Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Essai à long terme de la Mazda MX-5 2021, partie 5 de 5

Des protections d’assurance auto
de qualité, à prix avantageux. Obtenez une soumission en ligne dès maintenant.
OBTENEZ UNE
SOUMISSION AUTO

Auto123 met à l’essai à long terme la Mazda MX-5 2021. Aujourd’hui, la 5e et dernière partie, alors qu’on s’attarde aux choses à savoir avant l’au revoir.

À voir aussi : Essai à long terme de la Mazda MX-5 2021, partie 1 de 5 : L’énigme du patronyme

À voir aussi : Essai à long terme de la Mazda MX-5 2021, partie 2 de 5 : La machine qui ose la symbiose

À voir aussi : Essai à long terme de la Mazda MX-5 2021, partie 3 de 5 : Toit souple ou dur ?

À voir aussi : Essai à long terme de la Mazda MX-5 2021, partie 4 de 5 : Bonjour, M. Miata

Pour cette dernière chronique issue de l’essai long terme de la Mazda MX-5 RF (un mois) et de la MX-5 à toit souple (un autre mois), permettez-moi un méli-mélo de réflexions que je n’avais pas encore partagées dans les quatre premiers textes.

Intimité
Par exemple, j’ai déjà expliqué la philosophie « Jinba ittai » qui sous-tend la construction du cabriolet le plus populaire au monde afin que le pilote et son auto ne fassent qu’un. Je précise maintenant que l’habitacle concourt diablement à cette communion.

Pour vous donner une idée de l’exiguïté du cockpit, bien calé dans le très seyant siège Recaro (l’un des éléments du Groupe Sport de 4 400$ qui inclut également des roues BBS de 17 po serties d’étriers rouges et de freins Brembo à l’avant), vous n’avez qu’à étendre votre bras droit pour toucher à l’autre portière. Sans vous luxer l’épaule. Elles sont rares les automobiles qui permettent une telle intimité avec son environnement. Ou avec son passager.

D’ailleurs, la Miata veut-elle d’un passager ?

Shopicar.com, 100% en ligne, magasinez votre voiture, achetez en ligne et on vous livre au Québec!

Mazda MX-5 RF 2021, intérieur
Photo : M.Crépault
Mazda MX-5 RF 2021, intérieur

Si vous utilisez votre roadster essentiellement pour des balades dominicales dans un décor pastoral, la réponse est oui. Votre invité sera ravi de partager avec vous ces sorties thérapeutiques au grand air.

Mais si au lieu de naviguer paisiblement entre les silos de ferme vous pratiquez un slalom agressif en faisant constamment mouliner le 2.0 litres SkyActiv au-dessus de 4000 tr/min, comme si en-dessous de ce régime le pauvre engin allait manquer d’oxygène, pas sûr que votre passager continuera à la trouver charmante, sa promenade.

Pendant que vous vous éclatez au volant, que vous vous dites que la dernière fois que vous avez ressenti pareille symbiose avec la route, c’était sur une piste de karting, le sac de sable à côté se demandera quelle idée de fou il a eu en acceptant de vous accompagner. Croyant, il se signera. Athée, il blasphémera.

L'habitacle très intime de la Mazda MX-5 RF 2021
Photo : M.Crépault
L'habitacle très intime de la Mazda MX-5 RF 2021

Pour sa brosse à dents
Une autre réalité milite en faveur des déplacements en solo : votre bagage.

La malle ovoïde de la MX-5 à capote souple affiche une capacité de 130 litres, trois de moins à bord du modèle RF à toit métallique rétractable. Il n’y a guère plus étroit dans l’industrie. Le coffre de la BMW Z4 offre 281 litres. Celui de la Porsche 718 Boxster n’a que 120 L à l’arrière mais se reprend à l’avant avec 150 L supplémentaires.

Cela dit, avec la MX-5, si vos sacs ont des contours mous et si vous excellez au jeu Tetris, vous serez, comme la Pépette dans la chanson de Renaud, « quand même étonnée d’être surprise devant la contenance de sa valise ».

Mais, sans passager, le plancher devant le siège inoccupé s’avère également bien pratique…

Mazda MX-5 2021, porte-gobelet double
Photo : M.Crépault
Mazda MX-5 2021, porte-gobelet double

À cause du manque d’espace de rangement flagrant de la MX-5, vous apprenez à identifier le moindre recoin où vous pouvez ranger quelque chose, n’importe quoi. C’est-à-dire…

