Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Le programme iVZE du gouvernement fédéral, démystifié

En janvier 2012, le gouvernement du Québec, sous la gouverne de Jean Charest, établit un plan vert et annonce qu’il y aura 300 000 véhicules électriques et hybrides enfichables en circulation au Québec en 2020.

Les spécialistes sont unanimes ; le premier ministre a mis ses lunettes roses. On ne retrouve à l’époque que quelques centaines de véhicules électriques au Québec et le réseau de bornes de recharge commence à peine à se développer. Mais, surtout, il n’y a pratiquement pas de véhicules électriques.  

Quelques années plus tard, en 2016, on annonce une révision de l’objectif qui passe à 100 000 véhicules, toujours pour l’horizon 2020. À ce moment, quelque 8500 véhicules électriques et hybrides enfichables circulent sur les routes du Québec. Le circuit électrique d’Hydro-Québec commence lentement à prendre de l’expansion et l’offre automobile s’améliore. Il y a la Nissan LEAF et la Chevrolet Volt est de loin le modèle le plus populaire. On retrouve aussi quelques Mitsubishi i-Miev et Ford Focus, mais ce n’est pas encore le Klondike. Peu de gens croient que le chiffre de 100 000 véhicules sera atteint pour 2020.

Le vent tourne…
Le programme iVZE (incitatifs pour l’achat de véhicules zéro émission) récemment annoncé par le gouvernement du Canada entre en vigueur le 1er mai 2019. Ce dernier est ambitieux et représente la première occasion qu’auront les citoyens canadiens de sept provinces de bénéficier d’un rabais lors de l’achat ou la location d’un véhicule électrique ou hybride enfichable. On tente ici de démystifier le fonctionnement du programme, ce qu’il représente pour les consommateurs, ainsi que les conséquences qu’il aura pour les manufacturiers.

Voir notre liste Top 8 des véhicules électriques au Canada en 2019

Photo : D.Boshouwers

Le programme, en gros

- Le nouveau rabais s’applique lors de l’achat ou la location (pour une période maximale de 48 mois) d’un VE (véhicule électrique), et ce, à partir du 1er mai 2019.

- Les véhicules électriques et hybrides enfichables (PHEV) avec un prix de base sous la barre de 45 000 $ sont admissibles.

- Le rabais est appliqué directement sur le prix payé chez le concessionnaire au moment de l’achat. Cependant, les taxes sont imposées sur le prix de la voiture avant l’application du rabais.

- Le rabais peut être combiné avec les programmes provinciaux déjà existants (à présent, seuls la Colombie-Britannique et le Québec en ont un en place)

- Les consommateurs ne peuvent profiter du programme qu’une fois par année civile.

La tempête (électrique) parfaite
Depuis 2018, pratiquement tous les constructeurs automobiles ont entrepris de vastes programmes d’électrification des transports et les dates butoirs pour tout le monde se trouvent en 2020 et 2021. Nous allons donc assister à une intensification de l’offre au cours des 12 à 18 prochains mois.

Des rabais à l’échelle fédérale et provinciale
Actuellement, le Québec est l’une des deux seules provinces canadiennes à offrir un incitatif (maximum de 8000 $ à l’achat d’un véhicule électrique) ; la Colombie-Britannique en offre 5000. Dans ces deux provinces, les acheteurs pourront combiner les rabais.

Photo : D.Boshouwers

Un PDSF de moins de 45 000 $
À compter du 1er mai, donc, le programme iVZE permettra aux acheteurs de véhicules entièrement électriques de bénéficier d’un rabais de 5000 $ si la voiture affiche un prix de détail suggéré de moins de 45 000 $. Le réel prix d’achat peut aller jusqu’à 55 000 $ si le prix du modèle de base est sous la barre des 45 000 $.

Par exemple, la version de base d’une Chevrolet Bolt se vend 44 900 $, la version Premier, 49 800 $. Comme la version de base est moins de 45 000 $, le rabais de 5000 $ va tout de même s’appliquer au modèle Premier plus dispendieux.

Rabais de 5 000 $, ou de 2500 $ ?
Les voitures 100 % électriques sont admissibles pour le rabais maximal de 5000 $, advenant que leur PDSF (modèle de base) soit sous la barre de 45 000 $. En ce qui concerne les modèles PHEV avec une capacité de batterie de 15 kWh ou plus, ils seront eux aussi admissibles pour le rabais de 5000 $. Ceux dont les batteries ont une capacité inférieure à 15 kWh auront droit à un rabais de 2500 $. Dans la première catégorie, on retrouve des modèles tels que la Honda Clarity et la Chevrolet Volt, alors que des véhicules tels le Mitsubishi Outlander et la Toyota Prius Prime tombent dans la deuxième catégorie.

