Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Essai de l'Infiniti Q50 2020 : à court de ressources

Des protections d’assurance auto
de qualité, à prix avantageux. Obtenez une soumission en ligne dès maintenant.
OBTENEZ UNE
SOUMISSION AUTO

Auto123 met à l'essai l'Infiniti Q50 2020.

Nissan et sa marque haut de gamme Infiniti ont été secoués par une tempête ces derniers temps, c’est un euphémisme. La pandémie a frappé de plein fouet tous les constructeurs au printemps dernier, mais la firme japonaise a peut-être été la plus touchée, car ses ventes étaient déjà en baisse avant cette date. Pire, son parc automobile continue de vieillir. De nombreux nouveaux modèles et de nouvelles générations sont attendus, mais pour l’instant, c’est l’avenir qui est en jeu : la cavalerie est en route, mais elle n’est pas encore arrivée.

Si l’on regarde plus particulièrement la marque Infiniti, il est clair qu’une grande partie de cet avenir réside dans les VUS, comme la récente présentation du QX60 Monograph nous en a donné une idée. De même, nous entendrons probablement beaucoup parler de la mobilité électrique chez Infiniti, car, eh bien, presque tous les constructeurs automobiles prennent des mesures dans ce sens.

Qu’en est-il donc des sportives Q50 (berline) et Q60 (coupé) ? Pour l’instant, elles continuent à constituer la totalité de la gamme de voitures de la marque, et pour l’instant également, Infiniti ne fournit pas trop d’informations sur leur avenir.

Nous nous en tiendrons donc à ce qui a été dit jusqu’à présent. Pour l’instant. En 2020, la gamme Q50 accueille la variante Pure. Elle, ainsi que les versions Sport et I-Line Red Sport sont équipées d’un moteur V6, le 4-cylindres ayant été abandonné l’année dernière. Un V6 comme moteur de série, ce qui n’est pas courant dans ce segment. Il délivre 300 chevaux et 295 livres-pieds de couple et il fonctionne en conjonction avec une boîte automatique à sept vitesses et dotée d’un mode manuel. Mon modèle d’essai était l’édition Signature, habillée d’un bleu iridium très attrayant.

Voici Shopicar ! Tous les modèles de l’année et toutes les promotions en cours.

Infiniti Q50 2020, profil
Photo : D.Boshouwers
Infiniti Q50 2020, profil

À l’extérieur, il n’y a pas de changement par rapport à l’année précédente, ce qui est bien parce que le Q50 est une voiture bien proportionnée. Elle est basse, ce qui peut faire grogner certaines personnes ayant des problèmes de dos ou de genoux lorsqu’elles montent et descendent, mais elle profite de cette réalité sur le plan aérodynamique. La position du modèle est audacieuse grâce à la large grille de calandre, aux phares inclinés et au capot sculpté.

Les versions
Le nouveau modèle de base Pure est équipé de roues en alliage de 17 pouces, de phares automatiques, de phares de jour, de phares antibrouillard et de feux à DEL, d’un système d’entrée passive sans clé, et même d’un éclairage d’accueil. À l’intérieur, le volant (chauffant) est gainé de cuir, mais les sièges sont recouverts de similicuir. Les deux à l’avant sont chauffants et réglables électriquement en huit directions. Les commodités comprennent la climatisation automatique à deux zones, un affichage multimédia sur deux écrans, une chaîne audio à six haut-parleurs et la compatibilité avec Apple CarPlay et Android Auto.

Notre version à l’essai, la Signature, est franchement le véritable point de départ pour tous ceux qui veulent une Q50 aussi haut de gamme que le prix exigé pour le modèle. Elle est équipée de roues (et de pneus) de 19 pouces, d’un pare-chocs avant sport, de garnitures chromées sur le bouclier avant et d’un aileron arrière assorti à la couleur de la carrosserie. À l’intérieur, vous profitez d’un toit ouvrant électrique en verre teinté, de sièges sport en cuir, de sièges avant dont l’assise peut s’allonger, d’un support lombaire pour le siège du conducteur, d’une banquette arrière rabattable en deux parties (un peu surprenant que ce ne soit pas le cas avec l’édition Pure) et du démarrage à distance.

