Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Essai de la BMW i4 M50 xDrive 2022 : là pour convaincre les sceptiques

Des protections d’assurance auto
de qualité, à prix avantageux. Obtenez une soumission en ligne dès maintenant.
OBTENEZ UNE
SOUMISSION AUTO
BMW i4 M50 xDrive 2022, profil
Photo : V.Aubé
BMW i4 M50 xDrive 2022, profil

Auto123 met à l’essai le BMW i4 M50 xDrive 2022.

Lorsque j’ai pris le volant de la Porsche Taycan il y a un peu plus d’un an déjà, j’étais à peu près certain d’avoir trouvé la perle rare dans le créneau électrique… et ultraperformant! Depuis, quelques autres bolides purement électriques ont trouvé refuge dans mon entrée de garage, mais aucun d’entre eux n’ont réussi à éclipser les performances de cette belle allemande, à l’exception de l’Audi RS e-tron GT, une cousine très proche de la Taycan d’ailleurs, qui a livré la marchandise à plusieurs niveaux.

Le sort a voulu que je mette la main sur trois multisegments électriques (Volkswagen ID.4, Hyundai Ioniq 5 et Kia EV6) quelques jours à peine avant de prendre place à bord de cette nouvelle BMW i4 M50 xDrive 2022, une berline cinq portes que j’attendais de pied ferme, je dois me confesser. Du trio, c’est l’EV6 qui m’a le plus impressionné, mais je ne croyais pas que la première « béhème » électrique – la BMW i3 n’était pas aussi enjouée que les modèles mythiques de la marque – allait me séduire autant.

Voici, en quelques points, pourquoi je suis littéralement tombé sous le charme de cette belle bavaroise.

Consultez les véhicules à vendre disponibles près de chez vous

BMW i4 M50 xDrive 2022, avant
Photo : V.Aubé
BMW i4 M50 xDrive 2022, avant

C’est une Série 4 Gran Coupé
Pour cette première voiture – ou berline cinq portes si vous préférez l’appellation officielle –, les stratèges de BMW ont préféré jouer la carte de la discrétion. Au premier coup d’œil, la BMW i4 ressemble à n’importe quelle autre Série 4 Gran Coupé de dernière génération, mais en y jetant un deuxième coup d’œil, on remarque la « calandre pleine », les détails bleutés (dans les blocs optiques ou même autour de l’écusson de la marque) et c’est à peu près tout!

Et vous savez quoi, cette discrétion est parfaite pour quiconque espère se fondre dans la circulation lourde.

BMW i4 M50 xDrive 2022, intérieur
Photo : V.Aubé
BMW i4 M50 xDrive 2022, intérieur

L’écran arrondi
Les habitués de la gamme Série 3/Série 4 ne seront pas trop dépaysés, car la majorité de l’ambiance des modèles à essence est de retour; la console centrale, le volant, la portion inférieure de la planche de bord, le volume intérieur, les sièges, toutes ces composantes appartiennent à la plateforme CLAR, la même utilisée pour une majorité de modèles au sein de la gamme.

Mais, il y a cet écran incurvé qui retient toute l’attention aussitôt qu’on prend place à bord, une solution observée quelque jours plus tôt au volant du Kia EV6. J’aime bien l’approche de BMW qui n’a pas cherché à intégrer ce vaste panneau électronique comme c’est le cas chez Kia ou chez Cadillac dans l’Escalade par exemple. Non, l’écran a l’air d’un banal écran qu’on a implanté par-dessus la planche existante.

De toute manière, c’est ce qui se trouve dans l’écran qui compte et la qualité du graphisme est digne de mention ici. La réponse de ce dernier est excellente et je me suis même surpris à apprécier les touches tactiles pour la climatisation, même si je préfère encore de bons vieux boutons!

BMW i4 M50 xDrive 2022, trois quarts arrière
Photo : V.Aubé
BMW i4 M50 xDrive 2022, trois quarts arrière

Pour la puissance
Cette variante M50 xDrive est non seulement avantagée par son rouage intégral lorsque l’hiver s’installe – ou pour toute autre condition routière glissante finalement –, mais la présence d’un moteur à chaque essieu fait grimper la puissance disponible à – tenez-vous bien – 536 chevaux et un couple encore plus ahurissant de 586 lb-pi. Bien entendu, le nirvana de la sportivité est atteint lorsqu’on appuie sur le bouton Sport, ce qui a pour effet de raidir la direction et de bonifier les réactions du groupe motopropulseur.

