Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Bentley Mulsanne 2012 : essai routier

Bentley Mulsanne 2012 : essai routier

À l'image de W.O. Par ,

Bentley. Répétez : Bentley. Un mot plutôt simple, pas trop facile à prononcer, mais qui exerce une profonde influence. Le 20e siècle a vu la montée et le déclin de nombreux magnats de l’automobile, et Walter Owen Bentley aura été un des plus vénérés. Son héritage n’a jamais été aussi notable et fidèle qu’aujourd’hui.

Les bateaux ont la cote. La Bentley Mulsanne 2012 mesure 5,6 mètres, et ça paraît. Le conducteur doit lui consacrer toute son attention. (Photo: Sébastien D'Amour/Auto123.com)

Je décris dans mon blogue ma brève escapade au volant d’une Continental Supersports, n’ayant jamais été un inconditionnel de la marque, uniquement un admirateur occasionnel d’une Arnage ou Turbo R passant majestueusement sur la rue, sans plus. Or, comme je l’ai mentionné, tout a basculé.

Suite à mon essai de la Mulsanne et des Continental SS et GT, la curiosité m’a poussé à en savoir plus sur l’homme qui a fondé la marque en 1919. De brèves lectures m’ont fait découvrir une personne déterminée à obtenir le meilleur de l’automobile à l’époque et de l’offrir aux rares privilégiés. Sa vie est captivante. Il a commencé par les locomotives, s’est ensuite tourné à l’aéronautique pour finalement fonder Bentley Motors Limited. Sa carrière l’a mené chez Rolls-Royce, Lagonda et, plus tard, Aston Martin. Une histoire fascinante, tout comme celle de ses voitures de route et de course.

Je conseillerais à toute personne intriguée par le domaine automobile d’en apprendre plus sur cet homme et son œuvre. Moi, je continuerai mes lectures!

Vous pourrez ainsi mieux comprendre la Mulsanne, la crème de la crème de Bentley en ce moment. La Mulsanne est fidèle à tout ce que son nom évoque. Comme le mot Bentley, il s’agit d’un terme relativement simple composé de deux syllabes, mais quand on les prononce correctement, elles rappellent l’élégance et la cherté.

Voilà qui décrit parfaitement la Mulsanne. Et encore. Mais ça, vous l’aviez déjà deviné simplement en apercevant la voiture. Massive, présomptueuse, majestueuse… une vraie merveille, quoi. Cette voiture ne s’excuse aucunement pour sa nature. Tout le contraire, en fait. Elle se pavane dans un des capots les plus longs que j’ai jamais eu l’occasion de piloter à l’extérieur d’un canal. Ce capot sert de stationnement privé pour le prodigieux V8 biturbo de 6,75 litres. Contrairement au reste de la voiture, il se fait plutôt discret même s’il déploie 505 ch et 752 pi-lb de couple.

Il faut du muscle en titi pour faire tourner les saisissantes jantes de 21 pouces! Croyez-moi, chaque pied-livre de couple compte pour contrer les presque 2 585 kilos de la bête. Ce yacht terrestre atteint 100 km/h en 5 secondes et des poussières, en route vers une vitesse de pointe de 296 km/h… mais on ne s’en rendrait jamais compte. Et la boîte de vitesses automatique à 8 rapports? Quelle boîte de vitesses?

Une cylindrée de 6,75 litres suffit, à l’aide d’un turbocompresseur, pour déployer 505 ch. Un moteur ô combien suave, soit dit en passant. (Photo: Sébastien D'Amour/Auto123.com)