Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Toyota Highlander 2009 : essai routier

Toyota Highlander 2009 : essai routier

L'utilitaire tranquille Par ,

Le Toyota Highlander représente l'exact portrait de l'utilitaire tranquille: silhouette sobre, motorisation sans éclat, direction efficace mais anonyme. Bref, malgré ses qualités routières indéniables, on le confond facilement dans la masse des autres utilitaires, et il n'a rien de véritablement dérangeant.

Sa calandre trapézoïdale et ses ailes arrière rebondies lui donnent une nouvelle présence sur la route.

Conduire un Highlander, c'est donc une aventure sans surprise qui nous mènera efficacement du point A au point B, sans frisson ni déception. Mais après tout, n'est-ce pas exactement ce que doit faire un véhicule?

Revamping discret

Cette génération du Toyota Highlander est la seconde, et celle qui a reçu un léger coup de pinceau il y a deux ans environ. On a alors adouci quelques lignes, modifié un peu la silhouette générale, et amélioré l'ensemble.

Dans les faits, celui qui auparavant avait toutes les apparences d'une petite boîte carrée sans inspiration a au moins hérité d’un traitement modernisant. Sa calandre trapézoïdale et ses ailes arrière rebondies lui donnent une nouvelle présence sur la route. Et bien qu'il ne soit pas un modèle d'innovation esthétique, il n'a rien de désagréable à l'œil, bien au contraire. Tout au plus peut-on lui reprocher de ressembler un peu trop à tout ce qui se fait dans le genre. Mais est-ce vraiment un défaut pour tout le monde?

Intérieur polyvalent
La véritable trouvaille du Toyota Highlander, on la déniche à l'intérieur. L'habitacle paraît définitivement plus moderne, et ses cadrans cerclés de chrome viennent animer un tableau de bord, ma foi, assez réussi.

On ne peut qu'apprécier aussi la présence d'un centre d'information en haut de la console centrale donnant toute les données sur le kilométrage, la moyenne de consommation et autres renseignements qui, même s’ils ne sont pas nécessaires, font toujours l'objet d'une étude attentive de tous les conducteurs. Mentionnons aussi que sur certaines versions, le Highlander y abrite un minuscule écran pour afficher les images de la caméra de recul pour l'aide au stationnement.

Dernier détail aussi, les sièges de tissu se replient facilement pour laisser la place à tout l'espace de cargaison le cas échéant. Sinon, les passagers peuvent aisément s’asseoir à l'arrière, même si le confort ne se pointe pas exactement au rendez-vous: les sièges sont un peu durs, mais l'espace y est cependant suffisamment abondant pour éliminer toute contorsion.

L'habitacle paraît définitivement plus moderne, et ses cadrans cerclés de chrome viennent animer un tableau de bord, ma foi, assez réussi.