Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Subaru Tribeca 2008 : Premières impressions

Subaru Tribeca 2008 : Premières impressions

Par ,

Tribeca : La suite

L'opinion du public est une force sous-estimée
Collingwood, Ontario --
Une fois qu'un constructeur automobile a lancé un nouveau modèle sur le marché, il ne peut plus vraiment le tester auprès d'acheteurs potentiels et ensuite apporter des changements rapides en fonction de leurs commentaires. Or, certains dirigeants de Subaru -- et l'ancien directeur du design, Andreas Zapatinas -- auraient sans doute aimé pouvoir le faire.

La physionomie du B9 Tribeca original (2005) a été remplacée par un faciès plus traditionnel.

L'objet au coeur de la polémique: l'audacieux design de calandre d'inspiration aéronautique, d'abord apparu sur le nouveau Subaru B9 Tribeca 2005. Cette calandre, qui évoquait un avion vu de face, a par la suite été intégrée à la gamme de l'Impreza.

Subaru voulait ainsi se donner une nouvelle image, un nouveau visage, mais la réaction du public a été tellement négative que la compagnie a été forcée de l'abandonner complètement. Du même coup, Zapatinas a dû quitter son poste. (Il avait aussi dessiné quelques modèles hors du commun chez Alfa Romeo, mais l'échec chez Subaru n'était peut-être pas entièrement de sa faute.)

Prise 2
Voici maintenant le Subaru Tribeca 2008, un VUS multisegments qui a subi une transformation extrême. Alors que le modèle original était... original, le nouveau Tribeca (l'appellation «B9» avant le nom a été abandonnée) a l'air plus conventionnel. En fait, quand on regarde sa nouvelle calandre large à barres chromées, on dirait qu'il sort d'une usine de Chrysler.

Les changements sont loin de s'arrêter ici. Le véhicule arbore un capot, des pare-chocs, des ailes avant, des phares, des feux arrière, un hayon, des longerons de toit, des rétroviseurs et des vitres latérales arrière redessinés. Ces deux derniers éléments sont le résultat d'un autre reproche formulé à l'endroit du premier Tribeca: la visibilité médiocre. Certes, l'amélioration est bénéfique, mais les miroirs agrandis sont pour le moins inélégants.

La décision de rebâtir le Tribeca est facile à comprendre. Dans sa forme précédente, le modèle était destiné à demeurer marginal. Or, Subaru voulait accroître considérablement sa marque dans tous les segments du marché et ses véhicules devaient donc sortir de la marge pour être plus conservateurs. Je suis cependant de ceux qui persistent à croire que le design initial était beaucoup plus intéressant.

Les nouveaux feux arrière du Tribeca ne sont qu'un élément de la transformation extrême qu'il a subie.