Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Essai du Mitsubishi Eclipse Cross 2018 : huit mois plus tard

Au mois d’avril 2018, Mitsubishi Motors Canada a invité quelques membres de la presse automobile canadienne à découvrir le cousin éloigné de l’Eclipse. J’y étais d’ailleurs, et le nouveau modèle m’avait plu malgré ce questionnement quant au remaniement de la gamme du constructeur.

Voyez-vous, l’Eclipse Cross 2018 est sur le marché depuis le printemps et, il faut l’admettre, on commence à l’apercevoir à l’occasion en ce début d’année 2019. Bon, le petit utilitaire au design singulier est loin des ténors que sont le Toyota RAV4 ou le Honda CR-V, mais bon, l’aile canadienne du constructeur aux trois diamants peut être relativement satisfaite de cette première année modèle chez nous, d’autant plus que nos voisins au sud de la frontière ont opté pour l’Eclipse Cross trois fois plus que nous… seulement! En temps normal, la taille du marché d’en-dessous fait en sorte que les chiffres de ventes sont dix fois plus importants.

Huit mois après avoir pris le volant du plus récent modèle de la marque, je me retrouvais à nouveau aux commandes de l’Eclipse Cross quelques jours avant Noël, question de voir si le multisegment mérite encore de se retrouver sur votre courte liste de magasinage.

Photo : V.Aubé

Un design toujours aussi unique
Face aux autres VUS de la marque – et même à l’ensemble de l’offre utilitaire sur le marché –, l’Eclipse Cross est franchement original avec son bouclier découpé au couteau, sa fenestration trapézoïdale et cette portion arrière un peu chargée avec ce feu de position qui fait office d’aileron intermédiaire, sous celui qui surplombe la lunette arrière. Cette silhouette va-t-elle bien vieillir au fil de la prochaine décennie? La question mérite au moins d’être posée.

Une chose est certaine toutefois, l’Eclipse Cross ne laisse personne indifférent : certains adorent, d’autres détestent. Peut-être que c’est de cette façon que les bonzes de Mitsubishi ont décidé d’attirer l’attention du public. Je peux au moins confirmer que la qualité est au rendez-vous à l’extérieur, même si un bruit éolien du côté gauche est venu assombrir la fiche du véhicule pendant cet essai. Je n’ai rien noté d’anormal sur la carrosserie. Est-ce la faute du miroir de gauche? Possible.

Photo : V.Aubé

Un habitacle différent
Un bref coup d’œil à la gamme Mitsubishi suffit pour comprendre que les modèles du constructeur aux trois diamants n’ont pas été développés de manière homogène.  Les planches de bord par exemple, n’ont aucun point en commun, à l’exception de quelques boutons utilisés à toutes les sauces. Et l’Eclipse Cross n’échappe pas à cette règle. Le dessin du tableau de bord ne ressemble à rien d’autre au sein du constructeur.

Je l’admets, c’est heureusement réussi au niveau du design, un peu moins au chapitre de l’ergonomie. La surface centrale en noir lustré est jolie, mais le temps finira par user celle-ci, surtout entre les deux occupants où il y a beaucoup de mouvements.

J’aime bien la forme de l’écran tactile, mais le maniement de certains menus demeure difficile. Et ce pavé tactile surélevé à droite du levier de vitesses n’arrange rien en ce sens. Je ne suis pas le plus grand amateur de cette technologie supposée faciliter la vie des automobilistes, justement parce qu’elle oblige le conducteur à quitter la route des yeux pour trouver l’application désirée.

Photo : V.Aubé

Pour ce qui est du reste, l’utilitaire nippon est plus sobre. La position des commandes de la ventilation est adéquate, le volant est agréable à tenir en mains, mais je me dois de rappeler que le chauffage de ce dernier est limité aux positions à trois et neuf heures, ce qui n’est pas optimal pour tous les automobilistes.

