Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Honda Civic Sedan Sport 2009 : essai routier

Honda Civic Sedan Sport 2009 : essai routier

Par ,

Cette année, la leçon Civic a pris la forme d’une berline Sport plutôt élémentaire. Si je ne m’abuse, la différence la plus évidente entre la DX de base et une DX-G sont les verrous de portières électriques et programmables de cette dernière. Je me souviens de cette commodité en particulier, parce que les premières fois que j’ai conduit la Civic  Sport, j’ai songé à reprogrammer la fonction pour que les portières se déverrouillent lorsqu’on coupe le contact. À la fin, je l’ai réglée pour qu’on doive utiliser les verrous fixés aux portières pour les ouvrir. Je me suis dit qu’il s’agissait du meilleur système. On ne pouvait déverrouiller une portière avant que tout le monde soit fin prêt à descendre de la voiture.

Le style de cette berline à quatre portières est à la fois sobre et svelte.

Outre mon dilemme de verrouillage, la Civic continue à impressionner ma famille. Le style de cette berline à quatre portières est à la fois sobre et svelte. Le carénage avant assorti divise le nez en deux segments superposés. En bas, la grande prise centrale dirige l’air vers le radiateur et autour du moteur. Les « cuillères » extérieures envoient l’air dans les passages de roue afin de refroidir les freins. Le segment supérieur achemine effectivement plus d’air vers le moteur, mais il semble surtout destiné à porter l’emblème Honda et une bande chromée.

Regardant la Civic de côté, on réalise comment la silhouette aérodynamique a façonné la voiture entière. Même l’habitacle esquisse une gracieuse courbe afin de ne pas déranger la trajectoire du vent. À l’arrière, une courte plateforme et un petit aileron fournissent la légère turbulence nécessaire pour aspirer l’air en dessous de la voiture.

La disposition de l’habitacle est traditionnelle, le siège du conducteur est confortable et facilement réglable, et puis on tourne la clé… Un grand tachymètre occupe le premier plan, surplombant un bloc d’instruments. Au-dessus du tachymètre, dans un tableau distinct aux allures de sourcil, loge un indicateur de vitesse numérique ainsi que les indicateurs de carburant et de température du moteur. Tous les instruments sont en bleu et affichent des chiffres blancs. Ils ne s’effacent pas lorsqu’exposés directement au soleil, et je pouvais toujours bien les lire avec mes verres fumés, ce qui n’est pas toujours le cas.

Un grand tachymètre occupe le premier plan, surplombant un bloc d’instruments.