Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Lexus RX400h 2006 : essai routier

Lexus RX400h 2006 : essai routier

L'homme à battre Par ,

L'homme à battre

Depuis l'arrivée du nouveau millénaire, quelques grands manufacturiers tentent par tous les moyens de s'arracher le titre du meilleur constructeur de véhicules à motorisation hybride. Au départ, Honda et Toyota étaient les deux seuls à offrir cette technologie, mais Ford et General Motors ont rapidement suivi le pas. Pour 2006, c'est la division de luxe de Toyota, Lexus, qui introduit son tout premier véhicule hybride. Il s'agit du RX400h, un utilitaire de luxe déjà bien connu et très apprécié du public, en version 330. J'ai eu l'occasion d'en faire l'essai lors d'une présentation aux médias qui avait lieu mardi dernier au fameux restaurant Hélène de Champlain, situé sur l'île Ste-Hélène.

Photo - Antoine Joubert - Auto123.com
Pour certains, il est difficile de justifier la raison pour laquelle Lexus choisi de commercialiser un V.U.S. à motorisation hybride de plus de 60 000 $. La principale raison se traduit par une totale indifférence de la majorité des acheteurs à la hausse du prix du carburant. Cependant, en y pensant davantage, cette approche peut justement convaincre le client qui a soif de luxe et de puissance, puisque le véhicule ne fait techniquement aucun compromis en la matière. De plus, il offre l'avantage d'être avare de carburant et du même coup, d'être extrêmement propre au point de vue environnemental.

Comme tout véhicule offrant une nouvelle technologie de pointe, le coût de développement dépasse les profits engendrés par les ventes. Pour preuve, seulement 5 000 unités sont produites pour l'ensemble de l'Amérique du Nord, et 750 d'entre elles sont destinées au marché canadien. Il est donc facile d'en déduire que le RX400h se veut aussi une étude de marché pour Toyota/Lexus, qui souhaite offrir d'ici cinq ou six ans, la technologie hybride sur la grande majorité de ses modèles. M. Jeff Powell, consultant à l'Académie Lexus, mentionnait d'ailleurs que le numéro un japonais souhaite prochainement offrir la motorisation hybride en tant que simple option, au même titre qu'une boîte automatique.

Design et architecture

Photo - Antoine Joubert - Auto123.com
Bien malin celui qui sait différencier l'hybride de l'original. Les quelques détails esthétiques qui les distinguent sont à ce point peu nombreux, qu'il est difficile pour le conducteur « vert » de se démarquer. Tout de même, on y retrouve des jantes en alliage de 17 pouces au lieu de 16, des feux arrière distincts, une grille de calandre plus originale et un pare-chocs avant pourvu de phares antibrouillards circulaires et d'une prise d'air additionnelle, servant au refroidissement du système électrique. Pour le reste, le RX400h propose la même superbe ligne, qui allie élégance, raffinement et audace. Il est offert en deux versions, soit avec l'ensemble Premium et Ultra Premium. C'est pourquoi, contrairement au RX330, il reçoit un toit ouvrant et des phares au xénon en équipement de série.

Aménagement intérieur

Comme de coutume, la qualité d'assemblage, la finition et les matériaux utilisés sont fort impressionnants. En fermant la portière, on se retrouve isolé dans un habitacle à la fois riche, luxueux, extrêmement bien décoré et très ergonomique. Lorsqu'en place, le conducteur profite d'un siège superbement confortable, ajustable de plusieurs façons, et recouvert d'un cuir de haute qualité. En quelques secondes, la position de conduite optimale est trouvée, ce qui permet au conducteur d'effectuer de longs trajets sans jamais ressentir la fatigue. Les passagers arrière ne sont bien évidemment pas laissés pour compte, puisqu'en plus d'être confortable, la banquette à dossier réglable est également coulissante, de façon à augmenter l'espace accordé aux jambes. À l'arrière, la soute à bagages est en tout point identique à celle du modèle à essence. Aucun bloc de batteries ne se cache sous le plancher, si bien que les compartiments de rangements et la trousse d'outils sont toujours présents.