La sellerie en cuir est, quant à elle, confortable à souhait comme si on avait voulu séduire le public américain. Derrière, le volume de chargement est acceptable, d’autant plus qu’il est possible d’avancer la banquette 60/40 vers l’avant pour le chargement d’objets plus encombrants.

Derrière le volant
Contrairement au coupé Eclipse qui a marqué le passé de la marque de manière inspirante, l’Eclipse Cross n’est pas exactement un véhicule à caractère sportif. Oui, il est vrai que la mécanique 4-cylindres turbo de 1,5-litre de cylindrée se débrouille bien avec la boîte de vitesses à variation continue, tandis que le rouage intégral S-AWC est franchement compétent lorsque les conditions se détériorent, mais après quelques jours dans la circulation lourde et une utilisation plus familiale, je me rends compte que la suspension est d’une mollesse peu enviable.

Photo : V.Aubé

En fait, ce n’est pas aussi mou que dans l’Outlander, mais quand même, l’Eclipse Cross mériterait un peu plus de fermeté. D’ailleurs, le châssis rigide du véhicule est capable d’en prendre! Dans les virages abordés à vive allure, le roulis est important et aux freinages plus prononcés, le devant du véhicule plonge un peu trop vers le bitume. D’ailleurs, cet aspect n’est pas la plus grande force de l’Eclipse Cross; bref, un système de freinage plus musclé serait à considérer ici.

J’ai trouvé que la direction manquait aussi de précision, même s’il existe de pires véhicules en ce sens sur le marché. De son côté, la mécanique turbo chante haut et fort lorsque le pied droit est enfoncé dans le plancher, une réalité présente à bord de la plupart des véhicules munis de boîtes à variation continue. L’avantage, c’est qu’à vitesse de croisière, l’Eclipse Cross devient plus silencieux à l’exception de bruit éolien! Je me dois aussi de rappeler que l’effet élastique causé par l’unité CVT est encore bien présent.

Les palettes attachées à la colonne de direction n’apportent pas grand-chose à l’agrément de conduite, les « faux » changements de rapports qui donnent des « à-coups », une réaction peu inspirante, il faut l‘avouer.

Photo : V.Aubé

Quant à la consommation de carburant, elle s’est maintenue au-delà des 10 L/100 km pendant ces quelques jours d’essais au mois de décembre, un résultat supérieur à ce qu’annonce Mitsubishi, mais tout de même acceptable, compte tenu de la température, du rouage intégral et du penchant « un peu sportif » du multisegment.

Le mot de la fin
Mon interrogation sur l’alignement utilitaire de la marque se poursuit. Voyez-vous, l’Eclipse Cross propose un gabarit similaire à celui du RVR, avec une dose plus élevée de technologie je l’admets! Sauf qu’à 36 448 $ plus les frais de livraison de 1 825 $, l’Eclipse Cross GT est loin d’être une aubaine.

Je ne suis donc pas étonné des chiffres de ventes plus élevés des deux autres utilitaires de la marque, dont le prix est plus attrayant. Le groupe motopropulseur est quant à lui encore inconnu du public, ce qui peut effrayer certains d’entre nous.

L’Eclipse Cross est un curieux utilitaire qui saura répondre aux besoins d’une clientèle spécifique, mais à l’exception de cette garantie de 10 ans sur le groupe motopropulseur, le représentant de Mitsubishi n’est pas aussi bien outillé qu’il le prétend face aux modèles établis sur le marché.

Article par Auto123.com

Essais routiers et évaluations

Consommateurs
Mitsubishi Eclipse Cross 2019
Évaluer ce véhicule
Esthétique
Accessoires
Espace et accès
Confort
Performance
Dynamique de conduite
Sécurité
Appréciation générale
Nom
Courriel
Commentaire
Mot de passe
Mot de passe oublié? Cliquez ici
Annuler
Photos :V.Aubé
Photos du Mitsubishi Eclipse Cross 2018