Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Hyundai Equus Signature 2011 : essai routier

Hyundai Equus Signature 2011 : essai routier

La berline de luxe clandestine Par ,

J'applaudis les constructeurs automobiles qui prennent des risques, que ce soit en explorant de nouveaux créneaux ou en proposant des designs abracadabrants. Ceux qui osent et assument pleinement leurs actions méritent d'être félicités. Bien sûr, ce ne sont pas tous les risques qui se traduisent par un succès (l'Amphicar, ça vous dit quelque chose?), mais en général, faire preuve d'innovation et d'audace dans le domaine de l'automobile permet de se démarquer et d'attirer les acheteurs.

La Hyundai Equus Signature 2011 renferme une pléthore d'accessoires et de commodités haut de gamme. (Photo: Sébastien D'Amour/Auto123.com)

Qu'arrive-t-il si un fabricant prend un risque et espère que personne ne lui en attribuera vraiment le mérite? Devrait-on le respecter et l'applaudir autant?

Voilà ce qui m'embête profondément avec la nouvelle Hyundai Equus Signature 2011.

Tout d'abord, qu'est-ce que c'est? Fraîchement arrivée sur le marché, l'Equus devient la grande berline de luxe de Hyundai, un modèle qui veut rivaliser avec Mercedes-Benz, BMW, Lexus et autres marques de prestige. Elle mérite qu'on la prenne très au sérieux, bien qu'elle coûte environ 20 000 $ de moins que la concurrence. Voyez-vous, Hyundai l'a inondée de commodités pour en faire un magnifique porte-étendard. Alors pourquoi ne pas vouloir l'endosser à 100 %?

L'Equus s'affiche clairement comme une berline de luxe au premier regard. Longue et élégante, elle se dresse fièrement sur des roues en alliage chromé de 19 pouces à neuf rayons – un peu trop tape-à-l'œil à mon goût, mais suffisamment accrocheuses pour générer une bonne part de réactions sur la route. Dans l'ensemble, la voiture dégage un air de grande classe et de sophistication, à l'image des reines qu'elle entend supplanter, comme la Lexus LS et la BMW Série 7.

Avec son faciès qui rappelle Mercedes-Benz et son derrière qui fait penser à Lexus presque instantanément, on dirait que Hyundai a tout simplement prélevé les meilleurs attributs de ses adversaires et les a compactés pour former l'Equus. Ce n'est pas nécessairement une mauvaise idée. Après tout, l'imitation reste la plus sincère des flatteries. Hyundai reconnaît donc le beau travail des autres constructeurs, ses designers s'en étant inspirés en vue de concevoir un nouveau plat de résistance extravagant.

Que retrouve-t-on au menu? Eh bien, le joli capot abrite un V8 de 4,6 litres en aluminium léger qui développe une puissance de 385 chevaux et un couple de 333 livres-pied. Cela dit, l'Equus préfère les promenades en douceur aux accélérations explosives. Bien qu'elle soit propulsée par ses roues arrière comme une voiture sport classique, cette grande dame traîne beaucoup de poids et ne s'illustre pas vraiment dans les courbes.

Le joli capot abrite un V8 de 4,6 litres en aluminium léger qui développe une puissance de 385 chevaux et un couple de 333 livres-pied. (Photo: Sébastien D'Amour/Auto123.com)