Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Ford Taurus SHO 2011 : essai routier

Ford Taurus SHO 2011 : essai routier

Rendez-vous pour le prochain acte Par ,

Ce n’est pas fini. La Ford Taurus SHO est un des bateaux-pièges les mieux connus en Amérique du Nord. Le terme bateau-piège nous vient de la Première Guerre mondiale : il s’agissait d’un navire de commerce, banal mais secrètement armé, qui attirait les sous-marins U-boot à la surface puis tentait de les couler en déployant son artillerie dissimulée.

Ford Taurus SHO 2011 vue 3/4 arrière
La SHO actuelle se veut un modèle agréable et satisfaisant. (Photo: Sébastien D'Amour/Auto123.com)

Le terme pourrait donc s’appliquer aux voitures dotées de talents cachés. Habituellement, une berline discrète représente le candidat idéal. Les premiers muscle car des années 60 se voulaient parmi les bateaux-pièges les plus efficaces : minces pneus diagonaux ceinturés, aucun frein, direction pourrie et zéro décoration. Mais un massif V8 préparait une embuscade sous le capot…

La Taurus SHO est apparue à la fin des années 80, munie de jantes différentes, d’un pare-choc revu et, euh, c’est à peu près tout, outre l’incroyable V6 de 3,0 litres signé Yamaha. Elle avait l’air d’une Taurus, mais elle ne se comportait pas comme une Taurus. La SHO était très populaire jusqu’à ce que Ford décide de jouer avec la recette et d’en faire un modèle plus huppé qu’il ne le fallait. Aujourd’hui, la SHO est de retour… si on peut dire.

Les deux premières générations de la SHO visaient les vrais amateurs, alors que l’actuelle quatrième génération se veut simplement le modèle Taurus haut de gamme. À mon grand désarroi, car j’aimais bien l’originale.

Du punch à revendre
Question de me remonter le moral un peu, je vais commencer par parler du V6 biturbo EcoBoost de 3,5 litres qui crache 365 ch et 350 pi-lb de couple. Ford transforme lentement mais sûrement l’échiquier des groupes motopropulseurs avec sa gamme de moteurs EcoBoost suaves, efficaces, puissants et raisonnablement économiques. À preuve, j’ai réussi à consommer en moyenne 12,5 L/100 km au cours d’une semaine. Mais même si l’EcoBoost est un Monsieur Muscle, il livre son abondante puissance de façon on ne peut plus docile et linéaire. Une caractéristique que beaucoup recherchent peut-être, mais ceux qui s’attendent à une SHO seront déçus.

Tout ce punch fait des merveilles pour propulser vivement les 2 000 kilos de la Taurus, mais encore une fois, sans éclat. Quand on réveille les turbos, la grosse berline s’élance ardemment et rien ne semble pouvoir l’arrêter. Pour calmer ses ardeurs, Ford a inclus à l’avant un ensemble d’étriers à deux pistons chevauchant de gros freins à disques.

Ford Taurus SHO 2011 moteur
Le V6 biturbo EcoBoost de 3,5 litres crache 365 ch et 350 pi-lb de couple. (Photo: Sébastien D'Amour/Auto123.com)