Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

BMW 340i xDrive M Performance 2016 : essai routier

BMW 340i xDrive M Performance 2016 : essai routier

La Série 3 impressionne plus que jamais Par ,

La BMW 340i xDrive 2016 est la meilleure Série 3 régulière jamais créée. En fait, c’est difficile de choisir entre cette voiture et la redoutable M3. 

Comprenez-moi bien : la M3 est géniale à tous les niveaux ou presque, mais la nouvelle 340i est possiblement la berline sport parfaite avec sa puissance généreuse et sa tenue de route exemplaire réunies dans un ensemble plus raffiné et sophistiqué.

Élégance sportive
En tout cas, d’un point de vue esthétique, elle est plus sobre que la M3 ― mais quand même plus riche que la Série 3 de base. Son faciès paraît plus agressif grâce à l’ensemble M Aérodynamique, de série en version 340i tout comme les superbes jantes en alliage de 19 pouces. Les freins M Sport avec étriers bleus de mon modèle d’essai font toutefois partie de l’ensemble optionnel M Performance. Les améliorations à l’arrière de la 340i sont elles aussi incluses de série, comme le parechoc plus sculpté et ponctué de 2 gros embouts d’échappement chromés. Dans l’ensemble, le look n’est certes pas aussi intense que celui de la M3, mais on y voit une élégance bien dosée et bien affirmée. 

Même son de cloche à l’intérieur. Mon exemplaire arborait du cuir brun chameau classique avec des coutures contrastantes. Le détail des sièges est magnifique avec ce motif à diamant qu’on retrouve aussi sur les portières. La qualité du cuir impressionne, tandis que le confort et le soutien des assises sont difficiles à battre.

BMW ajoute des boiseries au fini gris foncé sur le tableau de bord, les portières et la console centrale. Du métal embellit le volant M Sport, le levier de vitesses et bien d’autres éléments. De plus, les montants de toit et le plafond sont garnis d’un tissu noir, ce qui donne un intérieur d’allure plus sportive qu’avec le gris ou le beige habituel.

Somptueusement axée sur le conducteur
La berline BMW Série 3 2016, peu importe la version, renferme également des surfaces douces au toucher à plusieurs endroits, notamment le tableau de bord du sommet jusqu’en bas des genoux, incluant le coffre à gants, ainsi que l’intégralité des portières. Seule la console centrale revêt un plastique plus rigide, mais BMW en a accru la densité pour offrir un contact plus agréable.

Les commandes s’avèrent excellentes, allant des boutons minimalistes sur le volant jusqu’à la molette iDrive sur la console en passant par l’interface de climatisation, sans oublier les interrupteurs d’assises chauffantes, les boutons pour les vitres électriques, etc.

Par ailleurs, la nouvelle instrumentation se veut un merveilleux mélange de cadrans analogiques et d’un affichage TFT couleur. L’écran d’infodivertissement qui se dresse au haut du bloc central ne change pas vraiment : ses images sont toujours aussi claires et superbes, avec beaucoup de contraste. Le système iDrive, lui, est plus facile à utiliser que jamais et toujours aussi rempli de fonctionnalités. 

J’adore le volant avec ses bras ultra minces et sa jante épaisse qui intègre des emplacements pour les pouces à 9h et à 3h. Des sélecteurs manuels de bonne dimension transforment la douce boîte automatique à 8 rapports en une machine de précision qui livre des passages en un éclair. Optez pour le mode Sport ou Sport Plus pour vous amuser au maximum : ce dernier désactive les systèmes antidérapage et antipatinage, améliore la réponse de l’accélérateur et de la direction et permet à la boîte de vitesses de grimper à un régime plus élevé avant de changer de rapport. Si vous préférez sauver de l’essence, outrepassez le mode Confort pour tomber en Éco Pro et ainsi profiter des technologies EfficientDynamics de BMW. 

