Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Porsche Panamera V6 2011 : essai routier

Porsche Panamera V6 2011 : essai routier

Sportive raisonnable Par ,

Elle se montre toujours aussi spectaculaire, aussi agréable à conduire. Et non seulement la nouvelle Porsche Panamera offre-t-elle beaucoup de place dans l’habitacle, désormais elle en montre tout autant sous le capot. Car cette Panamera qui m’avait tant impressionné dans sa version turbo revient à la charge de façon plus raisonnable en présentant cette fois un moteur 6 cylindres.

Impossible, sans lire les étiquettes, de deviner la version. (Photo: Matthieu Lambert/Auto123.com)

Ce qui, vous en conviendrez, laisse sous le capot un vaste espace vide, une vision inhabituelle pour la compagnie allemande.

Pas de changements
Impossible, sans lire les étiquettes, de deviner de l’extérieur que la Porsche que je conduisais pour quelques kilomètres n’avait que 6 cylindres. La silhouette reste toujours la même, avec un arrière rebondi et un capot qui s’étire.

Même chose pour l’habitacle qui reste un des plus remarquables de l’industrie, rien de moins. Surtout que dans ma voiture d’essai on avait juxtaposé de magnifiques couleurs mélangeant le cuir grisé à l’aluminium brossé et au chrome reluisant. Un assemblage spectaculaire qui rehausse vraiment la barre pour toute la compétition. Bien que dans ce segment, avouons-le, la compétition ne se presse pas aux portillons.

Mécanique remarquable
Évidemment, la véritable trouvaille, c’est le moteur V6 que l’on retrouve sous le capot. Ceux qui ont lu mes essais précédents se rappelleront de mon admiration pour le moteur turbo qui déplaçait la voiture avec une aisance parfois impressionnante.

Cette fois, l’accélération surprend moins, la Porsche s’est assagie. Dotée de son moteur à deux cylindres en moins, elle accomplit tout de même le 0-100 en moins de 6,8 secondes. Pas de quoi écrire à sa mère, mais tout de même beaucoup plus rapide que bien des voitures aux mêmes prétentions.

Et rappelez-vous que 300 chevaux suffisent amplement quand vient le temps d’effectuer un dépassement. À ne pas négliger non plus, le fait que l’on ait réussi à préserver une partie de la sonorité si caractéristique des Porsche, ce qui ajoute encore au plaisir de conduite. En courbe, la Panamera dispose d’une direction irréprochable, et de suspensions haut de gamme qui s’avèrent un pur délice pour celui qui tient le volant.

Rappelez-vous que 300 chevaux suffisent amplement quand vient le temps d’effectuer un dépassement. (Photo: Matthieu Lambert/Auto123.com)