-    Le minuscule compartiment sur la console centrale qui sert aussi d’accoudoir. Soulevez-en le couvercle et vous pourrez y cacher un trousseau de clef.
-    À l’arrière se dresse un porte-gobelet double. Nous avons déjà vu que l’art de décapoter l’auto requiert un coude souple et alerte. Pour récupérer une bouteille d’eau derrière soi, c’est même indispensable. On peut retirer l’un des anneaux de plastique et le ficher dans une fente prévue à cet effet à la droite du sélecteur de vitesses. Cette fois, le conducteur pourra étancher sa soif sans avoir à risquer une contorsion dangereuse, mais le genou du passager n’appréciera pas d’avoir cette excroissance dans les pattes. Ce qui nous ramène aux avantages de voyager seul en Miata…
-    Toujours à l’arrière, dans la paroi sur laquelle butent les dossiers (qui ne s’inclinent pas vraiment, ce qui donne une autre bonne raison au passager de rester chez lui, là où la sieste de l’après-midi sera meilleure), on a aménagé un casier verrouillable. On l’utilise tout le temps, à défaut de coffre à gants normal, mais il faut au préalable vider le porte-gobelet pour y accéder.
-    Enfin, dans les portières, il y a un creux. On peut y enfouir un vieux Kleenex, une pelure de clémentine ou l’emballage d’une palette de chocolat, mais pas les trois à la fois.

Bref, vous aurez compris que pour vous enseigner l’art de voyager léger, la MX-5 est la Marie Kondo de l’automobile.

La Mazda MX-5, sur la route
Photo : Mazda
La Mazda MX-5, sur la route

Super recommandé
Côté consommation, selon l’enthousiasme de mon pied droit, elle a oscillé entre 7 et 9 litres aux 100 km. De plus, si vous voulez profiter à plein des 181 chevaux et du couple de 151 lb-pi, vaut mieux biberonner le 2 litres avec de l’essence à haut indice d’octane.

Fiata
Un mot, avant de l’oublier, sur la Fiat 124 Spider. Pendant que Mazda allait présenter la 4e génération de son populaire cabriolet, Fiat donnerait une héritière à la 124 Sport Spider (1966 à 1985) en lançant la 124 Spider grâce à une collaboration entre les deux constructeurs. Un partenariat à l’image de celui entre Subaru et Toyota pour la BRZ et la FR-S.

Le plan est simple : MX-5 et 124 partageront la plateforme et le tableau de bord (mêmes cadrans, même écran tactile de 7 po) mais la Fiat personnalisera sa carrosserie (plus longue de 5 po) et sa motorisation grâce au 1,4 litre turbo MultiAir de 160 chevaux importé d’Italie et boulonné sur la chaîne de production d’Hiroshima, aux côtés de la cousine japonaise.

On découvre la « Fiata » au Salon de Los Angeles en novembre 2015, on l’achète à partir de 2016, mais Fiat en cesse la production dès 2020, après en avoir vendu quelque 35 000 exemplaires.

On pourrait épiloguer longuement sur les raisons de cet échec mais, en bout de ligne, je crois que les gens ont clairement manifesté leur préférence pour la recette originale.

La Fiat 124 Spider montrée au Salon de Los Angeles, 2015
Photo : Fiat
La Fiat 124 Spider montrée au Salon de Los Angeles, 2015

Grande éloge
Enfin, je ne peux pas omettre cette citation du journaliste britannique Jeremy Clarkson, le célèbre animateur de Top Gear et du Grand Tour : « Le fait est que si vous voulez une voiture sport, la MX-5 est parfaite. Il n’y a rien sur nos routes qui vous donnera une meilleure valeur. Rien qui vous donnera autant de plaisir. La seule raison pour laquelle je lui donne 5 étoiles c’est parce que je ne peux pas lui en donner 14. »

Personnellement, j’ai été très triste de mettre fin à cet essai. Le fait que la remise des clefs coïncidait avec la fin de l’été n’a pas aidé. Bien que ma raison sache pertinemment que la MX-5 est l’un des véhicules les moins pratiques de l’univers, surtout face à nos impitoyables hivers, mon cœur l’adore parce qu’elle symbolise une bouffée d’air frais, un joujou pour grande personne, un exutoire au stress et un triomphe sur la grisaille du quotidien.

D’autant plus que l’édition 100e anniversaire – c’est la marque Mazda qui est centenaire, pas le modèle – de 41 800$ (versus 33 200$ pour une GS à toit souple) basée sur la version GT de la MX-5 2021 mais rendue exclusive en vertu du blanc neige à l’extérieur, du rouge grenat à l’intérieur, de la capote cerise foncé et des badges commémoratifs un peu partout, est accompagnée d’un modèle réduit 1:43 de la R360, la première voiture de tourisme de Mazda.

Je vous le demande, comment résister ?

L’édition 100e anniversaire de la Mazda MX-5, et une Mazda R360
Photo : Mazda
L’édition 100e anniversaire de la Mazda MX-5, et une Mazda R360
La Mazda R360, version miniature
Photo : Mazda
La Mazda R360, version miniature