Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Essai du BMW X1 2018

Si le BMW X1 2018 était un boxeur, il serait le plus petit à la salle d’entraînement. On pourrait le comparer à un poids mouche doté d’un cœur gros comme la terre et armé d’un désir de vaincre qui lui permet de se tenir droit face aux meilleurs, malgré une force de frappe qui n’est pas de nature à générer des K.O. Il n’est pas celui qui impressionne à son arrivée dans le ring, mais il encaisse les coups sans fléchir et dans les derniers assauts, démontre toutes les qualités nécessaires pour s’imposer — par décision, bien sûr.

Le X1, le plus petit membre de la famille de VUS de BMW, qui compte pas moins de sept modèles, doit déjà faire face à un adversaire plus sportif, le X2. Plus séduisant, aussi, celui-ci a joint la gamme BMW plus tôt cette année. Mis à part la hauteur, les dimensions du X2 sont sensiblement les mêmes, mais le modèle propose plus de configurations sportives sur le plan mécanique, un habitacle plus séduisant et une silhouette plus élégante en raison de sa ligne de toit fuyante (consultez notre essai du X2 ici). Le X1, lui, est plus carré et sa carrosserie semble trop massive pour les roues qui l’équipent. Il lui manque aussi cette sensation naturelle de luxe que nous confèrent les berlines du constructeur, surtout celle qu’on rencontre en grimpant dans la hiérarchie. J’en déduis qu’il n’est pas facile d’être le VUS d’entrée de gamme d’un fabricant de luxe qui est habitué à produire des véhicules offrant le plaisir de conduire. 

Ma première impression lorsque je suis monté à bord du X1 pour le mettre à l’essai a été en partie décevante. Il s’agit d’un joueur dominant dans un des segments les plus en vogue de l’industrie, mais j’avais de la difficulté à m’en convaincre. De petits VUS comme le Audi Q3, le Range Rover Evoque, le nouveau Volvo XC40, l’Acura RDX et le Mercedes-Benz GLA ont tous leur clientèle fidèle, et pour cause. Et c’est sans compter sur l’excitant Jaguar E-Pace

Le X1 tient son bout vis-à-vis tout ce beau monde. Et pourtant, je suis demeuré abasourdi par le manque d’élégance de la carrosserie et par l’aspect discret, sans luxe véritable, de l’habitacle. Peut-être était-ce attribuable aux sièges en cuir bruns qui n’ont pas réussi à me convaincre. Tout ça pour dire que j’accumulais les arguments pour vous expliquer à quel point il ne s’agissait pas d’un super véhicule. 

Puis je l’ai conduit… et reconduit… et encore. Je me suis même surpris à me trouver des raisons pour en prendre le volant. Rendu là, je cherchais les routes sinueuses pour mettre cette béhème à l’épreuve. Et c’est là le secret ; sa maniabilité et sa tenue de route (au diable les sièges bruns et son allure plus carrée) ont un petit je-ne-sais-quoi. En fait, elles sont la raison qui explique pourquoi on doit parler d’un VUS compact plutôt unique. 

Dans ses entrailles, le X1 a beaucoup de choses en commun avec la MINI Countryman, à commencer par la plateforme qui sert les deux modèles, puis la boîte de vitesses automatique à huit rapports qui est capables de livrer du couple au besoin (avant et arrière). Le système à traction intégrale xDrive de BMW fait très bien son travail ; extrêmement bien, en fait. J’ai trouvé la tenue de route simplement exceptionnelle, et ce, dans toutes les conditions. La puissance proposée par le moteur 4-cylindres biturbo de 2 litres, doté de l’injection directe, est de 228 chevaux et 259 livres-pieds de couple. 

Ces capacités ne positionnent pas le X1 au même niveau que les meilleurs de sa catégorie. Cependant, si sa force de frappe n’est pas immense, elle demeure énergique. Ajoutez à cela la traction intégrale xDrive et vous découvrirez un véhicule amusant à conduite en ville. Avec son format relativement compact (4,45 mètres en longueur) et son excellente visibilité, le X1 2018 est un véhicule sport utilitaire idéal pour les citadins ; il est capable de virer sur un dix sous, d’accélérer promptement lors de départs et, une fois lancé, vous vous surprendrez à éteindre la chaîne audio pour écouter le ronronnement du moteur. Vous pouvez aussi passer du mode de conduite Confort au Sport pour obtenir des réactions plus vives de la mécanique et de la transmission. Un troisième mode, Eco, est offert si la chose vous intéresse. 

