Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

BMW 325i 2006

BMW 325i 2006

Simplement l'exemple à suivre. Par ,

Simplement l'exemple à suivre.

Photo - Antoine Joubert
Comme moi, vous étiez sans doute craintif à l'idée de voir naître la cinquième génération de la Série 3, bien sûr issue des plumes du controversé Chris Bangle. Et comme moi, lorsque vous l'avez aperçu pour la première fois, vous avez assurément poussé un grand soupir de soulagement. Il faut dire qu'avec cette voiture, BMW ne pouvait se permettre de risquer trop fort, et d'ainsi choquer les puristes du modèle, au même titre que ceux de la Série 7. Du même coup, vous vous êtes peut-être demandé de quelle façon les ingénieurs du constructeur bavarois réussiraient à améliorer une voiture, qui même après six ans de carrière sous une même forme, demeure la référence de la catégorie. J'admets m'être également posé la question, me disant qu'il est difficile d'améliorer un véhicule couronné d'éloges, si ce n'est qu'au niveau de la fiabilité.

Comme c'est le cas à chaque fois que BMW renouvelle sa Série 3, on nous propose d'abord que la version berline, dans ses livrées les plus populaires. À l'heure actuelle, elle se décline en deux modèles, soit la 325i et la 330i. Viendront ensuite, soit au premier cycle de 2006, les versions coupé, cabriolet, ainsi que la familiale, communément appelée Touring. Notre modèle d'essai, une 325i à boîte manuelle, s'accompagnait d'une facture de 51 140 $.

Design et architecture

Photo - Antoine Joubert
La Série 3, lors d'un renouvellement, s'est toujours montrée évolutive par rapport à la génération précédente. Il est normalement question de moderniser, avec finesse et discrétion, une ligne maîtresse qui forme le principal caractère de la voiture. Ce design se caractérise notamment par un long capot plongeant, une ceinture de caisse bien identifiée, un coffre court et légèrement surélevé, ainsi que par un long empattement. Bien sûr, il est également impossible de passer sous silence cette traditionnelle grille de calandre, dont Pontiac s'inspire depuis belle lurette. Sur la version 2006, on dénote des phares ciselés aux allures d'oeil de chat, une grille de calandre intégrée au pare-chocs et non plus au capot, ainsi que l'absence de moulures latérales. Légèrement plus grosse que sa devancière, la nouvelle Série 3 se veut aussi plus racée, tout en proposant une ligne svelte, qui passera très bien à travers les années.

Aménagement intérieur

Si la Série 3 a gagné quelques centimètres en longueur comme en largeur, c'est principalement pour offrir un habitacle plus spacieux et plus confortable. Comme ses rivales vendues chez Audi et Volvo, cette BMW a toujours offert un habitacle à la limite du convenable, en matière d'espace. Je me souviens m'être plaint, lors de l'essai d'une 330xi 2005, du manque flagrant de dégagement au niveau des jambes et des épaules, à l'avant comme à l'arrière. En 2006, ce phénomène est chose du passé, mais il faut tout de même savoir qu'il ne s'agit pas d'une Chevrolet Impala.

Photo - Antoine Joubert
Évidemment, la qualité d'assemblage est rigoureuse et la finition relève du grand art. Les plastiques, cuirs et boiseries sont carrément superbes, et s'harmonisent parfaitement pour offrir un environnement aussi riche que chaleureux. La planche de bord, inspirée de celle de la Série 5, propose une ergonomie sans reproche. Exempt de système i-Drive ou d'un quelconque écran de navigation, notre modèle d'essai ne possédait rien pour compliquer la vie du conducteur. J'ai cependant été déçu de constater que la partie centrale n'est plus inclinée vers le conducteur, une touche que j'appréciais particulièrement sur la quatrième génération. Aussi, le manque d'espaces de rangement se fait toujours sentir, notamment au niveau de la console centrale.