Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Porsche Cayenne Turbo 2011 : premières impressions

Porsche Cayenne Turbo 2011 : premières impressions

Par ,

Un des avantages de se faire inviter par le prestigieux constructeur de Stuttgart, consiste à saisir l’occasion de conduire quelques-uns de ses produits actuels, sinon tous, ou presque. Ayant eu la chance de passer pas mal de temps (mais ce n’est jamais assez!) au volant de beaucoup de ses dernières créations, dont la Panamera et la 911 Turbo S, je me suis concentré sur le nouveau Cayenne.

Le nouveau Cayenne semble plus tranché, plus sexy et, remarquablement, plus petit. (Photo: Mathieu St-Pierre/Auto123.com)

Le nouveau Cayenne est sans contredit le nouveau Cayenne. Placé à côté de la camionnette précédente ou, pire encore, la première génération du Cayenne, la mouture 2011 se présente comme l’évolution nettement distinctive du véhicule qu’on pourrait considérer comme le sauveur de l’entreprise. Le nouveau Cayenne semble plus tranché, plus sexy et, remarquablement, plus petit. Le carénage avant inspiré de la Panamera et la silhouette plus osée et assurée en font un VUS beaucoup plus attrayant. Les dimensions n’ont jamais été aussi parfaites.

Afin d’économiser du temps et de conduire autant de modèles que possible, je me suis allié à trois autres conducteurs (et Laurance) : nous avons quitté le Porsche Zentrum à bord du Cayenne et d’une 911 Turbo S. Étant la plus rapide, la S a pris la tête. On aurait pu en finir là, mais entre nos mains habiles (surtout les miennes), le Cayenne Turbo n’a jamais perdu la S de vue.

Le trajet choisi se composait de nombreux lacets, de virages aveugles, de surfaces changeantes, de pentes franches et de longues descentes. Ici et là, où la limite affichait 40 km/h, nous abordions les sommets et les virages à 160 degrés à une vitesse pas mal plus élevée.

Le monstrueux V8 turbo de 4,8 litres du Cayenne et ses 500 chevaux, ne se montrait guère intimidé par les tentatives ratées de la S (quand je conduisais le mastodonte de 2 177 kilos) d’accroître la distance séparant les rapides bolides allemands. Honnêtement, je savais que le Cayenne se portait compétent et versé en tenue de route, mais ô qu’il m’a impressionné! Malgré sa taille, il n’était jamais tenté à prendre un virage large, un témoignage de son équilibre et sang-froid.

Le V8 rageait et piaffait, et la boîte Tiptronic S automatique à 8 vitesses gérait sa furie avec assurance. Surtout en mode Sport. Il est entendu qu’elle propose un mode manuel. Or, à mon grand déplaisir, le véhicule testé était doté de boutons à double action . Heureusement que Porsche offre les palettes, comme pour la Turbo S,len option sans frais supplémentaires.
Le monstrueux V8 turbo de 4,8 litres du Cayenne et ses 500 chevaux, ne se montrait guère intimidé par les tentatives ratées de la S. (Photo: Mathieu St-Pierre/Auto123.com)