le remarquer une semaine plus tôt en prenant le volant du coupé RS5 - voici notre essai de ce modèle - , la facilité avec laquelle on peut aborder les voitures sport de nos jours est déconcertante. L’ancienne livrée du RS5 était plus brutale avec son V8 et sa boîte à double embrayage, mais avec le nouveau V6 biturbo et cette boîte automatique, n’importe quel conducteur novice pourrait repartir au volant du coupé à moteur V6 le plus puissant de la gamme.

Un échelon plus bas, le cabriolet S5 se présente comme une version encore plus adoucie du hot rod de la famille. Toutefois, grâce à la magie de l’électronique, il est possible de transformer le caractère de la voiture, le mode Dynamic s’occupant de raffermir la suspension, la direction et même les réactions de la boîte de vitesses. À l’opposé, le mode Comfort convient mieux aux surfaces usées de notre réseau routier.

Quel que soit le mode choisi, la S5 Cabriolet demeure une voiture très confortable pour les longues randonnées. Le moteur V6 turbo procure des accélérations énergiques et la boîte automatique n’est coupable d’aucun « à-coup », à l’exception du mode le plus sportif bien sûr! Et avec le rouage intégral, on a vraiment l’impression d’avoir quatre velcros à chaque coin de la voiture. Disons que pour faire déraper un peu plus cette voiture, Dame nature a besoin de nous envoyer de la neige en masse!

Le mot de la fin
Cette Audi S5 Cabriolet se glisse dans une catégorie qui fait plus de sens en Californie ou dans un endroit chaud du globe que chez nous où il fait froid de novembre à mars. Mais, au risque de me répéter, c’est la beauté de cette décapotable conçue en Allemagne : elle peut rouler dans n’importe quelle condition.

L’espace à la deuxième rangée est limité, tout comme le volume utilitaire du coffre, mais peu importe, l’acheteur de ce genre de voiture n’est pas vraiment intéressé à ces détails propres à ceux d’une famille. Une Audi S5 Cabriolet est destinée à rouler sur de longues distances, tout en autorisant à son propriétaire quelques épisodes de conduite dynamique… avec ou sans toit!

Essais routiers et évaluations

Consommateurs
Audi S5 2018
Évaluer ce véhicule
Esthétique
Accessoires
Espace et accès
Confort
Performance
Dynamique de conduite
Sécurité
Appréciation générale
Nom
Courriel
Commentaire
Mot de passe
Mot de passe oublié? Cliquez ici
Annuler
Audi S5 2018
audi s5 2018
Audi S5 2018
Évaluer ce véhicule
Esthétique
Accessoires
Espace et accès
Confort
Performance
Dynamique de conduite
Sécurité
Appréciation générale
Nom
Courriel
Commentaire
Mot de passe
Mot de passe oublié? Cliquez ici
Annuler
Photos :V.Aubé
Photos de l'Audi S5 Cabriolet 2018