Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Porsche 911 2012 Carrera S : premières impressions

Porsche 911 2012 Carrera S : premières impressions

L'assassin compatissant Par ,

SANTA BARBARA, Californie – Porsche vient de braquer le feu de ses projecteurs sur la 911 Carrera réinventée en Californie, un choix de contrée tout à fait approprié vu l’énorme popularité et le riche passé dont jouit le modèle dans le Golden State. La 911 a fait ses débuts en 1963, et elle a évolué spectaculairement au cours des 48 dernières années, sans jamais trahir sa raison d’être originale.

Esthétique cruciale
Plutôt que de laisser libre cours à leur testostérone, les dessinateurs de Porsche savaient qu’ils devaient maintenir les courbes et la fluidité de la 911 pour cette 6e génération. Ils ne pouvaient se permettre d’expérimenter trop avec une formule gagnante, au risque de tout perdre. Tout en respectant son passé, la nouvelle mouture paraît plus svelte grâce à des vitres latérales allongées, de nouveaux plis et des feux arrière plus minces.

Porsche 911 Carrera S 2012 vue 3/4 arrière
De l’arrière, je vois un soupçon d’Aston Martin avec ses nouveaux feux, ses épaules larges et sa ligne de caisse discrète et pourtant distincte. (Photo: Rob Rothwell/Auto123.com)

À mon avis, parée de cette robe moulante, mais intimidante, la 911 fait preuve d’un plus grand conformisme. De l’arrière, je vois un soupçon d’Aston Martin avec ses nouveaux feux, ses épaules larges et sa ligne de caisse discrète et pourtant distincte. Les stylistes chargés de l’habitacle ont exercé la même retenue. Ici, les améliorations sont exceptionnelles… mais l’intérieur demeure tout ce qu’il y a de plus Porsche.

La console centrale inspirée de la Panamera frappe particulièrement, se fondant avec panache dans le pilier central, et les matériaux respirent la qualité. La finition est excellente et les sièges, tout simplement incroyables : ils épousent la forme humaine plus étroitement qu’une camisole de force des années 50.

Mais ce n’est pas que la retenue qui accroche ici, mais également la coquille ergonomique qui enveloppe le conducteur et qui rend les contorsions nécessaires pour monter à bord si gratifiantes. D’un point de vue ergonomique, le cockpit frise la perfection. D’un point de vue convivial… moins.

La présence d’innombrables minuscules commandes déconcertera quelque peu le néophyte, surtout quand on est sur la route et qu’on ne peut étudier la configuration. J’imagine que l’abondante technologie dont profite le modèle nécessite un véritable arsenal de boutons et interrupteurs, qui comprend également un écran tactile pour gérer la flopée additionnelle de réglages reliés au système de navigation.

Porsche 911 Carrera S 2012 intérieur
La présence d’innombrables minuscules commandes déconcertera quelque peu le néophyte. (Photo: Rob Rothwell/Auto123.com)