Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Cadillac CTS 3.6 2004 : essai routier

Cadillac CTS 3.6 2004 : essai routier

Par ,

Cadillac CTS 3.6 2004

Cela ne date pas d'hier que l'on tente chez Cadillac de produire une voiture de petite taille capable de se mesurer aux BMW et Mercedes d'entrée de gamme; la marque en est à son troisième essai avec la CTS. Suivant le dicton que la troisième sera la bonne, GM peut enfin affirmer avoir accompli sa mission après avoir essuyé deux échecs durant les deux dernières décennies.

Il y eût d'abord la Cimarron, durant les années 1980, un échec lamentable ayant comme base la très roturière (pour ne pas dire minable) Chevrolet Cavalier. Vers la fin des années 1990, GM alla chercher l'expertise de sa filiale européenne pour produire la Catera, construite sur la même plate-forme et à la même usine que la Opel Omega. Si la voiture en elle-même était bonne, elle n'en demeura pas moins boudée par le public, n'ayant pas une identité propre à elle-même; il était criant que cette voiture ne soit en fait que le déguisement d'un autre véhicule. Il aura fallu attendre l'an 2003 pour voir apparaître chez Cadillac une voiture possédant sa propre identité, tout en étant capable de se proposer comme étant une alternative valable aux petites Audi, BMW, Mercedes, Infiniti, Lexus et Volvo. Étant donné que ces modèles se vendent relativement bien, Cadillac se devait d'entrer dans la mêlée avec un modèle capable d'imposer sa présence et de séduire les acheteurs. C'est chose faite, puisque la CTS possède tous les éléments requis; équipement de série complet et liste d'options pléthorique, choix de moteurs et de transmissions, et un emblème inspirant le prestige.

La CTS se décline en deux versions : CTS et CTS-V. La première version propose un catalogue aussi bien garni que compliqué pour équiper le véhicule; il est autant possible de choisir les options individuellement que de commander des groupes d'options dont le prix peut s'élever jusqu'à 14 835$. Deux moteurs V6 à double arbres à cames en tête sont disponibles; le LA3 et le LY7. Le premier, d'une cylindrée de 3,2L, développe 220 chevaux à 6 000 tr/min et 220 lb-pi de couple à 3 200 tr/min. Selon le catalogue, il ne peut être allié qu'à la boîte manuelle à cinq vitesses fournie par la firme Getrag. Le second moteur, de 3,6L, produit une puissance de 255 chevaux à 6 200 tr/min et un couple de 252 lb-pi à 3 200 tr/min. Ce dernier possède une foule d'astuces de façon à rendre sa consommation ville/route combinée à peine supérieure (10,9 litres aux 100 km) à celle du 3,2L (10,6 litres aux 100 km). Une seule transmission est offerte avec ce moteur, soit la nouvelle boîte automatique à cinq rapports Hydra-Matic 5L40-E, offrant les modes électroniques sport et hiver, mais pas de sélection séquentielle. Cet ensemble moteur et transmission est disponible au coût de 2 680$.