Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

La route verte: Ford d'Europe se concentre sur son modèle C-Max H2 ICE à l'hydrogène

La route verte: Ford d'Europe se concentre sur son modèle C-Max H2 ICE à l'hydrogène

Par ,

La route verte: Ford d'Europe se concentre sur son modèle C-Max H2 ICE à l'hydrogène

Ford métamorphose un moteur conventionnel à combustion interne en moteur à hydrogène

Dans l'espoir de trouver des alternatives "vertes" à l'essence, les ingénieurs et les scientifiques ont développé toutes sortes de sources d'alimentation. Étonnement, le diesel est l'un de ces carburants, même s'il est utilisé depuis plus d'un siècle.

Il semble que le diesel soit la réponse qu'a trouvée l'Europe à ce futur monde vert, alors que la technologie plus sophistiquée de l'hybride électrique est la solution préconisée en Amérique et au Japon. Bien sûr, chaque option a ses bons et mauvais côtés. Le positif est l'excellente consommation d'essence, une réduction des émissions comparativement aux moteurs à combustion ainsi qu'un prix à la pompe moins élevé. Du côté du négatif, on note un coût d'achat supérieur par rapport aux moteurs à essence et le fait que ces deux technologies consument encore des carburants fossiles (à l'exception du bio-diesel).

Les véhicules hybrides électriques (VHE) offrent à la fois un couple élevé, un moteur électrique ne produisant aucune émission et un petit moteur frugal à combustion interne, la plupart du temps carburé à l'essence - quoique le diesel commence lui aussi à s'attaquer aux VHE. Cette démarche peu orthodoxe s'avère fort populaire, témoin la Prius de Toyota, dont les ventes mondiales pour 2004 sont projetées à 50 000 exemplaires, ce qui lui a permis de rafler le prix de voiture de l'année par Motor Trend, une première pour un véhicule hybride.

Ford a son propre VHE, le très attendu Escape Hybrid. Le 16 juillet dernier, à Seattle, le géant américain a annoncé prévoir vendre jusqu'à 20 000 exemplaires de ce sport utilitaire compact écologique en 2005. Il ne s'agira pas d'une aventure bien rentable tout de même, du moins au début. Ford planifie absorber la majorité du coût additionnel engendré par l'ajout de la batterie, du moteur électrique et de diverses pièces de VHE, sans compter le moteur conventionnel à essence, pour un supplément de 5 000 $ à 7 000 $ sur chaque Escape. Ford n'augmentera le prix régulier que de 3 400 $.

Aussi efficace que soit la technologie hybride électrique, certains analystes de l'industrie automobile considèrent qu'il ne s'agit que d'une étape transitoire vers l'implantation d'une autre technologie beaucoup plus propre encore. L'objectif visé est zéro émission, ce à quoi les VHE ne peuvent répondre. Entre donc en scène le Facteur H, comme dans hydrogène.