Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

CHRYSLER SEBRING

CHRYSLER SEBRING

Par ,

La compagnie Daimler-Chrysler est en voie de consolider et de raffiner ses gammes de modèles. Même si la marque Dodge continue d'être associée à des voitures de tourisme aux États-Unis, cette division n'est présente sur notre marché que dans le segment des fourgonnettes et des camionnettes à l'exception de la Viper. Quoi qu'il en soit, au Canada, toutes les voitures sont regroupées sous la bannière Chrysler, ce qui est on ne peut plus logique puisque tous les concessionnaires canadiens représentaient déjà Chrysler.

Voilà pourquoi les Dodge Stratus et Chrysler Cirrus ont fait place aux berlines, coupés et cabriolets Sebring. Quant au Dodge Avenger, il n'est plus qu'un souvenir et poursuit sa carrière aux USA en tant que Dodge Stratus Coupe.

Mieux encore, la compagnie a également fait le ménage dans ses plateformes. Cette fois, le cabriolet et la berline sont de même origine. Les deux ont maintenant des éléments mécaniques similaires et seront produits à l'usine Chrysler de Sterling Heights dans le Michigan. Le coupé demeure un produit Mitsubishi revu et amélioré. Il s'agit en fait d'une version Chrysler de la Mitsubishi Eclipse, fabriqué à l'usine de cette compagnie à Normal dans l'Illinois.

Nous allons nous attarder cette fois sur la berline, de loin le modèle le plus en demande sur notre marché.

Jusqu'à tout récemment, les produits Chrysler se démarquaient par leur silhouette audacieuse et fort élégante. De plus, leur présentation intérieure était pratiquement sans rivale tant en fait de stylisme que de disposition. Par contre, ils étaient souvent handicapés par une finition inégale, des moteurs bruyants et une suspension toujours empressée à faire état de ses limites sur mauvaises routes.

Cette nouvelle Sebring tourne carrément le dos à cette approche. L'équipe chargée du développement de ces modèles s'est surtout attardée à raffiner la mécanique et à améliorer l'insonorisation tout en insistant sur la diminution des bruits et des vibrations. Cette fois, les stylistes ont adopté une ligne de conduite plus sage en ce qui a trait à la présentation extérieure. Ce n'est ni flamboyant, ni avant-gardiste, mais d'un style évolutif des modèles antérieurs tout en adoptant plusieurs des caractéristiques visuelles des Concorde et 300 MS. L'habitacle est de même inspiration alors que la présentation générale a été modifiée en tenant compte de la première génération. Toutefois, on n'a que faire de cette imitation de bois qui ne réussit pas à convaincre qui que ce soit.

Sur le plan des organes mécaniques, les moteurs ont une cylindrée plus importante et sont également plus puissants. Le moteur de série est un quatre cylindres de 2,4 litres de 150 chevaux. Il remplace le moteur de 2 litres utilisé précédemment. Le moteur V6 optionnel a été gonflé à 2,7 litres. Ce qui a permis de porter la puissance à 200 chevaux, un gain de 32 chevaux. Les deux sont couplés à une boite automatique à quatre rapports. L'AutoStik à commande manuelle est offerte en option. Cet accessoire est d'une utilité assez moyenne à mon avis puisque c'est toujours le module de commande électronique de la transmission qui a le dernier mot. Il est impossible de demeurer sur la même vitesse jusqu'au rupteur. Ce qui rend cet accessoire plus ou moins utile.

Cette berline intermédiaire aux allures cossues marque un net progrès par rapport à la génération précédente. Non seulement l'insonorisation est beaucoup améliorée, mais les moteurs ne rugissent plus à se fendre l'âme. Ajoutez à cette équation une direction précise dont l'assistance est juste ce qu'il faut et vous croyez être au volant d'une voiture beaucoup plus chère.

Enfin, la grande amélioration sur toutes les Sebring, et la berline en particulier, est le fait que la suspension avant ne semble pas disjoncter au moindre trou et bosse pour ensuite secouer tout le véhicule. Comme sur tous les autres véhicules Chrysler lancés cette année, on a nettement remanié la suspension avant et c'est tant mieux.

Il est normal que le moteur V6 soit moins sollicité en raison de sa cylindrée plus importante et de ses 200 chevaux. Mais il ne faut pas oublier de mentionner que le quatre cylindres n'a rien à voir avec le moulin à bruit toujours " buzzé " de la défunte Cirrus. Ce " quatre " est silencieux, doux et d'une grande souplesse. Seules les côtes longues et abruptes sont en mesure de le prendre en défaut.

La première génération de la Chrysler Cirrus n'était pas à dédaigner, mais elle fait presque piètre figure devant la nouvelle berline Sebring qui a les allures d'une voiture de catégorie supérieure en plus d'en posséder plusieurs des caractéristiques.



Feux verts
Feux rouges
  • Voitures élégantes
  • Tenue de route saine
  • Moteurs mieux insonorisés
  • Suspension avant plus docile
  • Finition améliorée
  • Équipement complet
  • Mauvais emplacement du lecteur CD
  • Simili bois à revoir
  • Faible support latéral des sièges
  • Autostik inutile
  • Prise 12 Volts difficile d'accès

Gallerie de l'article