Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Essai : Chrysler Sebring Touring 2007

Essai : Chrysler Sebring Touring 2007

Il lui manque un petit quelque chose... Par ,

Il lui manque un petit quelque chose...

West Palm Beach, Floride - Définitivement, la Chrysler Sebring a évolué, au passage de sa 3e génération. Toutefois, il lui manque encore ce petit quelque chose qui lui permette d'affronter les gros canons du segment. Et j'ai nommé : le plaisir de conduire.

La nouvelle génération de la Sebring est un pas dans la bonne direction.

Ce qu'elle en a fait, du chemin, la nouvelle Sebring. Rappelez-vous sa première génération, en route depuis 1995, mais aussi sa devancière des années 90, la Cirrus.

Devenue au fil des années le « char du représentant », la Sebring se devait de remonter la pente. À mon avis, elle a bien relevé le défi, côté esthétique. Le mérite revient au concept Airlift, présenté en 2003 à Genève. Bravo, donc, pour ces sillons de capot qui évoquent la sportivité du CrossFire. Bravo aussi pour ces lignes extérieures, agréables à l'oeil, et ces proportions harmonieuses.

Habitacle bon marché
Les choses se corsent lorsqu'on se glisse derrière le volant. Oh, rien de catastrophique, loin de là. C'est juste que...

D'abord, l'habitacle. Avec des plastiques rêches et ternes, celui-ci laisse une impression bon marché. Les designers ont voulu jouer la carte du « techno », avec des appliqués de faux aluminium et une macédoine deux tons, mais le résultat est plus frigorifiant que « cozy ». De surcroît, l'insonorisation est bien moyenne.

J'ai trouvé les sièges avant trop fermes pour mon confort personnel, et les places arrière pour le moins sèches - bien qu'elles proposent un espace fort convenable.

Bien que la finition soit bonne, l'intérieur reste décevant.

Aussi, j'aurais aimé trouver un ou deux compartiments de rangement supplémentaires à l'avant. Je me suis consolée avec des commandes ergonomiques et intuitives à manipuler, un design très intéressant et un assemblage serré.