Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Chevrolet Silverado 2500HD 2011 : essai routier

Chevrolet Silverado 2500HD 2011 : essai routier

Une camionnette de gros calibre qui reste confortable sur l'autoroute et en hiver Par ,

De nos jours, les camionnettes dites « heavy-duty » se présentent aux entrepreneurs, agriculteurs et propriétaires de remorques et caravanes à sellette comme des briques de testostérone pesant dix tonnes.

Avez-vous besoin de ressorts à lamelles larges de trois pouces? D'un couple de 765 livres-pied? D'une capacité de charge utile frôlant les 4200 livres? D'une boîte de vitesses conçue pour le travail militaire? D'un châssis aussi rigide qu'une poutre d'acier supportant un pont?

Pour une machine aussi coriace et productive, la Silverado 2500HD m'a surpris par son côté tendre lors d'un périple de cinq heures entre Oshawa et Sudbury, en Ontario. (Photo: Justin Pritchard/Auto123.com)

Voilà quelques-uns des principaux attributs de la Chevrolet Silverado 2500HD 2011, récemment passée sous le bistouri afin de gonfler ses muscles, accroître son rendement et diminuer sa consommation.

Elle participe à une bataille sans merci contre les deux autres poids lourds de sa catégorie, soit la Ram 2500 et la Ford F250. Chacune se vante d'offrir le plus de robustesse, de puissance, d'agilité et de capacités diverses afin de récolter l'argent durement gagné par les consommateurs à la recherche de pareilles bêtes de travail. Évidemment, la loyauté envers la marque pèse aussi beaucoup dans la balance.

Surprenante sur la route
Pour une machine aussi coriace et productive, la Silverado 2500HD m'a surpris par son côté tendre lors d'un périple de cinq heures entre Oshawa et Sudbury, en Ontario.

Remarquez, je n'ai jamais déneigé une entrée, tiré une remorque ou eu le besoin de déraciner quoi que ce soit. Transportant rien de plus que mes 200 livres personnelles, une caméra numérique et quelques collations, la 2500HD s'est montrée plutôt silencieuse et confortable sur l'autoroute. Oui, le vent se fait entendre dans la cabine et la suspension arrière sautille sans arrêt, mais jamais au point de vraiment déranger les occupants.

Les sièges en cuir de ma version LTZ ont agrémenté l'expérience de conduite, tout comme la visibilité avant presque digne d'un camion semi-remorque. J'ai aussi bien aimé le toit ouvrant et le climatiseur automatique lors de mes nombreuses et longues sorties sur l'autoroute, sans oublier les puissants phares et la retentissante chaîne audio Bose qui rendaient les balades en soirée mémorables.

Les sièges en cuir de ma version LTZ ont agrémenté l'expérience de conduite. (Photo: General Motors)