Au fur et à mesure que se déroulait mon essai routier et que je craquais tranquillement pour le X1 et son niveau de performance plus discret, une question s’est imposée : si ce véhicule est si bon, alors pourquoi ne pas opter pour le X2 à l’allure plus séduisante. Et bien franchement, j’ai eu l’occasion de prendre place à l’arrière du X2 peu avant mon essai du X1 et j’ai bien sûr fait la même chose avec ce dernier. Du coup, j’ai répondu à ma propre interrogation. Oui, vous sacrifiez un peu de style et d’éclat avec le X1, mais vous gagnez beaucoup d’espace pour la tête (environ 6 cm) et une excellente visibilité (à l’avant comme à l’arrière) par rapport au X2 et sa ligne de toit fuyante. Pour vous donner une idée à quel point ce détail peut plaire à certaines personnes, ma belle-mère, sexagénaire, a pris le volant pour un court essai. Elle a immédiatement craqué pour le produit et se disait prête à acheter le modèle que j’avais à l’essai, en dépit de ses sièges bruns. 

Cela dit, je ne suis pas certain qu’elle a senti une poussée d’adrénaline en entendant le rugissement du moteur ou en profitant de la tenue de route... mais elle a aimé les sièges 
Si on additionne tout ça, on se retrouve avec un véhicule agréable à conduire qui repose plus haut du sol et avance une fenestration généreuse. Cette dernière va à l’encontre de ce qui se fait ailleurs dans l’industrie où on sent un aspect intrusif du design sur la visibilité. 

Globalement, l’espace intérieur est bien et le volume de chargement est décent (505 litres avec les sièges relevés et 1550 lorsque la banquette arrière divisible 40/20/40 est abaissée). Et vous vous souvenez de ma déception devant l’aspect discret de l’habitacle ? Et bien plus mon essai se déroulait, plus j’ai appris à apprécier ce côté minimaliste du modèle et l’absence de soucis qu’on semble avoir pour le bling-bling. Et les sièges bruns ? Ils sont offerts en option, mais se sont avérés confortables. 

En fait, en concevant le X1 2018, on s’est concentré sur le plaisir de conduire et le bien-être des occupants. Les commandes situées à la console centrale et sur le volant sont très faciles à comprendre et à utiliser lorsqu’on conduit. Le summum, c’est la molette que BMW a positionnée près du sélecteur de rapports, un truc que j’adore et que je souhaite ardemment voir d’autres manufacturiers adopter. Sans avoir à s’allonger le bras, on n’a qu’à tourner la commande pour avoir accès au menu principal, à la navigation, à la carte routière ou à la page multimédia, et ce, sans qu’on ait à quitter les yeux de la route avant que ce soit vraiment nécessaire. C’est à ce point intuitif et agréable à utiliser que j’espère ne plus jamais avoir à composer avec un système à écran tactile à la Lexus. Un détail : vous pourriez perdre du temps à chercher la commande du volant chauffant. Cette dernière est située sous la colonne de direction, près du contrôle qui permet d’ajuster le volant ; j’ai mis deux jours à la trouver.

Forces
Comportement agile
Excellente traction intégrale et systèmes de contrôle de la stabilité
Très bonne fenestration/visibilité
Espace décent pour la tête
Console centrale bien disposée et contrôles intuitifs sur le volant
Bonne capacité de chargement pour sa catégorie

Faiblesses
Profiterait de plus de puissance
Niveau de raffinement intérieur moyen
Style extérieur un peu trop carré

 

Essais routiers et évaluations

Consommateurs
BMW X1 2018
Évaluer ce véhicule
Esthétique
Accessoires
Espace et accès
Confort
Performance
Dynamique de conduite
Sécurité
Appréciation générale
Nom
Courriel
Commentaire
Mot de passe
Mot de passe oublié? Cliquez ici
Annuler
Photos :Auto123
Photos du BMW X1 2018