Ensuite, la version Sport propose le système de direction Direct Adaptive Steering qui élimine le lien mécanique entre la direction et les roues, une suspension dynamique, des freins sport, un régulateur de vitesse intelligent et des palettes de changement de vitesse montées sur le volant. Au sommet de la gamme se trouve la déclinaison Red Sport I-Line. Celle-ci est équipée d’un moteur V6 de 3 litres et 400 chevaux, d’un échappement offrant un son plus excitant, de roues en alliage d’aluminium de 19 pouces au design unique et d’étriers de freins rouges.

Infiniti Q50 2020, avant
Photo : D.Boshouwers
Infiniti Q50 2020, avant

La conduite
Le plaisir de conduire est indéniable avec la Q50, ses performances étant largement aussi sportives qu’elle en a l’air. L’accélération au départ est impressionnante, le 0-100 km/h pouvant se boucler en 5,8 secondes. La voiture est agile dans les virages et épouse la route avec détermination.

Ma seule mise en garde, et elle est déconcertante, concerne la direction du modèle (dans la Signature, il s’agit simplement d’une direction assistée électrique, et non du système de direction à commande électronique mentionné plus haut), qui a tendance à être parfois nerveuse à vitesse d’autoroute. Ai-je mentionné que cela peut être déconcertant ? Ce n’est pas un mauvais système. Il offre une belle précision et se veut léger, mais à plus de 110 km/h, je souhaite une connexion plus solide avec la route, pas une direction trop nerveuse et légère qui réagit trop rapidement.

Infiniti Q50 2020, intérieur
Photo : D.Boshouwers
Infiniti Q50 2020, intérieur

Mais sinon, la conduite de la Q50 n’est pas à dédaigner, d’autant plus qu’elle offre un excellent niveau confort au quotidien. Le luxe n’est pas à la hauteur de ce que font les marques allemandes dans la catégorie, mais cette Infiniti tient tête à la Genesis G70 et aux rivales d’Acura et de Lexus, par exemple. Si Infiniti pouvait raffermir la direction (au sens propre comme au sens figuré) et rehausser la qualité à bord, elle aurait une redoutable prétendante dans la catégorie.

Bien sûr, cela suppose que la compagnie maintienne son engagement envers le modèle. Le temps nous le dira, mais le problème pour le constructeur japonais est que si les ressources dont il dispose pour moderniser et améliorer sa berline sont limitées, les Allemands continuent à améliorer leurs produits. Il n’est pas certain qu’Infiniti dispose de l’arsenal nécessaire pour gagner ce genre de course à l’armement. Et c’est sans compter sur l’arrivée de l’impressionnante Cadillac CT5-V.

Infiniti Q50 2020, trois quarts arrière
Photo : D.Boshouwers
Infiniti Q50 2020, trois quarts arrière

On aime moins

Relativement spacieuse
Intérieur de qualité
Agile
Design élégant et discret
Un coffre de taille décente
Traction intégrale

On aime moins

Une économie de carburant moyenne
Une direction parfois nerveuse
Gamme de prix
Besoin d’un rafraîchissement

La concurrence principale

Acura TLX
Alfa Romeo Giulia
Audi A4
BMW Série 3
Cadillac CT5-V
Genesis G70
Lexus IS
Mercedes-Benz C-Class
Volvo S60

À voir aussi : Comparaison : Acura TLX 2020 vs Infiniti Q50 2020

Infiniti Q50 2020, nom
Photo : D.Boshouwers
Infiniti Q50 2020, nom
Infiniti Q50 2020, écusson Signature
Photo : D.Boshouwers
Infiniti Q50 2020, écusson Signature
Infiniti Q50 2020, arrière
Photo : D.Boshouwers
Infiniti Q50 2020, arrière

Essais routiers et évaluations

Consommateurs
Infiniti Q50 2020
Évaluer ce véhicule
Esthétique
Accessoires
Espace et accès
Confort
Performance
Dynamique de conduite
Sécurité
Appréciation générale
Nom
Courriel
Commentaire
Mot de passe
Mot de passe oublié? Cliquez ici
Annuler
Photos :D.Boshouwers
Photos de l'Infiniti Q50 2020