Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Hyundai Tucson Limited TI 2010 : essai routier

Hyundai Tucson Limited TI 2010 : essai routier

Très bientôt, vous en verrez partout! Par ,

Je suis sur une lancée! Oui, oui, je vous le jure! Pourtant, comme vous pouvez le voir, je ne viens pas d’essayer une voiture haute performance ou de grand luxe. D’ailleurs, à l’exception de la Mercedes-Benz S400, je n’ai conduit que des véhicules à hayon depuis le début de l’année. Et croyez-le ou non, je dois en tester de nombreux autres au cours des prochaines semaines. Voilà qui prouve bien que les hatchbacks représentent un genre très populaire en ce début de 21e siècle.

Le Tucson a tout pour séduire. Attendez-vous à en voir beaucoup sur la route dans les mois qui s’en viennent. (Photo: Matthieu Lambert/Auto123.com)

Un modèle qui se démarque sérieusement et qui élève la barre d’un cran du côté des VUS et multisegments compacts à caractère économique s’avère le tout nouveau Hyundai Tucson 2010. L’ancienne génération a connu relativement de succès sur le marché, surtout à sa sortie pour l’année-modèle 2005. Maintenant, cet utilitaire en offre plus, à tous les niveaux, pour le même prix.

Oubliez le véhicule familial bas de gamme qu’on choisissait uniquement en raison de contraintes budgétaires; grâce aux talents de marketing et de design de Hyundai — pensons à la Genesis (berline et coupé) et à la Sonata — le nouveau Tucson devient une alternative que les consommateurs voudront vraiment acheter.

Cachet relevé

Indépendamment de la version, le Hyundai Tucson 2010 s’est élevé au-dessus des grands noms que sont le Toyota RAV4, le Honda CR-V et le Ford Escape, à mon avis. Plusieurs raisons me viennent en tête, notamment le style. Mature, moderne, élégant et ô combien plus attrayant que son prédécesseur, le modèle de nouvelle génération incarne l’avenir des VUS et multisegments en matière de design.

L’extérieur intègre des lignes dynamiques, des phares profilés et surélevés ainsi qu’une calandre audacieuse mais pas trop exagérée; en comparaison, le Nissan Rogue a l’air d’un saucisson. De tous les angles, on remarque de nombreux éléments inspirés de BMW, Audi et Mercedes-Benz (on sait où Thomas Burkle a fait ses classes). Quel beau travail!

Autant d’éloges peuvent être formulés à l’endroit de l’habitacle. L’agréable symétrie du tableau de bord démontre un souci du détail qu’on observe habituellement dans des véhicules plus luxueux. La qualité de la finition s’avère meilleure que celle des plus récents concurrents japonais. Idem pour les matériaux. Par exemple, un cuir épais et souple recouvrait les sièges de mon modèle d’essai Limited.

La qualité de la finition s’avère meilleure que celle des plus récents concurrents japonais. (Photo: Matthieu Lambert/Auto123.com)