Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Campagna Motors et le T-Rex : une relance bien amorcée! (vidéo)

Campagna Motors et le T-Rex : une relance bien amorcée! (vidéo)

Par ,

Boucherville, Québec -- Le T-Rex, ce « trike » créé par le Québécois Daniel Campagna au début des années 90, revit d'un nouveau souffle. Pour le souligner, vendredi dernier son nouveau fabricant, Campagna Motors, réunissait investisseurs, fournisseurs et amis puis, le lendemain, les membres du club T-Rex, pour clamer haut et fort que leur produit ne figure pas du tout sur une liste d'espèces en voie de disparition!

« On ne fait pas de l'artisanat chez Campagna Motors », affirme André Morissette, président de Campagna Motors.

Fabriqué au compte-gouttes depuis une quinzaine d'années (ce qui lui assure une excellente valeur de revente), le T-Rex a amorcé une troisième vie l'année dernière lorsque André Morissette et David Neault ont fait l'acquisition des actifs de la T-Rex Vehicles, qui avait déclaré faillite au printemps 2008.

Depuis, une nouvelle stratégie commerciale a été établie et le produit, aux dires de la direction, a subi quelques améliorations. Mais, dans l'ensemble, le T-Rex conserve sa conception proche de biplace de course à moteur central et trois roues.

Loin du « Cottage Industry »
Le type de production du T-Rex le distingue des quelques véhicules similaires qui existent ailleurs dans le monde. Après tout, c'est le seul à être produit sur une base industrielle. « On ne fait pas de l'artisanat chez Campagna Motors », affirme André Morissette, président de Campagna Motors. « C'est une entreprise structurée, qui utilise le processus « kaizen » pour la gestion de sa production. »

En janvier, Campagna Motors annonçait l'ouverture de ses nouveaux locaux à Boucherville. Situées en bordure de l'autoroute 20, l'usine et l'administration couvrent une superficie d'un peu moins de 25 000 pieds carrés. Le T-Rex quittait ainsi sa ville natale de Plessisville, dans les Bois-Francs.

L'entreprise compte actuellement 23 employés (30 d'ici la fin de l'année), dont quatre ingénieurs. Le châssis tubulaire est la seule composante fabriquée sur place. Toutes les autres proviennent de sous-traitants et sont assemblées en usine selon le mode de production à fiche de flux (ou « kanban ») développé par Toyota.

Une équipe de 5 à 6 assembleurs produit deux ou trois T-Rex par semaine actuellement. La chaîne de production compte 18 sous-stations et il faut environ une quarantaine d'heures/homme pour assembler les 3500 pièces qui constituent un de ces bolides. « Toutes ces pièces sont essentielles. Il n'y en a aucune qui est pour le simple plaisir, vous savez... sauf l'accélérateur ! », nous a lancé ce pince-sans-rire.

Le T-Rex 1400R utilise le moteur ZX-14R de Kawasaki, qui développe 197 chevaux. Pas mal pour un véhicule qui pèse moins de 500 kilos !