Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Essai : Honda Ridgeline EX-L Navi 2007

Essai : Honda Ridgeline EX-L Navi 2007

Par ,

Aussitôt que Honda a annoncé qu'elle allait mettre sur le marché une camionnette, on a senti une division au sein des consommateurs.

Est-ce bien le logo de Honda sur cette camionnette?
Certains ont applaudi; ils étaient impatients de voir comment la qualité et la fiabilité de Honda se matérialiseraient dans un 4x4. Les autres ont roulé leurs yeux et soupiré, surtout les habitués qui ne jurent que par Chevrolet, Ford ou Dodge. Ceux-ci se servent seulement de produits Honda pour tondre leur gazon ou encore propulser leur chaloupe de pêche.

Apparemment, pour ces personnes, des machines comme le Ridgeline ne sont pas des vrais camions. Je me suis donc fait un devoir, au cours des deux dernières semaines, de vérifier si elles ont tort ou raison.

Visuellement, le Ridgeline a de la gueule. Son physique musclé et carré est découpé par de nombreuses lignes droites, créant ainsi un look simple et plutôt épuré. Il possède aussi une foule de caractéristiques propres aux camions, comme une caisse de chargement, un système à 4 roues motrices, une voie large, une construction solide, des aptitudes sur route et hors route ainsi qu'un moteur énergique.

Mais l'équation n'est pas aussi simple. Le Ridgeline affiche en plus des attributs typiques d'une voiture. Par exemple, on retrouve sous le plancher de caisse un coffre verrouillable et à toute épreuve dans lequel il est sécuritaire de ranger des objets. Ce coffre est facilement lavable et, grâce à la bouche d'évacuation, on peut même y mettre de la glace pour garder des boissons froides -- essayez d'en faire autant avec votre Accord. Bref, le coffre breveté In-Bed Trunk de Honda est un des exemples du judicieux mélange des deux mondes du Ridgeline.

Le hayon peut s'ouvrir latéralement.
Le hayon en est un autre. Il peut s'ouvrir autant vers le bas que vers le côté pour faciliter le chargement. Normalement, les camionnettes ne sont pas censées offrir aussi facilement une fonctionnalité aussi intelligente.

Et, habituellement, elles ne sont pas aussi confortables. Le Ridgeline se conduit comme une voiture, alors si vous êtes à la retraite et que votre dos n'en peut plus des suspensions arrière à essieu rigide, dépêchez-vous de l'essayer.

La cabine est facile d'accès. Par surcroît, celle de mon modèle d'essai (EX-L NAVI) comprenait des sièges en cuir chauffants, un toit ouvrant électrique, un système de navigation et une chaîne stéréo avec lecteur de six CD et caisson d'extrêmes graves. Elle s'est avérée un endroit relaxant pour se promener avec 3 ou 4 amis et les impressionner avec l'abondance de compartiments de rangement astucieux. Les sièges arrière sont même repliables pour plus de commodité.

Je le répète: malgré son gabarit, le Ridgeline se conduit comme une voiture, voire même comme une berline sportive. Le roulement est ferme, solide et communicatif. La direction est précise, bien que le volant soit un peu trop épais et l'assistance, trop lourde. Le véhicule réagit aux moindres signaux du conducteur.

Le V6 de 3,5 litres produit un agréable son.
La tenue de route et l'adresse du Ridgeline sont appuyées par un V6 de 3,5 litres à 24 soupapes qui développe 247 chevaux. Ce moteur livre une puissante adéquate et un son fort agréable à l'accélération grâce à la merveilleuse technologie VTEC de Honda. Le couple est réparti sélectivement par un intelligent système à 4 roues motrices (VTM-4) qui pense littéralement à la place du conducteur. En général, il sait très bien se tirer d'affaires, mais on retrouve quand même un bouton pour verrouiller le différentiel afin d'obtenir une traction optimale sur le gravier et dans la boue.

Malgré tout cet équipement lourd, mon modèle d'essai a affiché une moyenne de 11,8 L/100 km à un certain point. Au bout de mes 2000 kilomètres, la consommation est demeurée respectable à 15 L/100 km.