Et il y a cette sonorité artificielle qui suit la cadence de la voiture. C’est très futuriste comme ambiance, et le simple fait d’ajouter une trame sonore à la conduite transforme l’expérience de conduite. Oui, c’est vrai que les amateurs vont s’ennuyer du moteur 6-cylindres en ligne, mais au risque de me répéter, la BMW i4 est un animal complètement différent de la Série 4 « régulière ».

Pendant ce temps, le prix de l’essence…
… inquiète beaucoup d’automobilistes qui se demandent bien comment ils vont faire pour passer au travers des prochains mois avec le coût de la vie qui ne cesse d’augmenter en parallèle. Soyons francs, ces automobilistes inquiets n’ont probablement pas les moyens de se payer une BMW i5 M50 xDrive dont le prix (avec les options) avoisine les 90 000 $. S’ils veulent passer à l’électrique, ils ou elles devront viser plus bas dans la chaîne alimentaire automobile.

Là où je veux en venir, c’est que ça fait du bien de s’amuser autant à bord d’une berline sport et de ne pas dépenser plus de 100 $ pour un plein d’essence à indice d’octane élevé. Les convertis qui roulent déjà à bord d’un véhicule électrique de performance en savent quelque chose. Au retour à la maison, il ne reste plus qu’à brancher la voiture dans la borne de niveau 2 et le lendemain, la batterie est prête pour une autre journée sur la route.

En passant, la BMW i4 M50 xDrive est capable de rouler sur une distance de 435 km lorsque la batterie est pleinement rechargée. Au moment de prendre les clés du véhicule, l’autonomie annoncée était plutôt de 400 km et le lendemain après une nuit dehors et une batterie encore pleine, la distance possible venait de descendre à 300 km environ. Bref, il y a encore du travail à faire pour augmenter la distance possible, mais la BMW i4 n’est pas la seule voiture électrique à souffrir lorsqu’il fait froid.

BMW i4 M50 xDrive 2022, feu, écusson
Photo : V.Aubé
BMW i4 M50 xDrive 2022, feu, écusson

Une voiture bien ficelée
Et ce qui est bien avec cette Série 4 électrique, c’est que la qualité des autres produits BMW est la même à bord de cette variante électrique. Je n’ai pas décelé de craquement ou de bruit de caisse agaçant pendant mes quelques jours d’essai, ni même de panneau qui s’enlève à cause d’un assemblage quelconque. Et la peinture était encore bien en place sur la carrosserie, un problème qui affecte plusieurs propriétaires de Tesla.

Le mot de la fin
Je l’avoue, je fais encore partie des sceptiques sur l’avenir électrique automobile. C’est mon côté nostalgique qui prend le dessus ici; j’ai beaucoup de misère à concevoir que la voiture telle qu’on la connaît depuis la fin du XIXe siècle va éventuellement disparaître. Mais si la voiture électrique d’avenir est aussi bonne à conduire que cette i4 M50 xDrive 2022, il y a peut-être de l’espoir pour ceux et celles qui adorent conduire.

Et franchement, cet essai pique encore plus ma curiosité en ce qui a trait à la livrée eDrive40, une version munie d’un seul moteur monté sur l’essieu arrière et qui vient avec 335 chevaux sous le pied droit et deux roues motrices. Mais pour celle-là, il faudra attendre l’essai routier avant de se prononcer.

BMW i4 M50 xDrive 2022, trois quarts avant
Photo : V.Aubé
BMW i4 M50 xDrive 2022, trois quarts avant

On aime

Le design discret
Les performances ahurissantes
La tenue de route d’une BMW

On aime moins

Le poids ajouté (batteries)
Le prix demandé
La distance possible

La concurrence principale

Tesla Model 3
Polestar 2
Mercedes-Benz EQE (à venir)

BMW i4 M50 xDrive 2022, calandre
Photo : V.Aubé
BMW i4 M50 xDrive 2022, calandre

Essais routiers et évaluations

Consommateurs
BMW i4 2022
Évaluer ce véhicule
Esthétique
Accessoires
Espace et accès
Confort
Performance
Dynamique de conduite
Sécurité
Appréciation générale
Nom
Courriel
Commentaire
Mot de passe
Mot de passe oublié? Cliquez ici
Annuler
Photos :V.Aubé
Photos de la BMW i4 M50 xDrive 2022