Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Essai du BMW iX 2022 : enfin un rival pour les utilitaires Tesla?

Des protections d’assurance auto
de qualité, à prix avantageux. Obtenez une soumission en ligne dès maintenant.
OBTENEZ UNE
SOUMISSION AUTO
BMW iX xDrive50 2022
Photo : BMW
BMW iX xDrive50 2022

Auto123 met à l’essai le BMW iX xDrive50 2022, nouveau VUS tout-électrique de la marque bavaroise.

BMW multiplie ces jours-ci les efforts en lien avec l’électrification de sa gamme de véhicules. Le constructeur bavarois, un pionnier dans le créneau électrique luxueux avec l’exotique i8 lancée en 2015 et la citadine i3 apparue un an plus tôt, est passé à la deuxième génération de ses véhicules électriques l’an dernier, même si, dans les faits, le groupe motopropulseur électrifié est déjà rendu à sa cinquième génération.

Ces deux modèles (l’i3 et l’i8) faisant désormais partie de l’histoire récente de la marque à l’hélice, BMW a déjà relancé le débat avec deux modèles assurément mieux adaptés à la réalité d’un automobiliste nord-américain.

L’i4 et l’iX
Après la berline-coupé i4 mise à l’épreuve plus tôt cet année, voici le plus utilitaire et plus singulier BMW iX 2022, un multisegment purement électrique qui, contrairement à sa consœur i4, adopte un style complètement hors de l’ordinaire. À côté de ce dernier, un Tesla Model X a l’air très générique. Nous avons conduit pour notre test une livrée xDrive50, la plus puissante des deux versions « régulières » du véhicule, en attendant la surpuissante livrée iX M60 de 610 chevaux !

Consultez les véhicules à vendre disponibles près de chez vous

BMW iX xDrive50 2022, sur la route
Photo : BMW
BMW iX xDrive50 2022, sur la route

Polariser les opinions
Le moins qu’on puisse dire à propos de l’iX, c’est qu’il ne ressemble à aucun autre véhicule actuellement sur la route. On reconnaît certainement quelques traits typiques de la marque à l’hélice, comme cette calandre double format géant et ces blocs optiques amincis, mais force est d’admettre que l’utilitaire électrique se distance quelque peu de la Série 4 électrique, plus conservatrice dans son approche. Encore très peu répandu sur nos routes, le BMW iX fait tourner les têtes partout où il passe, surtout quand les gens se rendent compte que ce gros véhicule n’émet aucun son, à part peut-être le frottement des pneus sur le bitume poussiéreux du printemps.

Bien campé sur des jantes de 22 pouces (disponibles en option), l’exemplaire mis à notre disposition était également équipé de pneus quatre saisons, une monte plus appropriée à ce temps-ci de l’année. Inutile d’ajouter que ces sabots surdimensionnés remplissent assez bien les arches de roues musclées du VUS. Mentionnons également que cette couleur de carrosserie Rouge Aventurine métallisée III jumelée à cette finition couleur Bronze titane n’est vraiment pas une combinaison typique pour un produit de la marque allemande.

Une chose est sûre, le BMW iX n’a pas fini de polariser les opinions des consommateurs, mais tout indique que la haute direction a remporté son pari puisque l’intérêt est déjà très grand de la part des consommateurs, nous dit-on. Pas mal pour un véhicule dont le prix de base surpasse le cap des 90 000 $.

BMW iX xDrive50 2022, intérieur
Photo : BMW
BMW iX xDrive50 2022, intérieur

Un habitacle encore plus « flyé »
Au cas où vous trouvez la silhouette de l’iX inusitée, jetez un coup d’œil à l’intérieur. C’est la beauté des plateformes électriques qui, grâce à des motorisations beaucoup plus compactes, autorisent des aménagements complètement différents de ce qui existe actuellement du côté des véhicules à essence.  À l’avant par exemple, le plancher plat libère tout cet espace entre les deux passagers, la console qui n’est pas « attachée » à la planche de bord.

Les sièges sont également très confortables, un commentaire qui s’applique aussi à la deuxième rangée qui profite également de ce plancher plat. Le passager du milieu n’est donc pas désavantagé. Mais, revenons à l’avant si vous le voulez bien où l’iX expose toute sa technologie à même ce vaste écran incurvé et « flottant ». D’ailleurs, les habitués de la marque devront s’y faire : ce large panneau composé de deux écrans (un derrière le volant et l’autre, tactile, au centre) sera bientôt implanté à bord de tous les modèles de la marque.

L’iX innove tout de même avec cette console centrale où quelques touches à retour haptique sont mélangées à cette molette du système de divertissement, le cylindre pour le contrôle du volume de la chaîne audio ou ce minuscule levier de la transmission. Un peu plus bas, dans un souci de ne pas encombrer cet espace entre les deux passagers, on retrouve deux porte-gobelets et même une recharge inductive pour appareil intelligent.

Bien entendu, le contenu du système d’infodivertissement est très complexe, BMW qui n’est pas chiche en matière d’applications et de réglages de toutes sortes. Mentionnons également ce volant hexagonal assez massif à prendre en main, mais qui donne malgré tout l’heure juste sur les conditions routières. Seul bémol au tableau : le coffre, bien que logeable, souffre de l’angle assez prononcé du hayon, ainsi que par ces parois très larges de part et d’autre de l’espace cargo. Le volume de chargement s’apparente davantage à celui du X3.

Continuez à la page suivante