Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Mercedes-Benz B 200 Turbo 2011 : essai routier

Mercedes-Benz B 200 Turbo 2011 : essai routier

Dans les petits pots, les meilleurs onguents Par ,

« C’est quoi? Une Mercedes? Pour vrai? »

Je l’ai entendue souvent, celle-là, durant ma semaine passée en compagnie de la Mercedes-Benz B 200 Turbo. Pour la plupart des gens, le nom Mercedes-Benz évoque le grand luxe et le prestige, l’étoile un symbole du panache avec lequel ils ont pu se récompenser pour leur réussite.

Mercedes-Benz B 200 Turbo Avantgarde 2011 vue 3/4 avant
La B 200 Turbo constitue une prestigieuse alternative pour l’acheteur désirant la fonctionnalité et la maniabilité d’une citadine sans pour autant sacrifier le luxe. (Photo: Lesley Wimbush/Auto123.com)

Contrairement à nous, les Européens n’assimilent pas forcément la taille à la qualité. De Nice à Stuttgart, les menues compactes arborant des emblèmes allemands huppés foisonnent en milieu urbain. Sur notre marché, par contre, un modèle d’entrée de gamme peut représenter un pari risqué, l’ego fragile des ambitieux carriéristes retrouvant le confort dans l’exclusivité.

Mais à voir le nombre impressionnant de ces Benz compactes parcourant les routes du Grand Toronto, l’accessibilité de la B 200 a assuré son succès, sans pour autant ternir l’image du constructeur germanique.

Je l’ai troquée une semaine plus tard pour un coupé SLS AMG avec portes-papillon, et la réaction unanime du public se voulait exactement le genre d’adulation qu’on doit à un modèle phare fabuleusement exclusif. La petite sœur ténue et abordable n’a apparemment dilué en rien l’attrait du reste de la famille!

Haute sur pattes et arquée, la B 200 rappelle une Mazda5 ou Toyota Matrix. Elle devrait attirer une clientèle… qui dîne, qui magasine et qui lui donnera sûrement un petit surnom mignon digne de son nez retroussé et de sa mine plutôt attendrissante.

J’ai conduit la B 200 dans sa version de base lors de son lancement en 2005, et même si la Mercedes m’avait traitée aux petits oignons, je n’avais pas raffolé de ses performances plutôt léthargiques et de l’élasticité vacillante de sa CVT. Elle a évolué un brin depuis, à coups de cures de rajeunissement : nouvelles technologies, équipement de série additionnel et silhouette plus effilée et menaçante.

Mercedes-Benz B 200 Turbo Avantgarde 2011 vue côté droit
Haute sur pattes et arquée, la B 200 rappelle une Mazda5 ou Toyota Matrix. (Photo: Lesley Wimbush/Auto123.com)