Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Les musées automobiles de l’Italie : Les musées Lamborghini

Bologne, Italie – Située au cœur de la « vallée des moteurs » en Émilie-Romagne (Italie du Nord), l’usine de Lamborghini produit des voitures sport depuis 1963. Industriel à succès, Ferruccio Lamborghini produisait, entre autres, des tracteurs agricoles depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Passionné par les voitures sport (Jaguar, Mercedes, etc.), il achète beaucoup de véhicules exotiques au fil des années jusqu’à finir par s’offrir une Ferrari 250 GTE. 

Voir aussi : Les musées automobiles de l'Italie : Le musée Pagani

Voir aussi : Les musées automobiles de l'Italie : Les musées Ferrari

Mais son véhicule rencontre rapidement des problèmes d’embrayage, ce qui déplaît à Ferruccio. En le démontant, il réalise qu’il est possible de le réparer avec les mêmes pièces utilisées sur ses tracteurs. Ferruccio Lamborghini sollicite alors une entrevue avec Enzo Ferrari pour lui faire part de son mécontentement. Les deux hommes, possédant chacun un fort caractère, se seraient disputés assez fortement. 

Plusieurs versions de cette discussion animée existent. Mais, globalement, Enzo Ferrari lui aurait répondu qu’il n’était qu’un fermier, incapable de conduire des Ferrari correctement et qu’il devrait s’estimer heureux d’avoir la chance de piloter les meilleures autos du monde. 

Ce qui est certain en tout cas, c’est qu’après cette dispute, Enzo Ferrari comptait un nouveau rival à quelques kilomètres de sa propre usine. 

Auto123 lance Shopicar ! Tous les modèles de l’année et toutes les promotions en cours.

Photo : Lamborghini

En effet, Ferruccio se lance énergiquement dans la construction automobile et commercialise sa première voiture sport en 1964. Il s’agit de la 350 GT dotée d’un moteur V12 de 280 chevaux, une puissance très élevée pour l’époque.

Le musée et l’usine de Sant’Agata

Photo : Lamborghini

Située entre Modène et Bologne, la petite ville de Sant’Agata abrite l’usine et le musée officiel de Lamborghini, désormais appelé Mudetec. Le musée, construit sur deux niveaux, expose les modèles emblématiques de la marque au rez-de-chaussée, puis les véhicules récents du début des années 2000 à aujourd’hui.

 

La première Lamborghini jamais produite, la 350 GT (1964).
Photo : Auto123.com
La première Lamborghini jamais produite, la 350 GT (1964).

Parmi les pièces les plus rares, on retrouve la première auto jamais sortie de l’usine, une 350 GT rouge dans un état de conservation remarquable. Juste derrière trône la mythique Countach, un modèle 1974 dont les lignes sont beaucoup plus pures et élancées que celles des dernières éditions plus musclées sorties à la fin des années 1980. 

 

La Lamborghini Countach (1974).
Photo : Auto123.com
La Lamborghini Countach (1974).
La partie arrière de la Lamborghini Countach (1974).
Photo : Auto123.com
La partie arrière de la Lamborghini Countach (1974).

Petite et basse, la Countach semble minuscule à côté de l’énorme VUS stationné juste derrière elle, le Lamborghini LM002. Un monstre à quatre roues motrices doté d’un V12 de 5,2 litres emprunté à la Countach LP5000. 

 

Le monstrueux Lamborghini LM002 (1986).
Photo : Auto123.com
Le monstrueux Lamborghini LM002 (1986).
La partie arrière du Lamborghini LM002 (1986).
Photo : Auto123.com
La partie arrière du Lamborghini LM002 (1986).

Les années 1990 sont aussi à l’honneur avec le dernier modèle Lamborghini produit avant l’ère Volkswagen-Audi : la Diablo. Un modèle de route et une version de course se côtoient sur le plancher, quelques mètres devant un coupé Espada. 

 

La Diablo au Museo Lamborghini de Sant’Agata.
Photo : Auto123.com
La Diablo au Museo Lamborghini de Sant’Agata.
La Lamborghini Espada (1968).
Photo : Auto123.com
La Lamborghini Espada (1968).

Le clou du spectacle est évidemment la célébrissime Miura, une des plus belles autos jamais produites dans l’histoire de l’automobile.

 

La superbe Lamborghini Miura (1966).
Photo : Auto123.com
La superbe Lamborghini Miura (1966).

À l’étage, on retrouve la gamme actuelle (Urus, Aventador et Huracàn), mais aussi des prototypes et des modèles produits en très petite série. Parmi les autos les plus spectaculaires, on peut citer la Veneno, une véritable furie produite à seulement 12 exemplaires dans le monde, ou la Reventón, dont le design s’inspire de l’avion de combat F22. 

 

La Lamborghini Veneno (2013).
Photo : Auto123.com
La Lamborghini Veneno (2013).
La partie arrière de la Lamborghini Veneno (2013).
Photo : Auto123.com
La partie arrière de la Lamborghini Veneno (2013).
La Lamborghini Reventon (2007).
Photo : Auto123.com
La Lamborghini Reventon (2007).

Lamborghini expose aussi une Centennario, produite à 40 unités à l’occasion du centenaire de la naissance de Ferruccio Lamborghini. 

 

La Lamborghini Centennario (2016).
Photo : Auto123.com
La Lamborghini Centennario (2016).
La partie arrière de la Lamborghini Centennario (2016).
Photo : Auto123.com
La partie arrière de la Lamborghini Centennario (2016).

Enfin, sur une note plus originale, le constructeur italien expose le Concept S, un modèle sans toit avec un minuscule pare-brise séparé en deux, dévoilé en 2005.

 

La Lamborghini Concept S (2005).
Photo : Auto123.com
La Lamborghini Concept S (2005).
L’habitacle de la Lamborghini Concept S (2005).
Photo : Auto123.com
L’habitacle de la Lamborghini Concept S (2005).

Lamborghini propose également une visite de l’usine qui produit actuellement les Huracàn et les Aventador. 

 

La Lamborghini Aventador SVJ (2019).
Photo : Auto123.com
La Lamborghini Aventador SVJ (2019).

Vendue très cher (75 euros, soit environ 110 $ !), la visite vaut malgré tout la peine. Notre guide, très compétente, répondait à toutes nos questions et fournissait de très nombreuses explications aux visiteurs. En passant devant les chaînes de montage, le savoir-faire des ouvriers qui montent les V12 à la main et la minutie des spécialistes de l’habitacle qui taillent, cousent et collent le cuir, laisse sans voix.

Sur la prochaine page, le Musée Ferruccio Lamborghini.