Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Essai routier de la Volkswagen Golf R 2018

Modeste à l’extérieur, mais cachant un véritable pétard dans ses entrailles, la Volkswagen Golf R 2018 est la version la plus explosive de l’iconique et adoré modèle du constructeur allemand. Cependant, si vous souhaitez annoncer à la planète que vous possédez un bolide livrant du plaisir au cube, elle n’est pas pour vous ; son apparence subtile ne vous mènera nulle part. La Golf GTI, un peu moins puissante, mais non moins compétente pour offrir de l’agrément, propose plus d’éléments stylistiques nous indiquant son côté performant, si la chose vous importe. D’ailleurs, vous pouvez consulter notre essai de la GTI 2018 ici
 
En fait, la R n’affiche pratiquement aucun signe qui nous la distingue de la Golf régulière, exception faite de petits logos que l’on retrouve sur les flancs, sur le hayon, dans la grille, du côté passager à l’intérieur et en quelques autres endroits discrets. Autrement, vous vous retrouvez au volant d’une voiture qui ne se démarque pas du tout. Ça, c’est avant de mettre au travail les 292 chevaux et 280 livres-pieds de couple du 4-cylindres turbo de 2 litres. 
 
Si l’histoire est garante de l’avenir, la Golf R devrait être redessinée au cours des deux prochaines années. De coutume, Volkswagen rafraîchit ses produits tous les trois ou quatre ans avant de les transformer ; la dernière refonte de la R nous ramène à 2015. Qu’importe, les gens qui apprécie la Golf ont tendance à l’aimer, pas seulement pour les changements qu’elle subit, mais parce que son style reste fidèle à la tradition. Et le modèle 2018 propose toujours la même allure et l’agrément auquel nous avons été habitués au fil des décennies. 
 
Subtil, mais pas ennuyeux
Le style a beau toujours être le même, ça ne signifie pas qu’on se trouve en présence d’une voiture à l’allure moche. La R voit ses phares aux D.E.L. être révisés cette année afin qu’ils aient l’air plus menaçant. Ceux-ci sont adaptatifs, en passant, ce qui veut dire qu’ils pivotent dans la direction des roues, jusqu’à concurrence de 13 degrés. Les jantes uniques de 19 pouces ont aussi été redessinées, et je dois avouer qu’elle ajoute une touche attrayante sur le plan de la performance. Elles sont complémentées par des étriers de freins noirs porteurs du sceau R, bien sûr exclusifs au modèle. 
 
À l’intérieur, la Golf R profite de l’excellence habituelle des produits Volkswagen en matière de qualité de construction et de finition. À prix égal, ça semble toujours en avance sur ce que propose la concurrence. Les sièges de cuir, décorés du logo R, sont bien présentés et confortables. Les deux baquets avant sont suffisamment enveloppants pour bien garder les occupants en place lors de virages plus serrés alors que celui du pilote est réglable électriquement selon 12 ajustements. L’éclairage ambiant, qu’on parle de celui du seuil des portières, des pieds et de la console centrale, est de bon goût. Je dois cependant vous avouer y avoir porté peu attention, ma concentration étant davantage occupée par la conduite en tant que telle. Le cockpit virtuel, nouveau pour 2018, peut être personnalisé pour afficher ce que le conducteur préfère.
 
La console est bien présentée et le grand écran, maintenant de huit pouces, propose un accès intuitif aux commandes que vous souhaitez utiliser. Et merci Volkswagen d’avoir donné une bonne dimension aux touches que l’on souhaite effleurer, si bien que la moindre bosse sur la route n’envoie pas notre doigt sur une autre commande (un élément qui m’irrite au plus haut point, l’auriez-vous deviné ?). Sous l’écran, on retrouve les boutons pour le contrôle de la climatisation à deux zones. Quant au commutateur qui nous permet de choisir le mode de conduite, il est situé à proximité, tout près du sélecteur de rapports. J’apprécie particulièrement un emplacement intelligent des boutons et des molettes à cet endroit précis, là où notre bras se trouve souvent au repos. Du coup, ça nous empêche de les chercher en remontant à l’écran, ce qui nous aide à conserver notre attention sur la route. Quant au volant de cette variante R, il est gainé de cuir et offre une bonne prise en main et se veut agréable à manipuler, notamment avec sa partie inférieure horizontale.
 
La conduite
Passons aux choses amusantes avec un A majuscule. La Golf, même en version de base, est reconnue pour être agréable à conduire. C’est le cas de la R, mais multipliez le facteur amusant par 10. La puissance est supérieure, certes, mais encore plus importante est la disponibilité du couple dès les 1800 tours/minutes ; la clef pour procurer des accélérations étourdissantes. La résultante est que la Golf R met moins de cinq secondes pour passer d’un arrêt complet à 100 km/h. Volkswagen mentionne que le turbo a été grossi pour 2018 et que des améliorations ont été apportées à la culasse, aux soupapes d’échappement ainsi qu’aux pistons. Ce qui était déjà très bon l’est devenu encore plus. Et bien sûr, tout cela s’accompagne d’une douce, très douce musique (à mes oreilles, du moins) du moteur au gazouillis distinct qui crie Volkswagen.
 
