Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Hyundai Palisade 2020 premier essai : la grosse séduction

Cœur d’Alène, Idaho – De nos jours, les constructeurs qui souhaitent dominer le marché doivent être présents dans tous les créneaux. Hyundai, bien que devenu un joueur majeur depuis plusieurs années, travaille toujours à combler quelques « trous » au sein de sa gamme.

Avec le Palisade, elle vient en combler un gros, surtout dans le sens physique du terme.

Le nouveau venu, sans vouloir faire de mauvais jeux de mots, vient se positionner au sommet de la gamme devant le Santa Fe, le Tucson, le Kona, ainsi que l’autre recrue de l’année 2020, le futur… Venue.

Et comme tout ce que nous propose Hyundai depuis quelques années, la qualité y est, et ce, à tous les niveaux.

Mais est-ce que ça rend le véhicule intéressant ? Regardons ça ensemble.

Photo : D.Rufiange

Opération séduction
Le Palisade a été dévoilé l’automne dernier au Salon de l’auto de Los Angeles. Voilà qui nous en disait beaucoup sur le rôle qu’il serait appelé à jouer. Ce dernier, à l’instar de son cousin Telluride chez Kia, a pour mission de séduire l’acheteur nord-américain. D’ailleurs, il a été conçu dans les bureaux américains de Hyundai et se veut le plus gros véhicule jamais proposé par la firme coréenne.

Et de la place, le Palisade en propose. À bien des égards, la comparaison avec les Honda Pilot, Toyota Highlander et Ford Explorer lui est favorable.

Au menu, on retrouve cinq variantes, dont quatre proposent de série une configuration à huit places. En fait, seule la déclinaison Luxury, qui repose au sommet de la gamme, compte d’office sept places, elle qui avance des sièges de type capitaine à la deuxième rangée.

Et comme c’est son habitude, Hyundai a noirci la liste d’équipement de ces variantes, si bien que chacune est bien garnie. Voilà de quoi faire avaler la facture, car on ne se gêne plus pour exiger la totale à cette adresse.

Photo : D.Rufiange

Un seul moteur
Sous le capot, on n’a pas couru de risque en faisant appel à un valeureux guerrier, soit le V6 de 3,8 litres de la marque, un moulin qui s’est montré fiable au fil des années, sans compter que ses 291 chevaux sont vigoureux. En fait, on a l’impression que la cavalerie est supérieure. Quant au couple maximal, il est fixé à 262 livres-pieds. Tout cela se traduit par des accélérations franches et une capacité de remorquage de 5000 livres, le seul de la respectabilité dans cette catégorie.

Pour aider cette mécanique, une transmission automatique à huit rapports est sollicitée. Lors de notre journée d’essai, elle a réussi à se faire oublier. Je le répète souvent, une boîte qu’on ne remarque pas est une bonne boîte.

Quant à la traction intégrale HTRAC, elle est de série. Quatre modes de conduite sont également servies. Trois autres servent à gérer des surfaces comme la neige et la boue. Pour la neige, par exemple, 50 à 80 % de la force peut être envoyée aux roues avant et le passage au deuxième rapport se fait plus rapidement pour éviter le patinage. Dans la boue, la distribution est de 50-50 et les différentiels se verrouillent.

Photo : D.Rufiange

Prix et versions
En lever de rideau, on trouve le modèle Essential, livrable en configuration à traction ou avec le rouage intégral (option à 2000 $). Ces versions servent les sièges avant et le volant chauffants, le régulateur de vitesse adaptatif, la suite de sécurité SmartSense, de même que les applications Apple CarPlay et Android Auto. La note est de 38 499 $ pour la version à deux roues motrices.

En passant au modèle Preferred, vendu 45 499 $, on ajoute des roues de 20 pouces, le toit ouvrant, d’autres caractéristiques de sécurité comme la détection des angles morts et la circulation transversale arrière, une clef de proximité et le démarrage à bouton-poussoir. La climatisation à deux zones et les sièges chauffants à la deuxième rangée sont aussi de la partie.

Avec la livrée Luxury, exigée en échange de 50 199 $, on retrouve un écran de 10,25 pouces à la hauteur du système multimédia, le hayon sans main, une chaîne audio Harman/Kardon, une caméra à 360 degrés et des sièges ventilés à l’avant, entre autres. Pour 500 $, la configuration à sept places est livrable. Enfin, pour 53 999 $, Hyundai sert un tout inclus qui comprend notamment l’éclairage d’ambiance, la recharge sans fil pour cellulaire et des sièges ventilés à la deuxième rangée.

Photo : D.Rufiange

Qualité
À l’intérieur, on note une belle exécution, tant pour ce qui est de la qualité des matériaux ou de la finition. Les sièges offrent un bon confort, mais peu de soutien. De la présentation, on apprécie l’intégration de l’écran au tableau de bord. L’auteur de ces lignes est allergique à l’approche de type tablette qui est à la mode à travers l’industrie.

L’équipement, comme vous avez pu le constater, est complet. Hyundai a ajouté quelques touches intéressantes comme un système qui permet de parler aux occupants de la troisième rangée via les haut-parleurs du véhicule. Il est aussi possible de couper le son aux deuxième et troisième rangées si la progéniture y roupille après une longue journée.

Au cas où vous ne l’auriez pas deviné, oui, le Palisade s’adresse aux familles nombreuses.

La conduite
En terminant, quelques mots sur l’expérience au volant. En fait, Hyundai a fait du bon travail et on retrouve tout ce qu’on souhaite d’un produit du genre. La rigidité du châssis est bonne, même supérieure de 40,4 % à celle du Santa Fe XL qui tire sa révérence. La douceur de roulement est excellente, tout comme la tenue de cap. En somme, l’expérience est rassurante. Oubliez toute notion d’agrément, toutefois ; la conduite du Palisade est d’une neutralité déconcertante.

Photo : D.Rufiange

Quant à l’insonorisation, on nous a dit avoir mis beaucoup d’emphase de ce côté. La cabine est en effet silencieuse, mais sur une des deux versions essayées, un agaçant bruit de vent provenait de l’avant gauche. À surveiller.

Conclusion
Hyundai espère vendre 7000 Palisade par année au pays. Cet objectif est modestement ambitieux. Le produit va plaire, mais son prix va faire réfléchir. Surtout, la concurrence est féroce et déjà bien établie.

Une pente abrupte attend le Palisade. L’espoir du constructeur repose dans le fait que les gens sont plus prêts à payer pour ses produits qu’ils ne l’étaient il y a 10 ans ; vous vous souvenez du Veracruz ?

 

Consultez notre inventaire de véhicules Hyundai d'occasion disponibles dans votre région du Canada

Photo : D.Rufiange
Photos :D.Rufiange
Photos du Hyundai Palisade 2020