Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Essai du Porsche Macan 2019 : voiture sport en tenue utilitaire

Auto123 met à l’essai le Porsche Macan 2019, une véritable voiture de sport sous sa carapace de véhicule utilitaire

Le Porsche Macan est devenu, en l’espace de quelques saisons seulement, l’un des modèles les plus importants de la gamme de Stuttgart. Non seulement trône-t-il au sommet des ventes mondiales de la marque, mais en plus, le p’tit frère du Cayenne s’impose comme l’un des VUS les plus dynamiques sur le marché. 

Une mise à jour
En attendant son passage à l’électrique – ça devrait se faire à compter de 2022 –, le Porsche Macan 2019 a droit à quelques ajustements de mi-parcours, un passage obligé de nos jours, surtout pour les modèles populaires. 

Et, au cas où vous ne le sauriez pas encore, le diminutif multisegment peut être propulsé par un moteur 4-cylindres turbo de 2,0-litres d’une puissance de 248 chevaux-vapeur et 273 lb-pi de couple optimal. J’ai pu reprendre le volant de cette livrée « de base » il y a quelque temps, question de voir si le Macan est toujours aussi amusant à conduire.

Photo : V.Aubé

Du nouveau en 2019
Prenons tout de même quelques instants pour énumérer les modifications apportées au modèle utilitaire pour l’année en cours. Sans surprise, la silhouette très aguichante du Macan demeure inchangée. C’est aux deux extrémités que les designers ont cherché à différencier le millésime 2019 des précédents. Bien que la grille de calandre demeure inchangée, les ailettes placées de part et d’autre sont dorénavant munies de ces feux de jours aux DEL, tandis que les blocs optiques ont subtilement changé de signature. 

C’est plutôt à l’arrière où le Macan révisé se reconnaît par son feu de position qui traverse la caisse de gauche à droite, une signature appliquée à presque tous les modèles de la marque. 

L’intérieur
Les habitués de l’utilitaire compact ne seront pas dépaysés puisque la majorité des composantes sont reconduites. Il y a toutefois du nouveau à la planche de bord, surtout au centre où le nouvel écran tactile de 10,9 pouces de largeur a forcé les concepteurs à repositionner les buses de ventilation centrales sous ce dernier. Parlant de buses de ventilation, celles-ci arborent également une nouvelle forme pour 2019 – rien pour écrire à sa mère certes –, mais bon, sachez que c’est une nouveauté. Un p’tit mot sur le nouvel écran : les graphiques sont superbes, tandis que la navigation à travers les applications s’avère simplifiée.

Photo : V.Aubé

Pour ce qui est du reste, l’habitacle du Macan 2019 demeure identique à celui du modèle introduit en 2015 chez nous. C’est ce qui explique d’ailleurs la présence de tous ces boutons autour du levier de vitesses, contrairement à tous les modèles récents de la marque qui héritent d’une surface tactile à cet endroit. 

Le Macan connaît son rôle, c’est-à-dire d’offrir une porte d’entrée aux consommateurs intéressés par le format compact des utilitaires de luxe. Même s’il partage son architecture avec le Q5 d’Audi, le Macan n’est pas aussi logeable que son cousin aux quatre anneaux. On retrouve toutefois une qualité indéniable des matériaux et un assemblage très rigoureux. Le contraire aurait été étonnant! 

Quant au confort de la sellerie, disons seulement que malgré une assise assez ferme, les sièges des deux rangées sont très accueillants pour les randonnées prolongées. 

Un 4-cylindres turbo… dans un Macan?
Lorsque le Macan est arrivé sur le marché, il a tout d’abord été offert avec un duo de moteurs V6 turbocompressés. Mais, depuis 2017, le constructeur a élargi sa gamme de modèles disponibles et le 4-cylindres turbo de 2,0-litres de cylindrée utilisé à toutes les sauces au sein du groupe Volkswagen a lui aussi trouvé sa place sous le capot du petit utilitaire de Stuttgart.

Photo : V.Aubé

Pour 2019, le moulin a perdu quatre chevaux – il était coté à 252 chevaux auparavant –, tandis que son couple demeure identique à 273 lb-pi. S’il est vrai que le petit moteur n’est pas aussi expressif que l’un ou l’autre des V6 disponibles, il n’en demeure pas moins que ce 4-cylindres doit composer avec un poids allégé, si on le compare à un Audi Q5 équipé du même moteur par exemple. Résultat : le Porsche Macan est doté d’un rapport poids/puissance supérieur à son cousin aux quatre anneaux. Et avec cette boîte de vitesses à double embrayage PDK qui compte toujours sept rapports, le VUS n’est pas vilain à conduire du tout!

J’ai une fois de plus ressenti ce délai agaçant lors des départs arrêtés en ville, un détail qui oblige celui qui tient le volant à modifier sa conduite. Heureusement, lorsqu’il est en mouvement, le Porsche Macan est un charme à conduire, surtout lorsqu’il est placé en mode Sport ou Sport+, ce dernier qui est un peu trop saccadé dans certaines situations, je dois l’admettre. 

Ces deux modes de conduite disponibles – il y en a deux autres – à partir de cette molette logée à même le volant sport du Macan transforme le banal utilitaire allemand en voiture sport. Les changements de rapports sont rapides, la mécanique est plus aiguisée, tandis que la direction est juste assez lourde et précise pour aborder un virage à pleine vitesse sans se retrouver dans le décor. Mieux encore, le freinage est lui aussi fort rassurant, et ce, malgré le fait que les versions plus puissantes du Macan soient munies de freins plus gros.

Photo : V.Aubé

Mais, ce qui est encore plus intéressant en cette ère où l’économie de carburant est devenue plus importante que la performance, c’est que le plus frugal des Macan est capable de maintenir une moyenne oscillant entre 10 et 11 L/100 km sans aucun effort de la part du conducteur pour sauver à la pompe. Après tout, le Porsche Macan a beau être un VUS, son agrément de conduite est indéniable!

Le mot de la fin
Ce qui fait (un peu) plus mal dans cette histoire, c’est le prix demandé pour s’asseoir au volant du Macan 2019. À un prix d’entrée de 55 500 $, il est très facile de faire grimper la facture à une somme résolument plus salée. L’exemplaire essayé pendant quelques jours se détaillait 73 900 $ (avec une multitude d’options) et, à ce prix, il existe plusieurs options intéressantes sur le marché. 

Ce qu’on ne peut pas enlever au Porsche Macan toutefois, c’est son agilité de voiture sport, sa qualité générale, son incroyable valeur de revente et, dans ce cas-ci, un résultat plus que satisfaisant à la pompe. Si seulement les ingénieurs trouvaient le moyen d’enrayer ce délai à l’accélération, le Macan serait encore plus désirable. Rassurez-vous, il l’est quand même.

La concurrence principale

Mercedes-Benz Classe GLC 
Audi SQ5
BMW X4
Range Rover Velar
Alfa Romeo Stelvio

Photo : V.Aubé
Photo : V.Aubé

Essais routiers et évaluations

Consommateurs
Porsche Macan 2019
Évaluer ce véhicule
Esthétique
Accessoires
Espace et accès
Confort
Performance
Dynamique de conduite
Sécurité
Appréciation générale
Nom
Courriel
Commentaire
Mot de passe
Mot de passe oublié? Cliquez ici
Annuler
Photos :V.Aubé
Photos du Porsche Macan 2019