Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Essai : BMW Roadster M 2006

Essai : BMW Roadster M 2006

Par ,

M comme dans Méchant

Féroce -- voilà qui décrit parfaitement un moteur de 330 chevaux qui fait accélérer une voiture de 1490 kg (3277 lb). La BMW Roadster M 2006 est
(Photo: Rob Rothwell, Auto123.com)
une méchante machine, une version dopée de la saisissante Z4 Roadster qui, en soi, demeure un excellent bolide sur la piste et sur la route. Or, il y a quand même un monde de différences entre les deux. Les designers de BMW ont ajouté plus d'agressivité au look audacieux conçu par Chris Bangle en élargissant l'ouverture des prises d'air avant et en intégrant des lignes de relief sur le long capot. Quelques retouches intérieures, comme l'ajout d'emblèmes «M» sur les sièges et les tapis, expriment aussi le caractère unique de cette voiture. Bien sûr, la vraie confirmation de la nature «M» nous est donnée en agrippant l'épais volant garni de cuir et en tournant la clé.

Démarrer ce moteur à six cylindres en ligne, c'est comme réveiller un lion en le piquant avec un bâton. D'une cylindrée de 3,2 litres et dotée d'un
(Photo: Rob Rothwell, Auto123.com)
double arbre à cames, la bête à 24 soupapes à calage variable développe 330 chevaux à 7900 tr/min et 262 lb-pi de couple à 4900 tr/min. Si vous avez l'impression qu'un régime élevé est nécessaire pour accélérer férocement, détrompez-vous: les poussées à bas régime sont excellentes. Ceci dit, le feeling qu'on ressent quand le moteur passe de 5000 à 8000 tr/min est sublime et enivrant. Attendez-vous à des accélérations de 0 à 100 km/h en 5,0 secondes environ, le tout accompagné d'un son d'échappement profond, capable d'écailler la peinture des véhicules adjacents. La Roadster M est explosive non seulement au décollage mais aussi dans les dépassements, en partie grâce à une convaincante boîte manuelle à six rapports. Son court levier doit être manipulé par une main ferme pour optimiser les changements de rapports, dont l'enchaînement rapide permet de découvrir toute la richesse du moteur.

Le fait d'activer le mode Sport accroît la sensibilité de l'accélérateur et de la direction tout en améliorant la traction. L'effet le plus remarqué est une poussée accrue et plus immédiate de la puissance au moindre coup sur la pédale d'accélérateur. Rappelez-vous toutefois que la conduite plus
(Photo: Rob Rothwell, Auto123.com)
agressive que cela permet affecte les bonnes manières de la voiture dans les rues de la ville, surtout dans le trafic. En effet, le mode Sport est idéal pour vivre des sensations fortes, mais il ne convient pas à la circulation ralentie dans les embouteillages. Heureusement, la prodigieuse motorisation de la Roadster M est brillamment assortie d'une maniabilité tranchante comme une lame de rasoir. La suspension entièrement indépendante et ultra sophistiquée maintient la voiture bien collée à la route. Il faut dire que les pneus mordants à profil surbaissé aident beaucoup, surtout dans les virages les plus intimidants. Une légère pression sur l'accélérateur avant le point de corde entraîne juste assez de survirage pour effectuer une sortie de courbe contrôlée, et ce, sans même avoir désactivé le Contrôle Dynamique de la Stabilité (DSC). À ce sujet, la méchante M permet de s'amuser raisonnablement avant que ses dispositifs de contrôle électroniques n'interviennent pour calmer le jeu. Précisons qu'un bouton sur la console permet de désactiver complètement le système DSC.