Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Ford Explorer Limited 4RM 2011 : essai routier

Ford Explorer Limited 4RM 2011 : essai routier

Ne devrions-nous pas acheter plus petit? Par ,

Il est plus gros. Oubliez le fait qu’il n’offre plus de moteur V8, l’Explorer a pris du coffre. Oubliez le fait qu’il se base maintenant sur un châssis monocoque au lieu d’un châssis à cadre de camion, le nouveau modèle est plus long et plus large que l’ancien.

Beaucoup d’espace et beaucoup de technologie à un prix abordable, voilà ce qui caractérise l’Explorer. (Photo: Philippe Champoux/Auto123.com)

Sommes-nous surpris? Pas vraiment. Bon, peut-être un peu, puisqu’on croyait que les Nord-Américains commençaient enfin à acheter plus petit. À moins qu’on considère un moteur plus petit comme une réelle diminution.

D’abord, le changement sous le capot est logique : le V6 de 3,5 litres produit 290 chevaux et un couple de 255 livres-pied, par rapport aux 292 chevaux et 315 livres-pied du vieux V8 de 4,6 litres à 3 soupapes par cylindre. Une baisse modeste en couple, possiblement, mais une diminution de la consommation d’essence : 18% en ville et 15% sur l’autoroute.

Notre moyenne de consommation durant la semaine d’essai s’élève à 13,8 L/100 km. Pas mauvais, pas excitant non plus. C’est au niveau du remorquage que le nouveau Explorer est désavantagé, évidemment : la capacité maximale est de 2 268 kilos (5 000 livres), par rapport aux 3 198 kilos (7 050 livres) de la version 2010 à motorisation V8.

L’Explorer se veut un mélange de composants repiqués d’anciennes propriétés de Ford : la plateforme et les systèmes de sécurité électroniques (régulateur de vitesse adaptatif, moniteur d’angles morts, prévention de collision) ont été adoptés de Volvo, alors que le système à rouage intégral, baptisé Terrain Management (ou système de gestion de terrain), est emprunté de Land Rover.

Ce dernier consiste en une molette montée sur la console centrale offrant quatre modes de conduite : Normal, Mud/ruts pour les surfaces boueuses ou dénivelées, Sand pour les surfaces sableuses ou en gravier ainsi que Snow pour les surfaces, à l’évidence, enneigées. On tire profit d’un système de retenue en pente également inclus.

Le système à rouage intégral, baptisé Terrain Management consiste en une molette montée sur la console centrale offrant quatre modes de conduite. (Photo: Philippe Champoux/Auto123.com)