Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Mitsubishi Lancer Evolution GSR 2011 : essai routier

Mitsubishi Lancer Evolution GSR 2011 : essai routier

Ne le dites pas à ma Subaru... Par ,

Je me sentais comme une traîtresse, la semaine dernière. Comme ma Subaru WRX 2004 Noir java perlé restait tristement dans mon entrée, et je partais au volant de la Mitsubishi Lancer EVO GSR que je mettais à l’essai, j’avais un petit pincement au cœur chaque fois.

Mitsubishi Lancer Evolution GSR 2011 vue 3/4 avant
Je me sentais comme une traîtresse la semaine dernière lorsque j'ai troquée ma Subaru WRX 2004 Noir pour la Mitsubishi Lancer EVO GSR. (Photo: Sébastien D'Amour/Auto123.com)

Comme tant d’autres débats interminables (Coke ou Pepsi? Mac ou PC? Ford ou Chevrolet? Chien ou Chat? Kanye ou 50? Vin rouge ou Vin blanc? Vous saisissez le concept…), Mitsubishi et Subaru se font la vie dure depuis la nuit des temps. Bon, peut-être pas la nuit des temps, mais au moins depuis qu’ils ont commencé à s’affronter en rallye automobile.

Même si Mits a quelques décennies d’expérience de plus que Subaru sur les sentiers boueux, ça ne veut pas dire qu’elle remporte la grande querelle pour autant (ni tous les championnats de rallye non plus). En effet, Mitsubishi n’a que 26 victoires en WRC (le Championnat du monde des rallyes) à son actif contre 46 pour Subaru : j’oserais dire que Subie a une longueur d’avance… Mais revenons à nos moutons.

Pourquoi j’insiste sur le rallye et la compétition? Eh bien, si vous ne connaissez pas la Mitsubishi Lancer Evolution, je m’apprête à vous la présenter. Et si vous ne l’avez pas déjà deviné, l’Evo rime avec turbo d’enfer et transmission intégrale à tout casser.

Une TI? Oh, que si!
Allons droit au vif de la question (nous parlerons de la robe flash dans un instant) : le moteur. La Mitsubishi Lancer EVO se targue d’un quatre-cylindres turbo de 2,0 litres qui déploie 291 chevaux et 300 pi-lb de couple. Mits l’a perché sur son système de super contrôle intégral S-AWC. Traduction : tout ce punch à saveur turbo est assené par les quatre roues à la fois. C’est ce qui assure la supériorité des modèles Mitsubishi (et Subaru) en matière de tenue de route et de stabilité. Domptée par une boîte manuelle à cinq rapports et un trio embrayage/frein/gaz bien placé pour le pointe-talon et les changements de vitesses rapides, la Mitsubishi EVO m’a franchement collé un sourire aux lèvres.

J’entends ma WRX se lamenter d’ici…

La source de tout ce plaisir? La Mitsubishi Lancer EVO veut se faire brasser. Dans les conditions banales du quotidien, elle peut faire sa petite détestable, se montrant un peu brusque dans la circulation (tant au niveau de la suspension que des bas régimes). Mais quand on la malmène dans les virages, qu’on dévale les lignes droites à fond la caisse et qu’on la garroche sur un slalom de campagne, la Mits est heureuse comme un poisson dans l’eau. L’EVO veut se faire maganer. Elle veut qu’on l’accote contre la ligne rouge et elle veut qu’on fasse cracher le turbo (qu’on entend, en passant, seulement si on s’adonne à longer un mur, à toute vitesse, les vitres baissées).

Mitsubishi Lancer Evolution GSR 2011 moteur
La Mitsubishi Lancer EVO se targue d’un quatre-cylindres turbo de 2,0 litres qui déploie 291 chevaux et 300 pi-lb de couple. (Photo: Sébastien D'Amour/Auto123.com)