Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Honda Element 2004 : essai routier

Honda Element 2004 : essai routier

De Montréal à Québec Par ,

Honda Element 2004
De Montréal à Québec

Pour inaugurer les essais à long terme d'AutoMag, Honda Canada nous a prêté un Element qui avait déjà 4552 kilomètres au compteur. Une version à transmission intégrale et à boite automatique, dont nous avons préféré changer les pneus quatre saisons d'origine pour des pneus d'hiver. Paré de son habit " orange brunante " (dixit le catalogue Honda) et ceinturé de glaces fumées, ce cube Rubik sur roues ne passe pas inaperçu. Les publicités initiales le destinaient à une clientèle jeune mais, en réalité, cette dernière serait plus âgée. D'ailleurs, au moment d'écrire ces lignes, notre brave Element affichait 13 335 km essentiellement accumulés par trois baby-boomers, à savoir Danièle (l'épouse du patron...), Luc (l'éditeur délégué) et Denise (l'épouse de l'éditeur délégué... et aussi directrice des services aux abonnés et des salons). Voici leurs premiers commentaires...

Danièle

L'Element encaisse mal le vent sur la grande route. Sa forme carrée explique sans doute pourquoi. En tout cas, à 100 km/h, par une journée de grand vent, ça barouette! La première fois où je l'ai conduite dans ces conditions, je me demandais si j'avais laissé une fenêtre ouverte.

Toutefois, on comprend vite qu'on ne s'envolera pas! En effet, l'Element demeure relativement stable. Elle répond bien: accélération, freinage, suspension, etc... Bien sûr, on ne parle pas ici de performances spectaculaires: ce véhicule convient surtout aux pragmatiques, un peu moins aux passionnés de la conduite automobile et encore moins aux passionnés de conduite sportive. C'est une voiture essentiellement fonctionnelle et ce, à tous les points de vue. C'est sa principale caractéristique, celle que, personnellement, j'apprécie tant.

Son ergonomie est sa force, ainsi que la manipulation facile de toutes ses commandes et de ses accessoires. On ne cherche pas les boutons, ils nous sautent aux yeux. Le revêtement de caoutchouc qui couvre le plancher est formidable! Il peut bien y avoir de la gadoue dessus, au moins l'auto ne sent pas la laine mouillée! Ce matériau se nettoie aisément; un coup de moppe et le tour est joué.

Luc

Élémentaire la conduite, malheureusement, parce que la servodirection manque de précision (ses gros pneus, les coupables?), parce que le freinage est tendre, parce que le roulis en courbe est prononcé aussi. Et si vous pensez asseoir bébé dans son siège d'appoint posé sur la banquette arrière, prévoyez vous agenouiller d'abord sur le plancher pour pouvoir accéder à cette banquette, qui est si reculée à l'intérieur.