Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Mitsubishi Lancer SE 2011 : essai routier

Mitsubishi Lancer SE 2011 : essai routier

Un autre voyage dans le temps Par ,

Moi qui habite un petit village, il m'arrive parfois de rencontrer des personnages que je n'ai pas revus depuis ma jeunesse – de drôles de numéros qui semblent figés dans l'époque où les jeans délavés et les chaussures de basketball étaient à la mode. Un T-shirt noir de Soundgarden, aussi cool qu'il paraissait sur un gars de 27 ans encore dans le vent, a l'air vieux et empreint d'illusions deux décennies plus tard.

Mitsubishi Lancer SE 2011 vue 3/4 avant
La Mitsubishi Lancer SE 2011 a définitivement besoin d'un peu de raffinement et de modernisation si elle espère demeurer dans le coup. (Photo: Lesley Wimbush/Auto123.com)

J'ai réalisé un peu ce genre de voyage dans le temps en faisant l'essai routier de la Mitsubishi Lancer SE 2011. D'un côté, elle revendique les mêmes allures de bolide de rallye qui lui avaient permis de se démarquer des berlines d'entrée de gamme insipides et insignifiantes en 2007, ce qui est une bonne chose. Sa posture légèrement trapue et son nez de requin lui confèrent le type de caractère qui définissait Jennifer Grey avant ses diverses chirurgies plastiques ou encore Subaru avant qu'elle vende son âme pour tenter de séduire la masse.

L'habitacle, en contrepartie, nous ramène encore plus loin, c'est-à-dire avant que Hyundai rende inacceptables les matériaux bon marché et les designs médiocres, même pour une voiture à petit prix. Mitsubishi a soit décidé de jouer au limbo avec la barre haute qu'ont placée les autres compactes ou, à l'image de mon ami et éternel ado, opté de vivre dans un heureux déni.

L'ensemble se veut sombre, terne et fade. L'affichage numérique rouge apporte un peu de lumière, mais il me rappelle beaucoup trop les écrans d'ordinateurs du début des années 1990. Rien ne semble cohérent, à commencer par le mélimélo de boutons et de commandes dont la forme et la taille varient sans logique apparente. J'ai vraiment l'impression que les designers se sont très peu forcés pour rendre le bloc central attrayant.

Le plastique rigide abonde et les espaces entre les panneaux ne sont pas toujours égaux. Les sièges, bien que fermes et enveloppants, revêtent un tissu gris des plus ennuyants. Ce genre de décor obtenait facilement la note de passage il y a 5-6 ans, mais il tombe au bas du classement face aux concurrentes modernes et élégantes d'aujourd'hui.

Mitsubishi Lancer SE 2011 intérieur
Le plastique rigide abonde et les espaces entre les panneaux ne sont pas toujours égaux. (Photo: Lesley Wimbush/Auto123.com)