La voiture est aussi livrable avec un système de contrôle dynamique du châssis, une suspension adaptative qui ajuste en temps réel les réglages des amortisseurs et de la direction, selon le type de revêtement rencontré et le comportement du conducteur. En prime, le rouage intégral 4MOTION fait de l’excellent travail pour diriger le couple à la bonne roue. Ces deux dernières technologies contribuent à rendre la tenue de route de la Golf R aussi merveilleuse à expérimenter.
 
Pour 2018, Volkswagen inclut la technologie départ/arrêt, une belle addition qui permet de réduire la consommation de carburant. Les ingénieurs ont aussi ajouté une vitesse à la boîte automatique DSG qui en compte désormais sept. Mis à part une légère hésitation lorsqu’on décolle à l’arrêt, je ne lui ai pas trouvé d’autres défauts. Une fois lancé, lorsque le turbo entre en action et ça détale ; quel plaisir !
 
En passant, à propos des modes de conduite, on en retrouve cinq soit Eco, Confort, Normal, Race et un autre qui peut être personnalisé. Je vous avoue avoir conduit des voitures qui offraient des modes Sport ou Race qui étaient à la limite dangereux et certainement inapproprié pour une conduite de tous les jours (volant trop rigide, suspension trop ferme, etc.). Cependant, voilà où cette Golf R est géniale. Il s’agit indéniablement d’une voiture de performance et elle peut être exploitée pleinement en mode Race. C’est avec cet objectif en tête qu’elle a été conçue. Cependant, l’expérience de conduite livrée par ce mode demeure conviviale et ne donne jamais l’impression d’échapper au contrôle du conducteur. Les ingénieurs ont trouvé un équilibre parfait qui permet aux propriétaires d’une R de profiter d’un niveau de performance exaltant et d’un degré de confort décent au quotidien. 
 
Qui plus est, cette Golf R est franchement efficace en matière de consommation. Sur l’autoroute, je n’ai eu aucune difficulté à maintenir une moyenne de 7 litres aux 100 kilomètres. Au combiné ville/autoroute, ce fut autour de 9,5 litres. C’est peu pour profiter d’autant de puissance. Ce n’est peut-être pas assez pour satisfaire l’amateur de performance pure, qui pourrait préférer la plus torride Honda Civic Type R, par exemple, mais c’est suffisant pour livrer beaucoup d’agrément et s’avérer adéquat pour un usage au quotidien. 
 
Êtes-vous à la recherche d’une compacte à hayon confortable offrant un bon volume de chargement qui la rend pratique dans un environnement urbain, mais vous souhaitez du coup une voiture que vous avez envie de conduire ? Si oui, la Volkswagen Golf R 2018 est pour vous. Le seul bémol dans son cas, c’est son prix. Avec une facture d’appel de 42 000 $, la R est plus dure sur votre portefeuille que ne l’est la variante GTI dont le prix de départ est de 30 000 $ et des poussières. C’est un écart important. Le gain en puissance est significatif à 72 chevaux, mais vaut-il les 12 000 $ supplémentaires ? En revanche, il faut aussi considérer la traction 4MOTION ; la GTI n’est livrable qu’en mode traction.
 
Parmi les amateurs de produits Volkswagen, le débat entre les amoureux de la GTI et ceux de la Golf R est éternel et ne sera jamais résolu, un peu comme celui qui met aux prises les fervents de caméras Nikkon ou Canon. La seule façon de le savoir, c’est d’essayer les deux et d’ensuite choisir votre camp. 
 
Fait amusant
En plus des cinq couleurs livrables, Volkswagen offre son modèle avec 30 autres coloris, une option de 3000 $.
 
Points forts
Tenue de route impeccable
Accélérations exaltantes
Étonnamment économique à la pompe
Qualité intérieure et ergonomie
On cherche des raisons d’en prendre le volant
Style discret, à la limite fantôme 
 
Points faibles
Le prix, peut-être
Places arrière moins conviviales pour de longs trajets
Aucun toit ouvrant livrable
Style discret, à la limite fantôme
 

Essais routiers et évaluations

Consommateurs
Volkswagen Golf R 2018
Évaluer ce véhicule
Esthétique
Accessoires
Espace et accès
Confort
Performance
Dynamique de conduite
Sécurité
Appréciation générale
Nom
Courriel
Commentaire
Mot de passe
Mot de passe oublié? Cliquez ici
Annuler
Photos :Auto123
Photos de la Volkswagen Golf R 2018