Liste de véhicules admissibles

La clause « Pacifica » ?
Il y a aussi la clause « Pacifica » qui accole un rabais de 5000 $ au véhicule électrique ou hybride électrique à sept passagers et dont le prix se situe entre 55 000 et 65 000 $. Outre le Pacifica, le Tesla modèle Y sera sans doute le seul autre véhicule passager à avoir un rabais dans cette catégorie (pour le moment, du moins).

Beaucoup d’inventaire
Autre facteur intéressant. Depuis l’abandon du programme incitatif ontarien en septembre 2018, qui accordait un maximum de 14 000 $ à l’achat d’un véhicule tout électrique, le Québec a reçu depuis la fin de l’année dernière tout l’excédent de modèles invendus de nos voisins, ce qui a gonflé l’offre et réduit de beaucoup les listes d’attente pour ceux qui désiraient se procurer un véhicule électrique.

Finalement depuis quelques semaines, le prix de l’essence ordinaire a repris à la hausse et se trouve à plus de 1,40 $ le litre dans plusieurs régions du Québec et ailleurs au pays. En Colombie-Britannique, il a été vu autour de 1,75 $. Force est d’admettre que les conditions sont idéales en ce moment pour songer sérieusement à l’achat d’un véhicule électrique.

On aura donc droit, dans toutes les régions du Canada, a plus de choix, plus d’inventaires et plus de rabais en ce qui a trait aux véhicules électriques.

Photo : D.Boshouwers

État des lieux : l’exemple du Québec
Selon les données compilées par l’AVEQ (Association des véhicules électriques du Québec), il y avait en septembre 2018 35 170 véhicules électriques et enfichables immatriculés au Québec. Ce chiffre est déjà grimpé à près de 45 000 en avril 2019. La progression se fait à un rythme de 50 % par année selon le président de l’AVEQ, Simon-Pierre Rioux. Selon un graphique publié sur le site de l’AVEQ, si le Québec maintient le cap, le chiffre de 100 000 véhicules électriques au Québec devrait être atteint le 23 décembre 2020.

Le coût d’un véhicule électrique
Maintenant que nous savons que les conditions gagnantes sont réunies, est-ce que la différence est encore grande avec un véhicule à essence ?

Nous vous proposons un petit calcul avec en exemple le Kia Soul, livrable à la fois en modèle régulier à essence et en version tout électrique. Les deux sont nouveaux pour 2020 et Kia a passablement amélioré l’autonomie du modèle électrique en la faisant passer à 385 km (en augmentant le prix bien sûr). Un modèle de base à essence se vend 21 995 $ ;le modèle électrique est exigé en échange de 42 595 $, toujours en version de base.

... Kia Soul EssenceKia Soul EV
 Prix de base21 995 $42 595 $
 Avec TPS/TVQ25 288 $48 973 $
 Rabais013 000 $ (rabais maximal au Québec)
 Prix final25 288 $35 973 $
 Taux d'intérêt0,99 %0,99 %
 Achat financement48 mois48 mois
 Paiement hebdomadaire118,38 $183,00 $
 Consommation annuelle1900 $ (20 000 km)328 $    (20 000 km)

 

Photo : Kia

Cet exemple démontre qu’avec un véhicule électrique qui est admissible aux deux rabais gouvernementaux, vous aurez récupéré votre investissement sur le véhicule électrique en cinq ans, environ, si vous parcourez 20 000 km par année, et plus rapidement encore si vous faites plus de kilométrage.

Il y aura certes de petites différences pour chaque modèle évalué, mais il faut retenir qu’avec une subvention (pouvant atteindre 13 000 $ au Québec, 10 000 $ en Colombie-Britannique et 5000 $ dans les autres provinces), le véhicule électrique devient intéressant.

Et les manufacturiers ?
Il reste maintenant à savoir si les constructeurs seront en mesure de maintenir le rythme. Avec le programme iVZE en place à la grandeur du pays, est-ce que la demande va exploser ? Est-ce que les constructeurs vont tenir compte de la nouvelle réalité canadienne ?

Autant de questions qui n’ont pas encore de réponses.

Photo : D.Boshouwers

Une chose est certaine, toutefois ; l’engouement au Québec est bien présent et avec les promesses reçues, tant du côté des constructeurs que des responsables d’infrastructures comme Hydro-Québec, les dés sont en place pour voir un épanouissement dans le domaine électrique.

Pour ceux qui souhaitent obtenir plus d’informations à propos des modèles admissibles, tant pour le fédéral que pour le provincial, voici les sites officiels qui vous fourniront toute l’information nécessaire.

Pour le Fédéral

Pour le Provincial

Vois aussi notre:

Guide de la voiture hybride et électrique 2019, 1e partie : Les hybrides

Guide de la voiture hybride et électrique 2019, 2e partie : Les hybrides enfichables

Guide de la voiture hybride et électrique 2019, 3e partie : Les 100% électriques

 

Article par Auto123.com