Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Un Jeep Wrangler en hiver, ça donne quoi?

Un Jeep Wrangler en hiver, ça donne quoi?

Nous l’avons mis à l’épreuve dans toutes sortes de conditions Par ,

La plupart des gens qui se sont procuré un Jeep Wrangler ont plusieurs raisons pour justifier leur achat. Pour certains, c’est le caractère macho de ce véhicule; pour d’autres, c’est sa réputation de costaud. La grande majorité d’entre eux sont des chasseurs ou des pêcheurs obligés de circuler sur des routes en fort mauvaises conditions et qui ont besoin d’un véhicule robuste doté de 4 roues motrices. Or, rares sont les personnes qui en font l’acquisition pour la conduite hivernale. La plupart du temps, les gens vont acquérir un Jeep plus conventionnel, soit un Renegade, un Compass, un Cherokee ou encore un  Grand Cherokee pour affronter l’hiver.

C’est quand même curieux. Comme nous avons eu l’occasion de conduire un Jeep Wrangler Unlimited 2017 pendant quelques semaines au début de l’hiver, nous en profitons aujourd’hui pour vous faire part de nos impressions. Durant cette période, nous avons eu droit à des températures chaudes, à des averses, à du verglas, à une chute soudaine du mercure et à des précipitations quand même assez importantes.

Ce costaud des sentiers a-t-il tenu ses promesses?

Bilan positif
Il ne faut pas oublier que le Jeep Wrangler a été essentiellement conçu pour une utilisation hors route avec toutes les exigences que cela comporte. Par exemple, le seuil des portières est relevé afin d’empêcher la pénétration d’eau lorsqu’on traverse une rivière. En outre, la roue de secours (de dimensions régulières) est accrochée à la porte arrière à battant question de ne pas encombrer le coffre à bagages, qui est relativement petit. Puisque la section arrière est constituée d’une partie inférieure qui s’ouvre de gauche à droite et d’une glace qui s’élève verticalement, sa manipulation ne pose pas trop de problème. Par ailleurs, la présentation de l’habitacle est assez sommaire, toujours en fonction de l’utilisation en forêt et dans des conditions un peu plus radicales qu’en ville. 

Il faut donc lever la jambe passablement haute pour prendre place à bord du Jeep Wrangler. Une fois assis, on a affaire à des sièges qui n’offrent pas le support latéral d’une voiture de course, mais qui se sont avérés confortables tout au long de notre essai. À l’arrière, la banquette est plus ou moins confortable et son assise relativement basse oblige les grandes personnes à avoir les genoux pas mal pliés. Toutefois, l’irritant majeur de ce véhicule se situe surtout au niveau de l’ergonomie et du positionnement de certaines commandes. Au tout début, on ne réussit pas à s’habituer à la position des commandes des glaces latérales, qui sont placées juste sous l’écran d’affichage, en plein centre de la planche de bord et non pas sur les portières. On s’y fait à la longue, mais on cherche en vain à quelques reprises.

L’épreuve de l’hiver
Je dois avouer avoir eu des appréhensions quant à la conduite en hiver avec le Jeep Wrangler, non pas nécessairement en raison du comportement routier, mais plutôt des qualités de chauffage/dégivrage du système de climatisation ainsi que l’efficacité des essuie-glaces. Surprise : malgré un froid de canard pendant certains jours, nous étions bien au chaud dans le Wrangler Unlimited. En plus, même si les détecteurs de présence latérale ne faisaient pas partie de l’équipement, les rétroviseurs surdimensionnés permettaient de voir assez bien vers l’arrière. Par contre, je sais que cela ne fait pas tellement macho, mais j’aurais apprécié un volant chauffant.

Le moteur V6 Pentastar de 3,6 litres est le seul disponible et il accomplit du bon travail même s’il pourrait être moins gourmand en carburant. La boîte automatique à 5 rapports fait le travail elle aussi, mais sans plus. Heureusement, les passages de vitesses s’effectuent en douceur.

Puisque le Jeep Wrangler est conçu pour une conduite hors route assez extrême, il emploie une direction à billes. Cette mécanique n’est pas un modèle de précision, mais elle n’a pas été un irritant digne de mention. Nous roulions la plupart du temps en mode 2 roues motrices et la traction était bonne pour une propulsion malgré la neige et la glace qui recouvraient parfois la chaussée. Les dérobades du train arrière ne se sont pratiquement jamais manifestées. 

Lorsque les conditions se détérioraient davantage, il a parfois fallu recourir aux 4 roues motrices, mécanisme enclenché par un levier situé à la gauche de la console centrale. Malheureusement, pour les non-initiés, ce levier est mal identifié. J’ai même rencontré des gens qui se plaignaient du comportement de leur Wrangler dans la neige sans jamais réaliser qu’ils roulaient toujours avec 2 roues motrices seulement. Ils auraient dû quand même s’interroger sur la présence de ce levier qui commande également le rouage 4x4 en démultiplié.

Conclusion
Somme toute, le Jeep Wrangler Unlimited 2017 s’est monté à la hauteur de la tâche et a affronté toutes les conditions sans coup férir. La direction à billes a gagné en précision au fil des années, tandis que l’empattement allongé de la version Unlimited assure un niveau de confort acceptable pour un véhicule doté de suspensions essentiellement destinées à affronter les sentiers et les ornières.

Admirez notre galerie de photos ainsi qu’une belle vidéo qui montre justement de quoi le Jeep Wrangler est capable dans la neige…

 

Essais routiers et évaluations

Consommateurs
Jeep Wrangler 2017
Évaluer ce véhicule
Esthétique
Accessoires
Espace et accès
Confort
Performance
Dynamique de conduite
Sécurité
Appréciation générale
Nom
Courriel
Commentaire
Mot de passe
Mot de passe oublié? Cliquez ici
Annuler
Jeep Wrangler 2017
Jeep Wrangler 2017
Évaluer ce véhicule
Esthétique
Accessoires
Espace et accès
Confort
Performance
Dynamique de conduite
Sécurité
Appréciation générale
Nom
Courriel
Commentaire
Mot de passe
Mot de passe oublié? Cliquez ici
Annuler
Photos :D.Duquet
Photos du Jeep Wrangler 2017