Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Subaru Tribeca Limited 2010 : essai routier

Subaru Tribeca Limited 2010 : essai routier

Une voiture déguisée en camion Par ,

Si vous n’offrez pas encore un VUS intermédiaire en Amérique du Nord, vous manquez le bateau. Chaque constructeur le sait, et a réagi conséquemment. Certains se sentaient plus pressés que d’autres, ayant négocié un échange de procédés avec un constructeur rival afin d’apposer leur écusson sur un modèle déjà existant, ce qui sauve du temps et des coûts de développement.

Depuis 2008, le Tribeca dispose d’un style plus conventionnel. (Photo: Matthieu Lambert/Auto123.com)

Subaru a toutefois choisi la plus longue route, et a développé son VUS intermédiaire d’un bout à l’autre, le résultat étant le Tribeca. Nommé le B9 Tribeca durant les premières quelques années, l’appellation B9 a été laissée de côté lorsque la deuxième génération du véhicule est apparue pour le millésime 2008.

La deuxième vague de Tribeca a apporté un lifting, et le véhicule affiche un air plus conventionnel que la première mouture, qui ressemblait comme deux gouttes d’eau à Q-Bert. L’apparence de la partie arrière s’est également améliorée, n’ayant plus un look de lecteur de cassettes format géant. Pourtant, on ne peut blâmer Subaru de tenter de créer une forme distincte.

À l’intérieur, le Tribeca profite d’un environnement agréable, avec des matériaux de bonne qualité et un style attrayant. Le tableau de bord semble se déverser dans la console centrale, créant une apparence fluide et organique. Le conducteur obtient une bonne position de conduite, et la vaste majorité des commandes sont facilement accessibles.

Tout n’est pas parfait, pourtant. Les piliers A sont larges, ce qui crée des angles morts aux intersections. Les commandes rotatives de climatisation à ressorts sont irritantes à manipuler : donnez-leur une rotation infinie, ce qui accélère le réglage de la température et de la force du ventilateur.

Et lorsque vous n’optez pas pour le système de navigation, l’écran ACL tactile sert d’affichage de la radio, de la climatisation et de la consommation d’essence. Il affiche également ce que la caméra de recul voit lorsqu’en fonction. Parfait. Malgré tout à chaque fois qu’on démarre le Tribeca, on doit composer avec l’écran de mise en garde que l’on associe habituellement aux systèmes de navigation. Tant qu’on n’appuie pas sur le bouton pour accepter, on ne peut même pas voir l’heure du jour. Ça devient frustrant.

Lorsque vous n’optez pas pour le système de navigation, l’écran ACL sert d’affichage de la radio, de la climatisation et de la consommation d’essence. (Photo: Matthieu Lambert/Auto123.com)