Il y a ce système qui éteint le moteur à un feu rouge et le redémarre automatiquement quand on est prêt à repartir, puis un autre qui récupère l’énergie cinétique au freinage et la transfère au circuit électrique de la voiture. Tout ça permet de réduire la consommation moyenne qui, dans ce mode écolo, s’établit à 9,3 L/100 km en version manuelle et à 10,3 L/100 km avec l’automatique ― impressionnant pour une berline aussi puissante et axée sur la performance. 

Parlant de performance…
La BMW 340i xDrive 2016 se conduit à merveille. Son nouveau moteur affiche encore une cylindrée de 3,0 litres, mais il développe plus de chevaux que celui de l’ancienne 335i, soit 320 au lieu de 300, tandis que le couple est passé de 300 livres-pied à 332, et ce, disponible entre 1 380 et 5 000 tours/minute. Ces hausses respectives de 6,6 % et 10,6 % peuvent paraître anodines vues comme ça, mais quand on s’assoit dans la voiture, la sensation est bien différente, croyez-moi. 

Le moteur en question émet un son particulièrement stimulant sur toute sa plage de régime, ce qui en fait l’un de mes préférés à l’heure actuelle. De son côté, la boîte automatique à 8 rapports est d’une rapidité d’exécution formidable et même plus fluide que les boîtes à double embrayage ordinaires, en dépit du fait que la BMW 340i xDrive automatique pèse 57 kilos de plus que la 335i xDrive sortante (le modèle 340i à propulsion conserve le même poids).

Chose certaine, on ne la sent pas plus lourde dans les virages, même que je trouve sa maniabilité encore plus divertissante qu’avant. Elle enchaîne les courbes avec tant d’aisance et d’aplomb qu’il faut rouler bien au-delà des vitesses indiquées pour faire couler l’adrénaline. Son adhérence n’estompe pratiquement jamais, que la chaussée soit sèche, mouillée, couverte de poussière ou je ne sais quoi.

Cela dit, je ne peux m’empêcher de me demander à quel point la conduite serait plus amusante si cette berline pesait une demi-tonne de moins. Actuellement, la 340i xDrive est à peine plus légère de 138 kilos que la grande Jaguar XJ à rouage intégral, mais quand même plus maigre de 17 kilos par rapport à l’Audi S4 dont la puissance est similaire. D’un autre côté, la Mercedes-AMG C 43 4MATIC possède une bien plus grosse cavalerie tout en pesant 43 kilos de moins. Qui aurait cru qu’une Mercedes soit plus légère qu’une BMW concurrente? 

Mais bon, la façon dont la BMW 340i xDrive attaque la route ne me donne aucune raison de me plaindre. Idem pour son accélération de 0 à 100 km/h en 4,9 secondes avec xDrive et 5,1 secondes avec une propulsion. C’est nettement plus rapide que l’ancienne 335i. Qui plus est, BMW a retravaillé la direction à assistance électrique pour une meilleure réponse et plus de sensation, recalibré la boîte automatique en espaçant ses rapports et ajouté une fonction de correspondance du régime en rétrogradation à la boîte manuelle à 6 rapports. D’ailleurs, le fait que cette dernière figure encore au menu en dit long sur le respect que BMW voue à ses fidèles amateurs et à la réputation légendaire de la Série 3. 

Mon verdict
Équipée de plusieurs options, la BMW 340i xDrive 2016 que j’ai testée valait environ 65 000 $, un prix justifié surtout quand on pense à la valeur de revente plus élevée de la Série 3. Par contre, je dois dire que ses rivales lui donnent énormément de fil à retordre, plus particulièrement ladite C 43 AMG et la nouvelle Infiniti Q50 Red Sport 400

C’est bien de voir que la lutte est féroce dans le marché des compactes de luxe, mais honnêtement, il faudra plus que des accélérations spectaculaires pour ravir à la Série 3 son titre de référence en matière de berlines sport.

Vous aimeriez une seconde opinion? Lisez l’essai routier de la BMW 340i xDrive 2016 par Miranda Lightstone.

Photos de la BMW 340i xDrive 2016
Photo : BMW
BMW 340i xDrive 2016