Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Formule SAE : le Championnat du monde de Detroit vécu de l'intérieur (deuxième partie) (vidéo)

Formule SAE : le Championnat du monde de Detroit vécu de l'intérieur (deuxième partie) (vidéo)

Par ,


Me voici au Michigan International Speedway, tout près de Detroit. J'y suis afin de participer, avec des étudiants de l'École de technologie supérieure, à la compétition annuelle de Formule SAE.

Pas moins de 104 équipes provenant d'universités du monde entier se réunissent pour partager une même passion : la course automobile. C'est pour cette raison qu'ils passent une année entière à concevoir et à fabriquer une monoplace animée par un moteur bridé à l'admission et dont la cylindrée n'excède pas 600 centimètres cubes.

L'équipe 2008 de l'École de Technologie Supérieure de Montréal

Depuis maintenant trois jours, nous avons quitté Montréal. Nous avons passé toutes les épreuves statiques (inspection technique, freinage, décibelmètre, présentation marketing, etc.) Nous pouvons nous diriger vers la piste pour les épreuves dynamiques.

Évidemment, qui dit épreuve sur piste dit accélération. C'est ce par quoi nous commençons.

Tous doivent une fière chandelle à Maxime et à Jean-Philippe qui ont travaillé toute la nuit afin de renforcer une pièce au moyen de fibre de carbone. Effectivement, hier, en fin de journée, nous nous sommes aperçu qu'un composant majeur s'était fissuré. Impossible de rouler si ce n'est pas réparé. Alain, un ancien membre de la Formule SAE de l'ÉTS, qui travaille maintenant pour Lotus, a accepté de nous prêter son garage pour la nuit pour nous permettre de réparer cette pièce. À 5 heures du matin, elle est enfin prête. Nous devons l'installer dans la voiture pour 8 heures. Pas de temps à perdre.

La bévue de la veille est rapidement oubliée; en effet, quand ils sont arrivés au circuit, nous leur apprenons une très bonne nouvelle : l'équipe de l'ÉTS a été sélectionnée pour faire partie des semi-finales de présentation design. À cette étape, seulement 14 équipes sont sélectionnées. Cette annonce est d'un grand réconfort; après une performance peu convaincante lors de la première ronde, nous avions presque perdu espoir d'être sélectionnés. C'est donc le temps ou jamais de se rattraper. Pendant trois heures, des juges évaluent la conception des 14 monoplaces. Tout est passé au peigne fin pour sélectionner quatre équipes qui passeront à la finale.

Nos chances sont bonnes, selon le juge Steven Fox qui m'a affirmé que « les juges de design ont beaucoup parlé de l'ÉTS ». Il était très enthousiaste quant à l'avenir de l'équipe « toujours à l'avant-garde du groupe ». Mais « pour prouver que leur conception (design) est bonne, ils devront bien faire dans les épreuves dynamiques ».

Jude Berthault échange avec le juge Steven Fox lors de l'épreuve de design