Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

BMW 135i Cabriolet 2008 : essai routier

BMW 135i Cabriolet 2008 : essai routier

Oui, le nirvana automobile existe Par ,

On dirait que BMW a succombé à la vague de régimes qui a déferlé sur l'Amérique du Nord et laissé un éventail de programmes amaigrissants novateurs dans son sillage. J'estime que c'est la version Atkins qui est venue à bout du poids excédentaire du 335i tout en lui laissant sa puissance fondamentale et en améliorant ses performances inouïes. Surnommée 135i, ce bolide surprotéiné de quatre places se décline maintenant en version cabrio à toit souple.

La redoutable petite décapotable de BMW nous prouve que le nirvana existe bel et bien.

Fondations impeccables
Si l'on bâtit sur des fondations imparfaites, l'intégrité des structures sera compromise indépendamment de l'architecture et de l'apparence. Heureusement, les fondations du 135i cabrio consistent d'un coupé étonnant en tout point, et le dépouiller de son toit n'a miné en rien sa capacité de repousser les limites.

Le 135i cabrio, coiffé d'un toit électrique qui s'élève et se rétracte en quelques secondes, talonne le lancement du tant vanté 135i coupé au salon Internationale Automobil-Austellung en 2007. En place, le toit protège efficacement l'habitacle contre les élans de dame Nature.

En effet, il épouse fermement le bolide. Bien isolé, il assure un habitacle chaleureux et silencieux lorsque la météo oblige. Mais à ce moment, le conducteur doit composer avec une petite lunette dont la taille réduite limite la visibilité arrière et exige un peu plus d'audace lors de manoeuvres de stationnement et de dépassement.

Malgré un toit qui incite davantage à regarder vers l'avant plutôt que l'arrière, la conduite sans compromis assurée par la rigidité du châssis est toujours de la partie même lorsque le toit est rabattu. En tant que décapotable, ce véhicule fait preuve d'autant de solidité qu'un modèle à toit rigide. Les nids de poules et autres défigurations de la route n'arrivent pas à le transformer en corps gélatineux, et c'est sur ce châssis durci qu'on a greffé une suspension M sport.

La puissance justifie le look agressif
Le 135i se donne des airs de bagarreur. Il me fait penser à un petit chien qui joue au dur devant un confrère deux fois sa taille. Il ne reculera jamais devant un défi, mais surtout, il est amplement capable de tenir la promesse lancée par son grondement.

Bien isolé, le toit assure un habitacle chaleureux et silencieux lorsque la météo oblige.