Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

BMW Z4 3.0si 2007 : essai

BMW Z4 3.0si 2007 : essai

Par ,

Quand une voiture est faite pour être conduite agressivement, on peut le sentir dès qu'on s'assoit dans le siège du conducteur (ne serait-ce que par les appuis massifs). Tel est le cas du roadster Z4 3.0si 2007 de BMW. Quand on s'approche de cette bête, on l'entend qui nous appelle et qui nous supplie de l'enfourcher. Elle est prête à exploser et à foncer tête première jusqu'à des vitesses prodigieuses.

La Z4 est faite pour être conduite agressivement.

Puissance féline

Vue de l'extérieur, la Z4 parait à la fois docile et fougueuse. D'ailleurs, comme je m'en suis vite aperçue au cours de ma semaine d'essai, les antithèses sont nombreuses pour décrire cette voiture. Le museau plongeant aux yeux tantôt séduisants, tantôt menaçants, invite le propriétaire à sauter à bord pour vivre de nouvelles aventures -- ce que j'ai fait avec plaisir. Contrairement au coupé M3, dont la silhouette est purement masculine, la Z4 se veut agressive sans passer pour une dure à cuire. Le derrière court de la voiture crée une impression favorable et les designers ont magnifiquement intégré au coffre un mince aileron arrière.

L'aérodynamisme de la Z4 est évident quand on regarde ses flancs épurés et profilés, signe de vitesse et d'agilité. D'autre part, j'ai bien aimé l'intégration judicieuse des écussons BMW de chaque côté, tout juste en retrait des ailes avant. Ils sont petits mais, en même temps, tout le monde les remarque en passant.

Habitacle restreint
Comme vous vous en doutez, l'intérieur de la Z4 est tout sauf spacieux. Alors que les occupants jouissent d'un généreux dégagement pour les jambes, leur tête frotte presque automatiquement sur la capote lorsque celle-ci est en place. L'habitacle a clairement été conçu en fonction du conducteur. Bien que les commandes de la radio et du climatiseur soient accessibles pour le passager, ce dernier ne doit pas les manipuler quand le conducteur joue avec le levier de vitesses, car il risquerait de gêner ses mouvements. Au moins, les deux occupants, quel que soit leur gabarit, bénéficient chacun d'un siège extrêmement confortable et enveloppant.

L'espace pour la tête est généreux... quand le toit est rabattu.